De 1975 à nos jours : Le temps des passions - Vidéo Ina.fr

De 1975 à nos jours : Le temps des passions

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
2,99 €
 
telecharger
Télécharger le programme sur votre ordinateur

De 1975 à nos jours : Le temps des passions

Noirs de France

video 19 févr. 2012 3718 vues 55min 34s

Africains, Malgaches, Réunionnais, Martiniquais, Guadeloupéens, Guyanais, Comoriens, Haitiens, Kanak... Parisiens, Marseillais, Bordelais, Lillois et de bien d'autres lieux encore. Noirs et Français, tout simplement. Depuis plus de trois siècles. Et pourtant...Troisième et dernier épisode de la grande série documentaire qui nous plonge au coeur d'une histoire encore mal connue, avec ses pages sombres et ses moments de lumière.Épisode 3 : Le temps des passions (1975-2011)Le choc pétrolier de 1973 et la crise qui s'ensuit provoquent un arrêt officiel de l'immigration de travail en France et laisse progressivement place au regroupement familial. Au début des années 80, la gauche socialiste met fin au Bumidom et régularise de nombreux sans-papiers. Mais, en 1986, le ministre de l'Intérieur Charles Pasqua affrète, à grand renfort de publicité, un charter qui reconduit symboliquement à Bamako une centaine de Maliens. Cette expulsion se veut un signal fort. Par la suite, les mouvements de luttes des " sans-papiers ", pour le droit à l'asile et au logement se multiplient et sollicitent l'intérêt des médias. Ces années sont aussi marquées parl'émergence de musiciens et surtout de sportifs afro-antillais sur la scène médiatique. Ces enfants des premières générations, comme Marius Trésor, Jean Tigana ou Yannick Noah, deviennent les " héros " d'une France en quête de succès. Le dernier quart du XXe siècle sera marqué par la forte visibilité dans l'espace public de discriminations multiples à l'encontre des migrants afro-antillais et de leurs descendants.La musique " noire " est plus présente que jamais dans les années 80-90. La visibilité de la population noire passe aussi par la question de la mémoire de l'esclavage avec la Marche de mai 1998 commémorant le cent cinquantenaire de l'abolition de l'esclavage. Mais l'autre temps fort de cette année 1998 demeure la Coupe du monde de football où s'illustre l'équipe de France " Black-Blanc-Beur ". Dans le même temps, le combat pour la mémoire prend un nouveau tournant : le 10 mai 2001, l'Assemblée nationale reconnaît la traite négrière et l'esclavage comme crime contre l'humanité. Des auteurs d'origine afro-antillaise multiplient les publications évoquant leur identité entre l'Afrique, les Antilles et la France et la musique reste un espace d'expression privilégié des jeunes issus de l'immigration. Le paradoxe français se creuse, car malgré les discours d'exclusion, les violences urbaines et la crise sociale, les Noirfrançais s'installent dans l'hexagone de manière explicite et multiple. Les Noirs font désormais partie intégrante de notre histoire, de nos cultures, du territoire et de l'économie depuis maintenant plusieurs générations, mais c'est aujourd'hui que cette présence s'inscrit, aussi, dans le champs politique.

Production

producteur ou co-producteur

Compagnie des Phares et Balises, Institut national de l'audiovisuel

Générique

réalisateur

Juan Gelas

auteur de l'oeuvre pré-existante

Pascal Blanchard
Juan Gelas

AdBlock activé!