Après la marche du siècle : les Beurs - Vidéo Ina.fr

Après la marche du siècle : les Beurs

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
1,99 €
 
telecharger
Téléchargez le programme sur votre ordinateur
graver
Créez votre DVD à la carte (5€ de frais de gravure par DVD gravé)

Après la marche du siècle : les Beurs

Français si vous parliez

video 02 déc. 1993 498 vues 42min 54s

André BERCOFF consacre son émission aux Français de parents maghrébins. Les "beurs" sont partie intégrante du paysage français mais sont-ils vraiment intégrés ? Les invités de cette émission tentent de répondre à cette question. - Le père Christian DELORME est à l'origine de la marche des beurs de Marseille à Paris du 15 octobre 1983 au 12 décembre 1983. Le père DELORME compare la situation sociale d'il y a 10 ans à celle d'aujourd'hui. Selon lui le travail permet l'intégration des "beurs" mais la crise économique actuelle entraîne un repli, une politique d'exclusion et la désintégration sociale. - Khaled BOUDALI (conseiller municipal de Bourges) revient sur la marche de 1983, qui, selon lui, a initialisé un processus de responsabilisation. Il pense que les "beurs" ont eux aussi un rôle à jouer. - Djida TAZDAIT (député européenne) trouve que la marche de 1983 a fait émerger des gens et constitue leur mémoire. Elle regrette que cette marche n'ait pas profité aux marcheurs mais à d'autres. Selon elle, l'union ne peut venir que de la société de droit commun et les "beurs" doivent participer à la constitution d'un tissu culturel commun. Il faut trouver un statut clair à la religion islamique que Charles Pasqua utilise politiquement et dans laquelle les jeunes se réfugient car il n'existe aucune volonté politique de les sortir des banlieues. - Patrick HENRY (marcheur association EXIT) explique pourquoi il a aidé à l'organisation de cette marche et pourquoi il y a participé. Une telle opération ne pourrait plus se faire aujourd'hui selon lui. - Farid AICHOUNE (journaliste Nouvel Observateur) donne l'origine du mot "beur". Il estime que le modèle d'assimilation et d'intégration ne fonctionne plus tout comme le modèle républicain français. - Des spectateurs réagissent aux propos tenus par les invités (la marche de 1983 a été "récupérée", il n'y a pas de problème beur mais un malaise économique et social, les "beurs" doivent se prendre en main). Beaucoup refuse le terme "beur" qu'ils n'ont pas choisi. - MOUNSI, auteur du livre "Les cendres de la ville", pense que les jeunes "beurs" se sentent manipulés et cherchent un équilibre. - Youssef BEN SLAMIA (dir de "Le Triangle") refuse que les jeunes Français d'origine maghrébine soient spécifiés et montrés du doigt, ce que fait le terme "beur". - Pour finir, Khaled BOUDALI (sur le générique de fin) signale que pour lui il n'existe pas de problème "beur" mais un problème général.

Émission

Français si vous parliez

Production

producteur ou co-producteur

France 3

Générique

réalisateur

Olivier Bressy

participant

Patrick Henry
Christian Delorme
Farid Aichoune
Djida Tazdait
Khaled Boudali
Mounsi-chanteur

présentateur

André Bercoff

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Masquer ce message
En savoir plus et paramétrer les cookies
AdBlock activé!