Attention, dans la nuit de samedi à dimanche, nous changeons d'heure ! Depuis 1976, chaque année, fin mars et fin octobre, les Français sont appelés à avancer ou reculer leurs montres de 60 minutes. Qui a lancé cette idée ? A quoi ça sert ? Pour ou contre ? Explications.

Deux fois par an, c’est le vrai casse tête : doit-on avancer ou reculer l’heure affichée sur son réveil ? Et certains enragent à cette idée comme Artus de Penguern dans sa chronique humoristique sur France Inter !

Depuis 1976, des millions d’Européens se posent la même question. Mais qui a eu l’idée de cette mesure et pourquoi ? En 1975, en pleine crise pétrolière, les dirigeants européens cherchent un moyen de faire baisser la facture énergétique. Une idée semble séduisante : faire mieux correspondre les horaires d'activité avec les heures d'ensoleillement afin de limiter les dépenses d'éclairage artificiel. Dès le début, certains semblent sceptiques.

Avant l’heure… la perplexité

La grogne s’installe. En effet, en 1945, le gouvernement français avait déjà choisi d'avancer l'heure légale d'une heure par rapport au fuseau horaire du méridien de Greenwich. En décidant d'adopter un horaire d'été, elle accentue encore ce décalage.

Conséquence : en hiver, l'heure française a 60 minutes de "retard" par rapport à l'heure du soleil et, en été, elle en a deux !

Le député André Rossi tente de calmer les esprits et rappelle qu’en se couchant plus tôt l’été, l’Etat peut espérer des économies d’environ 0,3% sur une période de six mois.

André Rossi, mars 1975

Après l’heure… la confusion

Presque toute l’Europe adopte le passage à l’heure d’hiver et d’été en avril 1976. Mais certains pays reculent l’échéance à l’année suivante. Ce décalage horaire involontaire provoque un incroyable imbroglio à la frontière belge…

L’imbroglio belge, 1976

Même constatation en Suisse. Les frontaliers vivent des drames conjugaux et sont désemparés : « ma femme travaille en Suisse et moi en France, nous avons une seule voiture pour deux horaires » ou en encore « Je vais vivre deux heures de moins avec mon mari qui travaille en France ». Séquence émotions.

Le drame des frontaliers suisses, 1976

Au passage à l’heure d’hiver, même motif, même punition. Même à la SNCF, on en perd son latin, les cheminots tentent d’en rire.

Changement d’heure à la SNCF, 1976

Il faudra attendre 1998 pour que l'ensemble des pays de l'Union européenne soit harmonisé afin de simplifier les communications et faciliter l'utilisation des transports !

La confusion règne aussi dans les étables, veaux et vaches doivent s’habituer au décalage de la traite…

Les vaches sont décalées, 1990

Toujours en 1990, ce microtrottoir prouve que la pagaille est toujours bien présente dans la tête des Français... Alors faut-il reculer ou avancer sa montre ?

Enquête sur le changement d'heure, microtrottoir, 1990

Même monsieur météo en perd son latin

Bétisier météo en 1991

Avec l’heure… le doute

Chaque année, le changement d’horaire relance la polémique. Les agriculteurs sont les premiers contestataires. Dans ce sujet de 90, la sagesse paysanne semble imparable : le travail des champs dépend du soleil. Quant aux économies tant attendues, Ségolène Royal avoue qu’elles se font toujours attendre.

Haro sur l’heure d’été, 1990

En 1996, le gouvernement français envisage sérieusement d’abandonner l’alternance et d’adopter l’heure d’hiver, la plus proche de celle du Soleil. En attendant, on s’active toujours dans les clochers pour régler les horloges et les pédiatres se plaignent des effets nocifs du changement sur le sommeil des enfants.

Va-t-on abandonner le changement d’heure ? 1996

L’année suivante l’Europe repousse les velléités françaises.

L'Europe est pour l’heure d’été, 1997

Halte au changement d'heure ! 2011

A l’heure... de la contestation

Tic tac tic tac... une heure de moins ou de plus et voilà notre horloge interne perturbée. Les bébés sont particulièrement victimes du décalage horaire. Mais les humains ne sont pas les seuls à subir les conséquences du changement d'heure...

Changement d'heure : les mécontents, 1994

A l'heure de Molène...

A Molène, une pittoresque île bretonne, les habitants sont bien décidés à ne rien changer à leurs habitudes. Le maire, philosophe, résume la situation non sans un certain humour « Il y aura trois sortes d’heures à Molène : l’heure solaire, l’heure légale d’été et celle d’hiver »

Changement d’heure contesté à Molène, 1976

36 ans plus tard, les irréductibles Bretons résistent toujours et vivent au rythme du cadran solaire.

A Molène on vit à l’heure solaire, 2002

changementheure312
Rédaction Ina le 25/10/2013 à 10:55. Dernière mise à jour le 16/10/2018 à 10:33.
Economie et société Médecine, Santé