Le 30 septembre 1968, la radio diffusait le 1er épisode du feuilleton radiophonique "Gaston Phébus, le Lion des Pyrénées". Une œuvre adaptée dix ans plus tard pour la télévision par Bernard Borderie. Ina.fr vous invite à (re) découvrir ce personnage fascinant et ses adaptations audiovisuelles.

Ce que vous entendez ce sont les premières minutes du premier épisode du feuilleton radiophonique Gaston Phébus, au cours duquel l'auditeur assiste à la naissance de Gaston Phébus, comte de Foix. 

Gaston Phébus (ou Phoebus ou Fébus) est un personnage historique qui vécut entre 1331 et 1391. Comte de Foix, vicomte de Béarn, coprince et viguier d'Andorre, ce seigneur féodal de la Gascogne et du Languedoc était également écrivain de langue française. On lui doit un ouvrage resté célèbre, Le Livre de chasse, un manuscrit illustré sur la vénerie, et un recueil de poésies en béarnais. Flamboyant, passionné, amoureux de la vie et des femmes, il était également épris de justice et fin politique. Ce n'est donc pas étonnant qu'il ait inspiré la radio et la télévision, des siècles après sa disparition.

gaston-phebus512

1968, cent épisodes radiophoniques

C'est d'abord la radio, à partir de septembre 1968, qui diffuse cent épisodes de Gaston Phébus, Le Lion des Pyrénées, d'après le roman historique éponyme de Myriam Parera et Gaston de Béarn.

La série est adaptée pour les ondes par Robert Arnaut et réalisée par Claude Mourthé. Ce feuilleton passionna les auditeurs jusqu'au 20 février 1969.

Voici un résumé issu du programme radio de l'époque.

lionpyrenees-1-620

Chaque épisode était diffusé à 20h30 sur la chaîne Inter Variétés (l'ancêtre de France Inter). L'énorme distribution était plus qu'alléchante : C'est Pierre Vaneck qui incarnait le Lion. Egalement au générique, Louis Arbessier, Martine Sarcey, Michel Etcheverry et bien d'autres. 

1978, Gaston Phébus embrase le petit écran

Dix ans après sa diffusion sur les ondes, la télé s'empare du personnage solaire de Gaston Phébus.

Le tournage débute en septembre 1977 au château de Fénelon. Derrière la caméra, le réalisateur Bernard Borderie, habitué des films de capes et d'épées et auquel on doit notamment la série des Angéliques, marquise des anges. Le héros solaire, c'est Jean-Claude Drouot, que les téléspectateurs avaient découvert quelques années plus tôt sous les traits de Thierry la Fronde. Voici l'ambiance sur le tournage.

Les deux derniers épisodes de la saga sont diffusés fin décembre 1978. Le journal de 20h00 consacre alors un sujet au succès des aventures du comte de Foix et interroge pour l'occasion Myriam Parera de Béarn, co-auteur du roman avec son époux défunt. Lorsqu'elle évoque Phébus, il est clair que malgré les siècles qui la séparent de lui, l'auteure est encore en pâmoison, presque amoureuse de son Gaston.

"Il est plus que beau, parce qu'en plus de sa beauté décrite par Froissart […] C'est mon mari qui me l'a fait connaître et me l'a fait aimer... et dans la famille c'était le grand ancêtre."

Et l'on apprend que son mari était un descendant direct de ce seigneur féodal charismatique égal, voire supérieur à sa légende.

Complètement "gaga" de beau prince guerrier, elle ajoute passionnée : " Il était à l'image de ses montagnes. Le ciel des Pyrénées n'est jamais si proche de l'orage que lorsque le Soleil brille si fort. Tout est en lui comme les torrents, les torrents qui emportent tout. Dévastateur comme l'orage. C'est le Soleil qui brille, c'est le Soleil qui consume, voilà Phébus…"

"Son visage était très beau, coloré et rieur"

Ambitieux, il revendiqua l'autonomie du Béarn où il tenait sa cour. Cette volonté de se présenter comme un prince indépendant n'est pas du goût des Capétiens, son habileté lui permit toujours d'éviter les représailles.

Marié à Agnès de Navarre (1334-1396), fille de Philippe d'Évreux et de Jeanne II de Navarre, proche parente du roi de France et aussi sœur du roi Charles II de Navarre, il possédait un charisme que ses contemporains, tel Jehan Froissart, évoqué par Myriam Parera plus haut, décrivait ainsi dans ses chroniques : " J'ai vu bien des chevaliers, des rois, des princes. Mais jamais je n'en vis qui fut de si magnifique stature et de si merveilleuse prestance. Son visage était très beau, coloré et rieur. Ses yeux étaient verts et amoureux. En toutes choses il était parfait. Il aimait ce qu'il devait aimer, haïssait ce qu'il devait haïr. Il était aimable et accessible à toutes gens et il leur parlait doucement et amoureusement. Mais dans son courroux nul n'avait pardon."

A la rencontre du prince du Béarn

febus512

La statue de Gaston Phébus dans le parc du château de Pau

Alors, si vous aussi vous souhaitez vous consumer auprès du Lion des Pyrénées, ina.fr vous invite à réécouter ou à retrouver ce héros indémodable en images.

Retrouvez les cent épisodes du feuilleton sur ce pack audio. 1ère partie et 2ème partie (Durée totale : 19h 05min 40s). Adaptation de Robert Arnaut, mise en ondes de Claude Mourthé. Avec : Pierre Vaneck, Louis Arbessier, Martine Sarcey, Michel Etcheverry et bien d'autres. 

L'histoire se déroule pendant la guerre de Cent Ans, Gaston épouse Myriam, sa tendre amie d'enfance dont il est éperdument amoureux. Par malheur pour lui, il doit rencontrer le roi de Navarre, Charles le Mauvais. Agnès, la sœur de celui-ci, tombe follement amoureuse du beau Gaston. Avec l'aide de son frère, elle fait empoisonner Myriam et tente d'attirer Gaston dans les filets de l'amour. Phébus se vengera d'Agnès en l'épousant de force, en refusant de coucher avec elle avant de multiplier les infidélités.

Retrouvez le Feuilleton télé de 1978 sur ce pack vidéo (Six épisodes) Réalisateur : Bernard Borderie. Avec : Jean-Claude Drouot, Nicole Garcia, Pascale Rivault, France Dougnac, Georges Marchal, Dora Doll, Claude Gensac, Lambert Wilson...

Feuilleton historique d'après l'oeuvre de Myriam et Gaston de Béarn, retraçant l'histoire d'un des plus puissants seigneurs du Royaume de France à la fin du Moyen Age, Gaston III de Foix, prince de Béarn, surnommé Phébus en raison de sa chevelure blonde. Gaston Phébus est en proie à une seule passion, une seule obsession, la vengeance qu'il veut assouvir contre la femme qui, violemment éprise de lui, n'a pas hésité à faire mourir son seul vrai, la belle Myriam. Pour arriver à ses fins, il est prêt à tout.

Rédaction Ina le 26/09/2018 à 14:55. Dernière mise à jour le 01/10/2018 à 14:22.
Médias Radio Télévision Littérature