Yacine Kateb écrivain public - Vidéo Ina.fr

Yacine Kateb écrivain public

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
2,99 €
 
telecharger
Téléchargez le programme sur votre ordinateur
graver
Créez votre DVD à la carte (5€ de frais de gravure par DVD gravé)

Yacine Kateb écrivain public

Un certain regard

video 21 nov. 1971 3129 vues 53min 24s

Yacine KATEB, romancier, poète et dramaturge, est probablement l'écrivain algérien le plus connu en France. Peut-être parce que la majeure partie de son oeuvre a été écrite en français, et peut-être aussi parce qu'elle reflète profondément l'aventure de tout un peuple à la recherche de son identité.Charles HAROCHE et Isidore ROMERO ont rencontré Yacine KATEB à Paris pour évoquer avec lui sa vie et son oeuvre littéraire.Il retourne aussi sur les lieux où il a vécu à Paris lors ses premières années d'exil. L'actrice Attica GUEDJ lit des passages de son roman "Nedjma". Yacine KATEB évoque son enfance, son adolescence où, après les manifestations du 8 mai 1945, il sera emprisonné à l'âge de quinze ans et où il rencontrera les gens du peuple : "C'étaient eux la vraie poésie... le génie du peuple algérien". Cette prise de conscience brutale déterminera son engagement dans le combat politique à travers une recherche de l'identité algérienne. Il évoque aussi sa rencontre amoureuse avec sa cousine "Nedjma", et son exil en France où il devient écrivain public pour ses compatriotes immigrés. Il livre ensuite ses réflexions sur l'emploi de la langue française en tant qu'écrivain, à la fois un facteur aliénant et une position de force. Yacine KATEB parle longuement de son roman "Nedjma" et de sa symbolique, "livre à la recherche d'une femme et d'un pays", témoin du passage douloureux d'une société tribale à celle d'une nation, et poursuit sur la place de la femme algérienne, "présence occulte et culpabilisante". Il revient sur l'importance de la tradition orale dans la société algérienne, en particulier sur la poésie jamais écrite, et sur "ce peuple dépossédé de sa culture car toujours envahi". Il faut recueillir les traces de cette formidable mémoire collective populaire que constitue la tradition orale, avant qu'elle ne disparaisse totalement du fait de l'altération et de la censure sociale. Yacine KATEB conclut sur sa longue période d'exil et sur ses dernières pièces politiques, en particulier "L'homme aux sandales de caoutchouc", véritable tournant dans son oeuvre. Il se réfère au Vietnam communiste et au combat palestinien, exemples à suivre pour l'Algérie d'après l'Indépendance, et cherche à mettre en scène de nouveaux prophètes, comme Mao Tsé-toung qu'il transforme en "balayeur comique", mais aussi des hommes simples, en bas de l'échelle sociale, qui livrent un combat quotidien, solitaire et empreint d'humanité.Aujourd'hui, poète vagabond, il partage sa vie entre l'Algérie et la France et cherche à trouver "une grande halte pour accoucher d'une nouvelle oeuvre".

Émission

Un certain regard

Production

producteur ou co-producteur

Office national de radiodiffusion télévision française

Générique

réalisateur

Isidro Romero

producteur

Charles Haroche

interprète

Attica Guedj

participant

Kateb Yacine

AdBlock activé!