Partager
Ajouter Acheter
30 déc. 1966 5500 vues 08min 02s

En cette fin d'année 1966, Paris présente à nos yeux le spectacle d'une ville en pleine gestation : on démolit, on creuse, on bâtit. Jamais, depuis le baron Haussmann, on a autant remué de terre à Paris. On étudie les plans d'un Paris plus beau, plus... + de détails

En cette fin d'année 1966, Paris présente à nos yeux le spectacle d'une ville en pleine gestation : on démolit, on creuse, on bâtit. Jamais, depuis le baron Haussmann, on a autant remué de terre à Paris. On étudie les plans d'un Paris plus beau, plus vaste, plus humain, comme cette maquette de l'aménagement de la Porte Maillot le montre.
Dans les vieux quartiers, on détruit les taudis. De vastes programmes de restructuration sont en cours, de Grenelle à Plaisance, de Belleville à La Défense. Des immeubles harmonieux et hardis se dressent au milieu de quartiers condamnés.
Le métro express régional immerge ses caissons dans la Seine, tandis que ses tunnels avancent sous terre.
Des terrains immobilisés inutilement, comme ceux abandonnés par l'armée vont permettre l'extension de constructions sociales comme celles qui s'érigent déjà autour de la capitale.
1966 aura aussi été l'année de Villagexpo où des centaines de milliers de parisiens sont venus témoigner de leur goût pour la maison individuelle. Déclaration de Roland NUNGESSER, secrétaire d'Etat au logement, sur le nombre de logements construits en région parisienne, en augmentation considérable.
Crèches, écoles, lycées et lycées techniques s'ouvrent dans chaque commune de la région parisienne. De grands ensembles hospitaliers, des piscines ont été construits.
La station d'épuration d'Achères, inaugurée par le Conseil général de la Seine est une des plus modernes et des plus grandes du monde.
Des bureaux de poste ont été créés et les plus anciens ont été modernisés.
Le Paris de 1966, c'est aussi celui de la blancheur : 4500 immeubles ont été ravalés. 2 kms d'autoberges ont été ouverts à la circulation. Le pont d'Auteuil, la passerelle de Grenelle, les ponts d'Epinay, de Chatou, l'échangeur du Petit Clamart, le parking Haussmann, le passage souterrain du Cours-la-Reine et 7 kms de boulevard périphérique, du Pré-Saint-Gervais à la Villette, l'échangeur de la Chapelle, le tronçon Porte de Clignancourt Le Bourget ont été construits.
En 1966, la seule voirie parisienne a employé 5000 ouvriers.
Ce sera aussi l'année des travaux de modernisation ferroviaire : gare d'Austerlitz, nouveau centre d'aiguillage de la gare Saint-Lazare, électrification de la ligne Paris-Mantes.
Conclusion de Maurice DOUBLET, préfet de Paris : "il faut que Paris puisse être à l'heure du 20ème siècle et joue son rôle dans un cadre européen élargi..."

  • Emission
  • Journal de Paris
  • Production
  • producteur ou co-producteur
    Office national de radiodiffusion télévision française