Gabrielle Grandière, l'auteure de "Pirouette Cacahuète", cette comptine enfantine chantée par des générations d'enfants, est morte mardi 25 février 2020, elle avait 99 ans. En 2014, la fringante nonagénaire revenait sur le succès de sa chanson.

Un pavillon au milieu d'un jardin à Ruaudin dans la Sarthe. Un air de violon connu... Ce reportage diffusé dans le 13h00 de France 2, du 1er avril 2014, nous entraîne chez Gabrielle Grandière. Dans son salon, la vieille dame de 93 ans joue consciencieusement au violon une célèbre comptine, Pirouette cacahuète.

"Il était un petit homme. Pirouette cacahuète. Il était un petit homme. Qui avait une drôle de maison. Qui avait une drôle de maison". Ces paroles simples sur une musique minimaliste se sont gravées dans la mémoire de millions d'enfants à tout jamais. Cette comptine, c'est la sienne. Elle l'a composée au début des années 1950. Plus tard, assise dans son canapé, l'auteure, pas peu fière de son succès, écoute différentes versions de son tube enfantin, souvent repris, jusqu'à devenir un incontournable de la culture enfantine.

Le commentaire précise qu'elle "l'écrivit pour ses élèves en 1953, quand elle était institutrice". Sur une version plus rock du rythme, Gabrielle bat la mesure avec ses pieds, le sourire aux lèvres, les yeux perdus dans le vague.

"J'en avais assez de faire chanter des chansons "Cucul" à mes petits enfants !" raconte-t-elle avec énergie. Elle poursuit "Il était une bergère, je ne sais pas quoi… des chansons qui datent de Louis XV ! Je me suis dit, je voudrais faire quelque chose d'un peu plus moderne, d'un peu plus entraînant et puis, j'ai fait ça comme ça, sur une feuille de mon bureau. C'est venu en dix minutes, un quart d'heure".

En 2012, dans une interview du 19-20 du Maine de France 3, l'ancienne institutrice ne s'expliquait toujours pas le succès de sa chansonnette écrite pour ses élèves d'Alençon.

"Je ne sais pas du tout comment elle est partie, aucune idée !", de Brest à Toulon, le même engouement : "C'est peut-être le rythme qui leur a plu ? Je ne sais pas" déclare-t-elle toujours perplexe.

Comme le précise un article du quotidien Ouest France paru le 26 février 2020 : "En 1998, la Ruaudoise se met à l’écriture. Elle publie d’abord À travers mon siècle par un petit sentier, un texte assez proche de l’autobiographie. Le Boscot, sa cinquième publication, est sorti en 2012. Au printemps des Poètes 2018, elle avait présenté son dernier ouvrage de poésies : Confidences.Violoniste, elle est restée membre de l’Orchestre symphonique du Mans jusqu’à ses 97 ans."  

Déclarée trop tard, cette chanson ne lui rapporta aucun droits d'auteur.

Pour aller plus loin

En 1965, à l'occasion de la fête des mères, une petite fille chante Pirouette Cacahuète devant le tableau noir.

Dorothée chante Pirouette cacahuète dans RécréA2. (10 novembre 1985 )

20 heures : Histoire de la chanson "Pirouette cacahuète". Gabrielle Grandière devient une star dans son village lorsque les habitants apprennent qu'elle est l'auteure de ce succès qui ne lui a rien rapporté car elle a voulu déclarer ses droits trop tard, (6 octobre 2012).

pirouette620
Rédaction Ina le 27/02/2020 à 11:55. Dernière mise à jour le 27/02/2020 à 15:44.
Art et Culture Musique