La médecine et l'hôpital : la réforme hospitalière - Vidéo Ina.fr

La médecine et l'hôpital : la réforme hospitalière

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
1,99 €
 
telecharger
Téléchargez le programme sur votre ordinateur
graver
Créez votre DVD à la carte (5€ de frais de gravure par DVD gravé)

La médecine et l'hôpital : la réforme hospitalière

Liberté de l'esprit

video 27 déc. 1958 973 vues 36min 06s

Au moment où l'Etat vient de proposer une réforme des hôpitaux de province, Etienne LALOU propose un débat pour faire le point sur cette réforme avec Max QUERRIEN, Directeur de Cabinet de Bernard CHENOT, ministre de la Santé publique et de la population, Henri THEILLOU, Directeur de l'hôpital de Compiègne, ainsi que deux médecins anonymes, dont l'un travaille à l'hôpital Broussais et est membre du Comité des Sciences de la RTF, et l'autre Président de l'Association des externes des hôpitaux de Paris. - Max QUERRIEN explique en quoi consiste cette réforme : ouvrir l'hôpital à tous, bien gérer le développement des hôpitaux en fonction des besoins locaux pour éviter les débordements financiers, préciser les pouvoirs des directeurs d'hôpitaux et humaniser les hôpitaux. - Ils évoquent d'abord la réforme administrative de l'hôpital. Henri THEILLOU, en tant que directeur d'hôpital, est satisfait de cette réforme qui clarifie la fonction du directeur d'hôpital, et renforce ses pouvoirs. Il précise que cette réforme s'adresse aux hôpitaux de province, et non aux hôpitaux de Paris, qui dépendent de l'Assistance Publique, organisme autonome. Il est satisfait aussi des mesures qui ont été prises en ce qui concerne le secteur privé, et la place du secteur privé dans l'hôpital public. Le problème est que des médecins se font une clientèle à l'hôpital, puis ouvrent une clinique privée dans la ville de l'hôpital, où ils ont leur clientèle. Ainsi, ils font concurrence à l'hôpital et même vident l'hôpital de ses malades. Du coup, les équipements coûteux installés à l'hôpital sont inutilisés. - Les deux médecins présents sur le plateau regrettent que cette réforme ne s'appliquent pas aux hôpitaux de Paris. Ils alertent sur les dysfonctionnements des hôpitaux de l'Assistance Publique, et notamment sur les lourdeurs administratives qui empêchent une adaptation rapide de l'hôpital aux besoins. Pour obtenir quelque chose, par exemple une infirmière supplémentaire, il faut 3 à 4 ans de procédures administratives. Ils regrettent que le ministère de la Santé n'ait pas les pleins pouvoirs pour agir, et qu'il lui faille demander l'autorisation des ministères des Finances et de l'Intérieur. - Ils évoquent ensuite les répercussions de ces réformes sur la vie des malades à l'hôpital. Ils parlent de la circulaire d'humanisation de l'hôpital. Il s'agit entre autres d'améliorer l'accueil des malades et des familles, les relations entre le personnel médical et les patients. Ils regrettent notamment un manque d'effectifs flagrant, qui concerne surtout les infirmières. Elles n'ont pas le temps de soigner l'accueil et les relations humaines. Il faut d'avantage de crédits pour le ministère de la Santé. Ils évoquent aussi les conditions dans lesquelles se passent les visites de la famille à un malade. - Ils abordent le problème des médecins qui concilient à la fois les consultations à l'hôpital, dans leur cabinet et dans de leur clinique. La réforme donne la possibilité aux médecins de travailler à temps plein à l'hôpital. Les médecins présents sur le plateau répondent qu'ils refuseront, tant que les hôpitaux seront dans cet état de vétusté, de manque d'hygiène et de confort pour les malades. Ils évoquent alors les conditions de vie des malades à l'hôpital : les salles communes, trop peu de sanitaires, pas de possibilités de voir son médecin seul... Ils demandent des hôpitaux avec de petites chambres. Ils brossent un portrait noir du déroulement d'une hospitalisation, avec tous ses inconvénients. QUERRIEN répond que le plein temps généralisé n'est pas encore possible, mais qu'on y viendra. - Ils évoquent une éventuelle suppression du concours de l'externat, et la réforme de l'enseignement médical.

Émission

Liberté de l'esprit

Production

producteur ou co-producteur

RADIODIFFUSION TELEVISION FRANCAISE

Générique

réalisateur

Arnaud Desjardins

participant

Max Querrien

présentateur

Etienne Lalou

AdBlock activé!