Partager
Ajouter Acheter
05 sept. 1960 109709 vues 01h 09min 14s

Conférence de presse au Palais de l'Elysée. Thèmes abordés : longue introduction sur la situation de la France et la politique menée. La décolonisation en Afrique. L'Algérie. Les projets de coopération européenne. Le rapprochement entre le Sénégal et... + de détails

Conférence de presse au Palais de l'Elysée. Thèmes abordés : longue introduction sur la situation de la France et la politique menée. La décolonisation en Afrique. L'Algérie. Les projets de coopération européenne. Le rapprochement entre le Sénégal et le Soudan. La place de la France dans l'OTAN. - Intégralité de la conférence. INTRODUCTION : "...Nous sommes dans une période, dont le moins qu'on puisse dire c'est qu'elle est agitée... Mais... Nous sommes aujourd'hui assez solides, assez équilibrés, assez sûrs de nous-mêmes, pour ne pas nous laisser impressionner par la logomachie, ni par la gesticulation..." - AFRIQUE : "... Considérant que l'émancipation des peuples... est conforme... au génie de notre pays... j'ai engagé naguère... dans cette voie de l'émancipation des peuples, la politique de la France... Je considère... que cette oeuvre [colonisatrice] fut belle, fut grande et fut féconde... Mais... il faut savoir, quand le moment est venu... reconnaître à tous le droit de disposer d'eux-mêmes..." Le Général développe ensuite son idée de l'indépendance mais dans la coopération avec la France. Il constate que "du côté des Soviets, on s'efforce..." de faire surgir des agitations dans les anciens empires utilisées "comme tremplins contre les occidentaux".... - ALGERIE : de nouveau, le Général réaffirme le principe de l'autodétermination. Pour lui, les "choses avancent... d'un bon pas... A quelle solution s'arrêteront alors les Algériens ?... je vous dis qu'à mon sens... ils voudront que l'Algérie soit algérienne. La seule question... contre la France, par sécession... ou en association..." S'il y a rupture, le Général prédit à l'Algérie un "abîme de massacres, de misère et de désordre". Condamnation ensuite des attentats et nouvel appel à l'arrêt des combats. Véhément, le Général explique ensuite pourquoi il ne peut traiter avec la rébellion : "tant qu'on donne la parole au couteau, on ne peut pas parler politique"... - EUROPE : le Président est pour une union européenne d'après des "réalités" qu'il expose. - SENEGAL/SOUDAN : le point sur le problème entre les 2 Etats. - OTAN : "En ce qui concerne la France, il y a 2 points...sur lesquels le traité doit être révisé...c'est la limitation de l'Alliance à la seule zone de l'Europe... c'est celui de l'intégration à propos de la Défense de l'Europe..." Le Général conclut cependant en affirmant qu'il "ne s'agit absolument pas de se séparer les uns des autres..." - FRANCE/URSS : axe les relations est-ouest sous le signe de la détente, du désarmement, de la coopération sincère. La France n'a pas constaté de progrès "mais elle n'y renonce pas... Sa CONCLUSION : "tous nous sommes entourés d'ombres menaçantes. Peut-être la lueur apparaîtra-t-elle un jour ou l'autre. En tout cas, pour ce qui est de la France, ce qui est capital, c'est que, par les temps qui courent, elle garde sa cohérence nationale et de tout mon coeur je me félicite de constater qu'il en est ainsi. De temps en temps, on me dit, ou on me fait dire - et c'est fort gentil à mon égard - : Eh oui ! vous êtes là et, par conséquent, c'est bien. Mais APRES VOUS ? CE SERA LA PAGAILLE ! Alors, quelques-uns suggèrent que l'on institue la pagaille tout de suite, de manière à assurer ma succession. Eh bien ! je demande à réfléchir."

  • Emission
  • JT 20H
  • Production
  • producteur ou co-producteur
    Office national de radiodiffusion télévision française