Déclaration Georges Marchais - Vidéo Ina.fr

Déclaration Georges Marchais

Publicité

video 26 avril 1981 7174 vues 17min 40s

Premier tour de l'élection présidentielle. Valéry GISCARD D'ESTAING arrive en tête avec 29,9% des voix devant François MITTERRAND (25,1%). Suivent Jacques CHIRAC (17,7%) et Georges MARCHAIS (16%). En duplex du siège du Parti communiste français, Georges MARCHAIS prononce sa déclaration : - "je tiens à remercier tous les électeurs (près de 5 millions) qui, en votant communiste, ont manifesté leur volonté de changer vraiment. Dès le début de cette campagne électorale, nous avons nous-mêmes souligné que l'élection présidentielle constitue une bataille particulièrement difficille pour le candidat communiste. Cette difficulté a été considérablement accentuée en raison de l'action convergente de tous les autres candidats pour escamoter les conditions réelles du changement, pour empêcher les Français de choisir librement une politique nouvelle, pour restreindre le vote à un choix entre deux candidats. Ces efforts conjugués de la droite et du parti socialiste ont ainsi conduit un certain nombre d':électeurs qui aspirent au changement à voter dès le premier tour pour le candidat qui leur a été présenté comme le seul capable de battre Giscard d'Estaing. Dans ces dures conditions, la détermination dont viennent de faire preuve les électeurs communistes doit être d'autant plus appréciée. En votant communiste, ils se sont clairement prononcés en faveur d'une politique nouvelle comportant des améliorations attendues par les travailleurs ainsi que les profondes réformes anti-capitalistes sans lesquelles ces objectifs ne peuvent pas être atteints. Ils se sont affirmés pour un gouvernement d'union, capable d'agir efficacement pour mettre en oeuvre cette politique. Ils ont exprimé leur volonté d'agir eux-mêmes pour le changement : ils ont fait le meilleur choix possible pour le changement et pour l'union. Pour le deuxième tour, les communistes vont poursuivre cette lutte. Pour prendre les décisions utiles à cette campagne, notre comité central se réunira mardi." - puis il répond aux questions de Jean-Pierre ELKABBACH et Etienne MOUGEOTTE : "les 131 propositions que j'ai soumises aux Français et la composition d'un gouvernement comprenant des ministres socialistes et communistes restent les conditions du changment ; je me suis battu pour un résultat meilleur mais les communistes en ont vu d'autres ! Cette élection présidentielle au suffrage universel, c'est machiavélique, nous avons contribué à la rendre plus difficile en ne présentant pas un candidat à chaque élection. Manoeuvres sordides de Giscard et Mitterrand pour leur numéro de duettistes. J'ai eu le courage de faire des propositions, mais mes adversaires de droite et socialistes se sont dérobés : pas de débat démocratique. Je comprends mais je regrette le "vote utile" des électeurs qui nous font confiance. La droite veut aggraver les inégalités, quant au prgramme de François Mitterrand, il ne comprend pas les moyens pour arriver au plein emploi et faire disparaître les injustices sociales. Nous ne posons pas de conditions mais il est totalement exclu que le PC lutte pour une autre politique que celle de ses 22è et 23è congrès. Il est exclu que le PC soutienne un gouvernement qui ne comprenne pas de ministres communistes, mais la décision concernant le second tour sera prise par le comité central. J'ai mené un combat honnête et loyal. Quant aux rêveurs qui ont parlé de déclin du PC, je leur promets de bonnes surprises ! que représentent ceux qui faisaient 5% des voix, que nous avons aidés à sortir du trou et qui renient aujourd'hui leurs engagements ! Les socialistes ont refusé les négociations et les ministres communistes, moi je n'y peux rien."

Émission

Soirée électorale : élection présidentielle 1er tour

Production

producteur ou co-producteur

Antenne 2

Générique

participant

Georges Marchais

présentateur

Jean Pierre Elkabbach
Etienne Mougeotte

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Masquer ce message
En savoir plus et paramétrer les cookies