Le souffle du Grand Nord - Vidéo Ina.fr

Le souffle du Grand Nord

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
2,99 €
 
telecharger
Télécharger le programme sur votre ordinateur

Le souffle du Grand Nord

La saga des Inuit

video 10 nov. 2007 6995 vues 52min 28s

Quatrième volet d'une série de quatre documentaires, réalisés à partir des images tournées par le géographe Jean MALAURIE au cours de ses multiples expéditions consacrées au peuple Inuit. Dans ce quatrième épisode, Jean MALAURIE, qui relate l'histoire de l'exploration de l'Arctique et la dépossession par les occidentaux de la terre et la culture des Inuits. Alternance d'images d'archives, de banc-titres commentés et d'interviews de Jean MALAURIE.- Jean MALAURIE a participé puis conduit depuis 1948 31 expéditions dans l'Arctique. Sa rencontre avec les inuits a été décisive, partager leur vie dans des conditions climatiques rudes lui a permis de reconnaître la haute valeur de leur pensée, dans laquelle il voit une alternative au matérialisme des sociétés occidentales. Dans ses films et publications scientifiques, Jean MALAURIE dénonce les risques que l'insouciance humaine fait courir à la terre.- Jean MALAURIE évoque ses périples dans les déserts, comme le Mont du Hoggar, au Sahara, en 1948-1949 et le nord du Groenland en 1950-1951. Il était géographe des expéditions de Paul-Emile VICTOR en 1948 et 1949 puis il a poursuivi 32 missions dans l'Arctique avec le CNRS en solitaire. Il a marché en établissant une carte et en étant accompagné par les Inuits. Les Inuits sont intrigués par la fascination de Jean MALAURIE pour le mystère de la pierre. Les Inuits représentent une civilisation pour lui, considérée comme "primitive". Jean MALAURIE se considère comme un géo-historien, qui s'intéresse à la fois l'espace et à la durée. Des photographies d'époque illustrent son propos.- L'histoire de l'exploration arctique témoigne de l'ignorance des populations inuits. Elle a longtemps été dominée par les britanniques, qui ont organisé des expéditions de façon militaire. Ils refusaient de manger comme les Inuits et craignaient le scorbut, une maladie provoquée par un manque de vitamines. Images de l'Arctique central canadien des années 1920 montrant des chasseurs inuits. Les blancs vivent selon leurs traditions et les Inuits se méfient d'eux. Selon une coutume britannique, ce ne sont pas les chiens qui tirent les traîneaux mais les marins, comme l'illustrent des gravures.- Présentation des grandes figures d'explorateurs de l'Arctique, illustrées par leurs portraits photographiques : le suédois Erik NORDENSKJOLD (1832-1901), le norvégien Roald AMUNDSEN (1872-1928), les américains Robert Edwin PEARY (1856-1920) et Frederick Albert COOK (1865-1940), le danois Knud RASMUSSEN (1879-1933).- Jean MALAURIE est le premier européen à être allé en traîneau à chiens jusqu' au pôle géomagnétique. Les Inuits sont 302 dans cette région lorqu'il s'y rend. Ils ont été découverts en 1818 par un explorateur écossais. Jean MALAURIE a fait le recensement généalogique de la population, qui comprenait 70 familles. L'espérance de vie était de 22 ans pour les femmes et 27 ans pour les hommes.- En 1951, Jean MALAURIE découvre une base militaire secrète de l'US AiR Force, lors de la guerre de Corée. Il s'agissait d'une piste pour un bombardier dont les bombes étaient destinées à Pékin ou à Moscou. A son retour, Jean MALAURIE dénonce le mépris des américains pour les Inuits. Il arrête la rédaction de sa thèse pour écrire le livre "Les derniers rois de Thulé".