José Bidegain - Vidéo Ina.fr

José Bidegain

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
1,99 €
 
telecharger
Télécharger le programme sur votre ordinateur

José Bidegain

Questionnaire

video 19 oct. 1973 1123 vues 44min 16s

Jean louis SERVAN SHREIBER présente sa nouvelle émission puis son premier invité José BIDEGAIN, patron d'une entreprise familiale de chaussures qui devient dirigeant de la fédération de l''industrie de la chaussure, syndicat patronal qui rassemble 600 entreprises.Il est membre depuis dix ans du CNPF. Il a fondé en 1969 la société "Entreprise et progrès".Il est réformiste ce qui lui vaut une position inconfortable. Le premier point abordé, l'affaire des licenciements de Romans et le problème de l'emploi qui est pour lui un problème essentiel. Les chefs d'entreprise doivent s'en préoccuper. La garantie de l'emploi c'est la garantie des commandes. Il faut en permanence s'adapter au changement des besoins de production. On peut licencier mais en se préoccupant de ce que vont devenir les hommes. Les réformes proposées par "Entreprise et progrès" consistent à accompagner le progrès économique du progrès social. L' expérimentation de la retraite progressive, la libéralisation des horaires souples.Dans les entreprises il existe une solidarité de fait. José BIDEGAIN évoque longuement ce qui lui tient à coeur, l' amélioration des conditions de travail qui selon lui doit se faire en trois points. Il faut harmoniser l'entreprise avec son environnement. Les français doivent revoir la vision qu'ils ont du travail, il faut rémunérer l'ennui, il faut une compensation pour le travail ennuyeux et répétitif par moins de travail ou plus de salaire, sinon les français ne voudront plus le faire.Il est contre le vote de deux ou quatre salariés dans le conseil d'administration d'une société : aller vers un système du type démocratie politique, c'est méconnaitre sa technicité, ses contraintes, mais l'entreprise ce n'est pas non plus un régiment où quelqu'un décide et a des pouvoirs pour décider. Il explique la différence entre une société à conseil d'administration qui gère le présent et la préparation du futur et les nouvelles sociétés, permises par l'Etat sur le modèle anglo-saxon, où l'on sépare ce qui est la préparation du futur et la gestion opérationnelle de l'entreprise. "Il est difficile de demander à un syndicaliste qui toute la journée conteste les décisions prises par l'entreprise, à 6 heures du soir de changer de casquette et de venir gérer et participer à une organisation qu'il contestera le lendemain matin". José BIDEGAIN est contre la légitimité de la transmission du pouvoir de l'entreprise par héritage à un fils en même temps que le capital. En matière industriel il préfère les ancêtres aux héritiers. Cela se fait de moins en moins car diriger une entreprise nécessite une compétence. C'est le conseil de surveillance qui nomme le directoire. Il y a là une solution progressive.On est passé d'un patronat de propriété à un patronat de gestion choisi davantage par la compétence. Aujourd'hui il faut chercher à décentraliser le pouvoir des entreprises plutot que de changer le patron. Il faut chercher les domaines dans lesquels des efforts pourraient être faits. Il a été radié du CNPF en 1965 car il a pensé que le CNPF avait tort de ne pas vivre avec son époque, qu'il était en retard.Mais depuis 1968 à l'initiative de François CEYRAC, le CNPF a signé avec les organisations syndicales un nombre important d'accords et de textes qui ont modifié la vie des employés de l'entreprise (exemple de la formation permanente). Il y a une course de vitesse qui est organisée entre l'évolution de la sociéte et l'évolution des chefs d'entreprises de ce pays qui doivent comprendre qu'il faut vivre avec son époque.Ils ont relevé le défi de la production en masse, maintenant ils doivent relever le défi d'adapter l'entreprise aux aspirations nouvelles des hommes qui y vivent. Les choses son en marche et son ambition est celle des idées qu'il défend.

Émission

Questionnaire

Production

producteur ou co-producteur

Office national de radiodiffusion télévision française

Générique

réalisateur

Jacques Cristobal

participant

José Bidegain

présentateur

Jean Louis Servan Schreiber

AdBlock activé!