Fuite des données personnelles : une crainte vieille de 50 ans - Vidéo Ina.fr

Fuite des données personnelles : une crainte vieille de 50 ans

Publicité

Fuite des données personnelles : une crainte vieille de 50 ans

retour vers l'info

video 30 avril 2018 241 vues 02min 58s

La gestion des données personnelles est au coeur de l’actualité. Les Etats Généraux de la bioéthique, qui débutent ce lundi, y consacrent même un atelier pour mieux réguler la collecte et l’utilisation des données relative à la santé des Français… La crainte des fuites de données personnelles, un sujet du 19e siècle ? EH bien non, dès les années 70 certaines voix alertaient déjà.
Menace, entrave à la liberté, Français fichés….. Et oui, déjà à l’époque, certains s’inquiétaient de la fuite des données personnelles… Bien avant internet. En cause un fichage nommé SAFARI.
SAFARI pour système informatisé pour les fichiers administratifs et le répertoire des individus, est donc un numéro..Vous le connaissez tous encore aujourd’hui, c’est le numéro de sécurité sociale.
Mais avec l’informatisation de ces données, certains craignaient un fichage généralisé. C’est le cas de l’homme politique Michel Poniatowski, , Secrétaire Général des Républicains Indépendants : "Et on peut imaginer une situation dans laquelle on connectera l’ensemble des fichiers électroniques existant dans l’administration, ceux de la police, de l’armée, des douanes, de la santé publique et j’en passe et avoir en quelques instants un ensemble de renseignements concernant chaque individu chaque personne. Evidemment, il y a là des risques... Je crois qu’il faut absolument protéger les individus de ces risques de coercition qui touchent directement à sa liberté personnelle".
Les médias aussi s’emparent du sujet. Le Monde titre en mars 1974, "SAFARI ou la chasse aux Français”. Un an plus tard, Antenne 2 consacre 55 minutes à la crainte d’être fiché : "L’homme fiché en carte un vieux rêve de ceux qui pensent que les individus appartiennent à l’Etat l’homme numéro qui devient interchangeable commode à manipuler".
Des sujets d’anticipation imaginent aussi l’intérêt potentiel de ces données personnelles : vous venez d’avoir un accident, il est essentiel pour vous que les médecins sachent tout de suite si vous êtes cardiaque ou diabétique... Un jour cela se passera ainsi, une charmante jeune fille descendra d’une ambulance son petit terminal sous le bras, appellera l’ordinateur du ministère de la santé et votre profil sanitaire apparaîtra immédiatement."
Crainte d’être fiché, peur de voir sa vie personnelle étalée, moyen moderne de croiser des données.. Face à tous ces débats en 1975 le ministre de la Justice, Jean Lecanuet, prend la parole : "Je crois qu’il faudra créer un organisme indépendant composé de personnalités tout à fait neutres et indépendantes qui surveillent en permanence la démarche de l’informatique en France pour sauvegarder les libertés."
Trois ans plus tard, en 1978, la CNIL, la commission nationale de l’informatique et des libertés est née.
Son but, est encore le même aujourd'hui : veiller à ce que l’informatique soit au service du citoyen et qu’elle ne porte atteinte ni à l’identité humaine, ni aux droits de l’Homme, ni à la vie privée, ni aux libertés individuelles ou publiques…
Aujourd’hui avec internet et les réseaux sociaux la peur de voir fuiter ses données personnelles ne cesse d’augmenter.
Et ça se ressent dans les chiffres, de plus en plus de Français font appel à la CNIL +44% de plaintes ont été enregistrées depuis 2015.




.

Émission

retour vers l'info

Production

producteur ou co-producteur

Institut national de l'audiovisuel

Générique

rédacteur

Richard Poirot
Géraldine Cornet Lavau

AdBlock activé!