- En 1973, Jean MALAURIE commence avec l'ORTF une série télévisée couvrant l'ensemble de l'Arctique, à commencer par le nord du Canada, jusqu'à l'Alaska. A son retour, il continue la série avec Antenne 2. - La transformation du peuple Inuit est frappante, ils sont dépossédés de leurs droits par le développement économique. Les jeunes élites de ces populations n'ont pas pu prendre le pouvoir. Interviews d'époque d'un chef d'un mouvement inuit, qui souhaite l'indépendance et du président d'une association, qui veut préserver la culture inuit, et extrait d'un discours de William HENSLEY lors du premier congrès inuit en 1977. 17 résolutions sont votées, dont l'une aboutie à la création d'une ligue internationale. Images d'un vote. Interview du directeur d'une radio esquimau, qui dénonce une présence danoise trop forte.- Jean MALAURIE dénonce l'attribution de fonctions serviles aux groënlandais . Il évoque l'esprit compassionnel des occidentaux, qui mettent en place une pédagogie de confisquation et de substitution d'une culture à une autre. Interview de 1976 d'une femme qui dit que ses enfant ne parlent plus la langue esquimau. - Jean MALAURIE s'est fait nommé instituteur dans un village, Ouelen, en 1990. il a constaté que la langue autochtone n'y était pas enseignée, remplacée par le russe. Ces écoles ont eu de médiocres résultats. La population a découvert la pauvreté et le désespoir, qui conduit à l'alcoolisme et au suicide. - Les Inuits souhaitent conserver leur identité, comme le montre des images de danses traditionnelles. Depuis que l'art inuit a une valeur monnétaire aux yeux des galeristes, leurs oeuvres sont montrées de façon esthétisante mais sans explorer leur philosophie. Images de sculptures.- En 1990, Jean MALAURIE découvre le site de l'Allée des Baleines. Il y est initié à la philosophie animiste. Interview d'époque de Jean MALAURIE.- A Saint-Pétersbourg, la Russie a été pionnière dans la formation des élites arctiques depuis 1992. Une école des cadres des peuples du nord y a été fondée. Jean MALAURIE est président d'honneur à vie de l'Académie polaire russe. La matière principale enseignée est l'écologie.- Les industriels sont intéressés par le Groënland et les projets d'usines et d'industries minières sont nombreux. La situation est plus difficile au Canada, car il possède du pétrole et du gaz et le développement est massif. Avec le réchauffement climatique, ces espaces vont être de plus en plus faciles à exploiter. La menace pour ces peuples du Groënland est d'être submergée par les blancs. La migration du sud vers le nord est considérable. Un accord voulu par Richard NIXON en 1971 équivaut à diviser pour mieux régner. - Le passage du nord-ouest va connaître un traffic similaire à celui du canal de Suez. La Toundra est très polluée. Le réchauffement climatique s'accélère dans le Grand Nord, 70% de la calotte glacière de l'océan arctique aura disparue en 2030. Le Grand Nord possèderait le quart des réserves pétrolières mondiales. Une exploitation pétrolière et gazière intensive aura lieu ces prochaines années et la pollution s'accentura. Images d'une carte illustrant l'évolution de la situation. - En 1953, l'US Air Force a mis en place un périmètre de sécurité autour de sa base, la population inuite est expulsée. L'armée met le feu à leurs habitations.- Conclusion de Jean MALAURIE, qui déplore qu'une immigration sans précédent venue du sud ne viendra plus pour l'exploration mais pour la dépossession, faisans disparaître les cultures nordiques. L'UNESCO a honoré Jean MALAURIE du titre d'ambassadeur de bonne volonté pour les régions polaires arctiques, il souhaite que ces peuples soient internationalement consultés sur l'avenir. Il cite l'Islande comme modèle, qui possède l'un des niveaux de vie les plus élevés au monde.

Émission

La saga des Inuit

Production

producteur ou co-producteur

Institut national de l'audiovisuel

Générique

réalisateur

Jean Malaurie

auteur de l'oeuvre originale

Jean Malaurie

producteur

Gérald Collas

commentateur

Maud Rayer

monteur

Antonio Wagner

participant

Annie Malaurie

AdBlock activé!