Ce que Delon doit aux metteurs en scène - Vidéo Ina.fr

Ce que Delon doit aux metteurs en scène

Publicité

Ce que Delon doit aux metteurs en scène

retour vers l'info

video 15 mai 2019 366 vues 02min 31s

Le Festival de Cannes 2019 a rendu hommage ce dimanche à l’un des plus grands acteurs français, Alain Delon avec la remise d'une Palme d’or d’honneur.
Le talent de l’acteur a éclaté au grand jour dans les années 50, une réussite qu’il doit aux réalisateurs qui l’ont choisi de son propre aveu.
" Je ne peux pas être mon propre réalisateur, mon propre créateur, j’ai besoin d’une autre touche, d’une autre main pour m’amener à faire certaines autres choses."
Une icône mondiale, Alain Delon… et derrière son nom, des cinéastes de renom. A commencer par René Clément. Ensemble, ils ont tourné quatre longs métrages, dont "Plein Soleil", film qui propulse la carrière du jeune acteur. A la mort du réalisateur, en 1996, Alain Delon rendait hommage à celui qui lui a mis le pied à l’étrier : " Il m’a appris le cinéma, il m’a appris mon métier, il m’a appris le cadre, il m’a appris l’objectif, il m’a fait découvrir une caméra…
Car il faisait tout, René Clément, c’était un artisan du cinéma. C’était un grand technicien, le plus grand directeur d’acteurs."
René Clément a dessiné le mythe Delon, Luchino Visconti l’a façonné avec "Le Guépard" et "Rocco et ses frères" entre autres, et enfin, Jean-Pierre Melville l’a consacré. Melville, le cinéaste le plus complet aux yeux d’Alain Delon, comme il l’expliquait en 1973 : "Le plus complet parce qu’il est à la fois le créateur total de ces sujets, à la fois l’auteur, l’adaptateur, le dialoguiste… et le créateur de ce style et de ce personnage de Delon à l’intérieur des films de Melville."
Delon acteur… mais aussi producteur, notamment de certains films de son ami Jacques Deray, comme "Trois hommes à abattre", tourné en 1980.
"Il y a de plus en plus de connaissances réciproques et donc de plus en plus de facilités de travailler et de coopérer ensemble. Alors c’est un peu un film, Jacques vous le confirmera, que nous faisons vraiment à deux."
Delon-Deray, deux pros, deux amis, neuf films au total, conçus à quatre mains. Jacques Deray Réalisateur : "Comme on a fait beaucoup de films ensemble, nos rapports sont privilégiés et un peu particuliers parce qu’on travaille beaucoup sur le scénario et les scripts… et le tournage est beaucoup moins compliqué parce qu’on est d’accord sur tous les plans."
A son tour, Alain Delon est passé derrière la caméra, il a signé deux longs métrages dans les années 80 : "Pour la peau d’un flic" et "Le Battant", avec dans le rôle-titre à chaque fois, Alain Delon lui-même.

Émission

retour vers l'info

Production

producteur ou co-producteur

Institut national de l'audiovisuel

Générique

rédacteur

Géraldine Cornet Lavau
Tarik Khaldi

AdBlock activé!