La réunion des dirigeants de gauche en vue de 2022, que Yannick Jadot avait appelée de ses vœux, se déroule samedi 17 avril. En 2017, l'écologiste s'était allié à Benoît Hamon et avait demandé à Jean-Luc Mélanchon de retirer sa candidature pour l'union de la gauche. 

Les principaux dirigeants de la gauche parviendront-ils à unir leurs forces afin de présenter une candidature unique pour l'élection présidentielle de 2022 ? Yannick Jadot, député européen et membre du parti Europe Ecologie Les Verts, a relancé cette idée qui sera débattue samedi 17 avril entre, selon Le Figaro, Olivier Faure et Anne Hidalgo pour le Parti socialiste (PS), les Insoumis Adrien Quatennens ou Éric Coquerel, le communiste Fabien Roussel, le patron du PRG Guillaume Lacroix ou encore Benoît Hamon, du groupe Générations. 

En 2017, Yannick Jadot était déjà à l'origine d'un appel aux différents leaders de gauche pour s'unir à l'occasion de l'élection présidentielle. Le 23 février 2017, juste après s'être rallié à Benoît Hamon, candidat du Parti socialiste, le leader écologiste interpellait Jean-Luc Mélanchon sur France 2 pour lui proposer de les rejoindre dans une grande union de la gauche : 

« Pour la première fois, l'écologie, le social, l'Europe et la démocratie peut gagner une élection présidentielle, alors Jean-Luc [Mélanchon], parlons-nous, continuons à travailler et créons cette grande espérance autour d'un rassemblement, c'est pas facile, je peux te le dire pour moi c'est pas facile, mais faisons-le ensemble. » 

Quelques minutes plus tard, invité de Léa Salamé et David Pujadas sur France 2, Jean-Luc Mélanchon avait répondu à l'appel de Yannick Jadot en ces termes : 

« Je suis d'accord, dimanche ou lundi s'il le veut, pour le rencontrer. Je ne ferme aucune porte. Ce n'est pas moi qui ferme les portes, je suis prêt à discuter. Si Benoît Hamon me dit : "Je te propose le principe d'une candidature unique, je regarderai ce qu'il me propose, ce n'est pas ce qu'il a fait, mais je le regarderai quand même. »

melanchon620

Au même moment, en meeting à Arras, Benoît Hamon, auréolé du ralliement de Jadot à son nom, lançait à son tour un appel à l'unité, sans toutefois citer Jean-Luc Mélanchon : 

« Je serai le travailleur inlassable, l'architecte inlassable, l'artisan inlassable jusqu'au bout du rassemblement de la gauche dans cette élection présidentielle. Je veux unir les forces de gauche et ce ne sont pas que des appareils, et avec l'unité vous verrez, nous vaincrons ! Et avec l'unité, nous serons invincibles ! »

Benoît Hamon et Jean-Luc Mélanchon se rencontrent finalement le 24 février pour un dîner dans un restaurant chilien (en hommage à Salvador Allende) du quartier parisien de Ménilmontant. Peu a filtré de la rencontre entre les deux hommes si ce n'est le principal : les deux leaders de gauche refusent de s'unir et se présenteront chacun de leur côté. 

Au soir du premier tour de la présidentielle, le 23 avril 2017, les deux hommes sont éliminés. Jean-Luc Mélanchon arrive en quatrième position, avec 19,58 % des voix. Quant à Benoît Hamon, cinquième, il recueille l'un des pires scores de toute l'histoire du parti socialiste, avec seulement 6,36% des suffrages. 

Aujourd'hui, Yannick Jadot le répète : "si nous y allons divisés, nous n'avons aucune chance de gagner".

Pour aller plus loin : 

Retour en vidéo sur la difficile union de la gauche, par Camille Dauxert.

Rédaction Ina le 15/04/2021 à 15:36. Dernière mise à jour le 16/04/2021 à 13:50.
Politique