John Kenneth Galbraith ou les avatars de la prospérité - Vidéo Ina.fr

John Kenneth Galbraith ou les avatars de la prospérité

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
2,99 €
 
telecharger
Télécharger le programme sur votre ordinateur

John Kenneth Galbraith ou les avatars de la prospérité

Un certain regard

video 15 oct. 1972 757 vues 01h 00min 38s

Les auteurs de l'émission ont saisi l'occasion de son passage à Paris pour tracer un portrait rapide et incisif de John Kenneth GALBRAITH, ce penseur-homme d'action, libéral de gauche anticonformiste dont l'humour volontiers sarcastique fait scandale.En 1958, dans mon livre "L'ére de l'opulence", je me demandais si la croissance était la source de tous les bonheurs. Etant vaniteux, je me réjouis de voir aujourd'hui autour de moi tant d'alliés". Tels sont les mots que prononça John Kenneth GALBRAITH au printemps 1972 à la tribune de l'UNESCO, dans le cadre d'un vaste débat sur la croissance économique organisé par Valéry GISCARD D'ESTAING.Répondant aux questions d'Harold KAPLAN, John Kenneth GALBRAITH évoque (anglais non traduit) tout d'abord sa carrière : né au Canada dans une petite communauté écossaise, il découvre très tôt les théories de KEYNES et devient son disciple.Naturalisé américain, placé par ROOSEVELT en 1942 à la tête de "L'office des Prix", envoyé en mission à Nuremberg après la guerre, John Kenneth GALBRAITH est successivement conseiller de STEVENSON, ambassadeur à New Delhi de KENNEDY, rédacteur du discours d'investiture de JOHNSON, puis ardent défenseur du démocrate MAC GOVERN.Mais John Kenneth GALBRAITH est aussi un économiste qui a su développer dans ses livres une analyse complète et originale des sociétés industrielles modernes et de leurs transformations.Il explique ici comment dans "Le capitalisme des managers", l'administration des entreprises, la "technostructure", a pris un rôle déterminant. Des besoins nouveaux sont désormais créés de toute pièce pour justifier les exigences de la production. La soi-disante prospérité du nouvel Etat industriel connait toute une série d'avatars. Le problème essentiel est de libérer l'Etat du pouvoir de la grande entreprise. Quant à la lutte des classes, John Kenneth GALBRAITH estime que les travailleurs en s'intégrant à la technostructure, deviennent de plus en plus conformistes.Seuls les "prolétaires instruits", c'est à dire les groupes issus de l'Université, dont il est, peuvent aujourd'hui pousser au changement les sociétés industrielles - "Pour que vienne l'heure des libéraux" dit le titre de l'un de ses livres...Image des rencontres Internationales du ministère de l'économie et des finances à laquelle participe John Kenneth GALBRAITH, -Images d'archives non identifiées : du Président Kennedy, de son enterrement du Président Kennedy,d'un conflit, d'une manifestation, de la crise économique de 1929, du président ROOSEVELT à une tribune, de lavie quotidienne aux USA lors du New Deal-Photos de Hitler.

Émission

Un certain regard

Production

producteur ou co-producteur

Office national de radiodiffusion télévision française

Générique

réalisateur

Alain Ferrari

producteur

Philippe Sainteny

participant

Roger Garaudy
John Kenneth Galbraith
Harold Kaplan
Valéry Giscard d'Estaing

AdBlock activé!