Aller au contenu principal
Un grand reporter raconte sa couverture de la guerre en Ukraine 

Un grand reporter raconte sa couverture de la guerre en Ukraine 

Valentin Dunate est grand reporter à France info. Il a été envoyé par sa rédaction en Ukraine le 20 février, quatre jours avant l’invasion de l’armée russe. Passé par la formation au reportage en zone dangereuse dispensée par France Médias Monde et l’INA, il explique comment couvrir un conflit armé.

par Sylvie Lartigue - Publié le 07.07.2022

Valentin Dunate, grand reporter à France info

Crédits photos : INA

Valentin Dunate, grand reporter à France info, explique comment couvrir le conflit ukrainien.

Lorsque l’armée russe a envahi l’Ukraine le 24 février 2022, Valentin Dunate a mis plus d’une heure à prendre la mesure de la situation. Grand reporter à France info, il avait été envoyé quatre jours plus tôt par sa rédaction pour se tenir prêt en cas de conflit. Mais à l’époque, en France, les rédactions comme l'opinion publique, penchaient plutôt pour le scénario d'une issue pacifique.

Une fois le choc de la guerre encaissé, le journaliste a d'abord pensé à assurer sa sécurité avant d’essayer d’exercer son travail. Et notamment à s’assurer qu’il n’était à proximité d’aucun lieu stratégique que les russes pourraient cibler : « Sur une journée de reportage, l’éditorial ne représente quasiment plus que 10 %, parce qu’il faut analyser la menace, faire des provisions, faire le plein, se préoccuper de ce qui se passe autour de nous pour réduire le hasard au minimum », raconte-t-il.

 

 

S’il n’avait pas d’expérience de journalisme en zone de guerre, il a pu s’appuyer sur les connaissances qu’il avait acquises en novembre 2021 lors de la formation « Reporter en zone dangereuse » organisée par France Médias Monde et l’INA. Pendant 6 jours, il a appris à sécuriser ses données, gérer une agression, ou encore reconnaître des mines et des engins explosifs mortels. Il a été formé par des militaires, un reporter de guerre venu témoigner et des professionnels de santé. Il a également appris à réaliser des soins d’urgence en situation tactique : muni d’un casque et d’un gilet par balle, il a simulé le sauvetage d’un confrère blessé par balles sur la place de la liberté à Kharkiv, la deuxième plus grande ville d'Ukraine.

crédit photo : Sylvie Lartigue/INA

Exercice de soins d’urgence sur une blessure par balles pendant la formation de journalisme en zone dangereuse.

crédit photo : Sylvie Lartigue/INA

Exercice de soins d’urgence sur une blessure par balles pendant la formation de journalisme en zone dangereuse.

En mai, à son retour d’Ukraine, il est revenu à Beauvais où se déroule la formation, mais en tant que grand témoin cette fois pour raconter son expérience à 12 professionnels des médias qui s’apprêtaient à partir en Ukraine. Jean-Christophe Gérard, directeur de la sûreté à France Médias Monde et responsable de la formation, en a prévu d'autres : « Il n’y a jamais eu autant de journalistes mobilisés depuis que nous avons lancé cette formation en 2014 ».