En 1969, Serge Gainsbourg et Jane Birkin enregistraient à Londres la chanson Je t'aime… moi non plus. Un titre sexy qui allait enthousiasmer un public international. L'auteur et l'interprète nous racontent l'histoire de cette chanson d'amour.

Je t’aime… moi non plus, ce titre intriguant, le compositeur l'avait écrite deux ans plus tôt, en 1967, inspirée de son amour de l'époque, Brigitte Bardot. Il voulait lui offrir "la plus belle chanson d'amour qu'il puisse imaginer". Cette première version, enregistrée à Londres va même être diffusée une unique fois sur les ondes d'Europe 1. Mais l'actrice est à l'époque mariée à un homme d'affaires allemand, Gunter Sachs, qui n'apprécie pas du tout l'étalage de l'aventure de son épouse. Le scandale éclate et l'époux outragé menace de poursuites judiciaires. Le disque ne sortira jamais et l’idylle entre les deux artistes s'achèvera.

Cette chanson, elle va rester dans les tiroirs de Serge Gainsbourg une bonne année. Mais un nouvel amour va changer la donne et une jeune anglaise, Jane Birkin, va redonner vie au titre scandaleux.

"Je ne suis pas sûr que l'original aurait été un succès international."

En 1971, dans l'émission Discorama, Serge Gainsbourg revient sur la renaissance de cet hymne à l'amour charnel.

"Je crois que c'est elle [Jane] qui a fait le succès de "Je t'aime… moi non plus", ça n'est pas moi. Je l'ai senti d'ailleurs. J'ai mis son nom en énorme et moi en tout petit et sa photo. C'était une chanson qui n'a pas été faite pour elle, qui était faite pour Bardot et que j'avais décidé, avec Bardot, de ne pas sortir parce qu'il y avait à l'époque des journaux à scandale, etc. Ça avait pris une mauvaise tournure puis je me suis juré de ne jamais réenregistrer cette chanson. Et puis à la réécoute, j'ai dit non, ça ne va pas. C'est un trop joli thème. J'ai fait écouter à Jane, qui d'abord était choquée par la tension. Et puis, je me suis mis au piano. Nous avons gardé la tonalité Do majeur qui avait été l'originale. Elle a pris carrément l'octave au-dessus ! Ce qui fait que ça a donné une couleur très particulière et très juvénile et c'est ça qui a fait marcher le disque. Je ne suis pas sûr que l'original aurait été un succès international."

 "J'ai rougi complètement quand j'ai entendu ça..."

Jane Birkin raconte à son tour comment son Pygmalion l'a convaincu d'enregistrer ce titre, plutôt osé à son goût.

"Je pense que c'était les respirations, parce que je ne comprenais pas les mots… J'ai rougi complètement quand j'ai entendu ça et j'ai jamais voulu la réentendre. Après ça, il était question que d'autres la chantent et il m'a écrit une autre chanson qui était le prélude de Chopin… et j'ai trouvé la mélodie très jolie. Alors j'ai chanté. Je comprends les gens qui étaient choqués par ça. C'est assez étonnant, mais je pense que c'était assez pur aussi."

En 1974, dans l'émission Sports en fête de Michel Drucker, Jane Birkin avoue que c'est en grande partie par jalousie qu'elle s'est appropriée ce titre.

"Je voyais plein d'actrices bien roulées qui venaient à la maison en disant : vous n'auriez pas une chanson bien sexy… alors je pensais : Oh zut il faut que je fasse gaffe… Alors le jour où il m'a entendu chanter un peu haut dans le bain… alors il a dit : tu ne voudrais pas chanter un prélude de Chopin. J'ai dit, oui je veux bien et il a dit "Je t'aime moi non plus". J'ai dit oui, oui, vite, avant qu'une autre actrice plus jolie que moi le fasse avec lui. Alors j'ai fait ça par jalousie."

Elle raconte ensuite pourquoi ils ont préféré l'enregistrer sur un 33 t plutôt que sur un simple. "Il a donc fallu que Serge Gainsbourg écrive 10 chansons de plus pour sortir celle-ci. Elle a fait le tour du monde et est devenu numéro un en Angleterre."

Les deux artistes ont eu une bonne intuition puisque le titre est devenu un succès international qui a même occupé la première place des charts britanniques ! Belle revanche pour une chanson qui aurait dû rester dans l'oubli. Et Serge Gainsbourg, chez lui en 1973, interviewé dans l'émission A bout portant de Michel Lancelot avouait sa fierté.

"C'est la première fois qu'une chanson française a été première en Angleterre. Je ne suis pas prêt de l'oublier."

jetaimemoinonplus620

Sur le plateau de l'émission Si le coeur vous en dit en février 1972

Rédaction Ina le 29/01/2019 à 14:42. Dernière mise à jour le 29/01/2019 à 15:06.
Art et Culture