Paroles en forme de tourbillon : Octavio PAZ - Vidéo Ina.fr

Paroles en forme de tourbillon : Octavio PAZ

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
1,99 €
 
telecharger
Téléchargez le programme sur votre ordinateur
graver
Créez votre DVD à la carte (5€ de frais de gravure par DVD gravé)

Paroles en forme de tourbillon : Octavio PAZ

Océaniques : Des idées, des hommes, des oeuvres

video 05 juin 1989 1724 vues 51min 32s

Octavio PAZ s'entretient avec Alain JAUBERT et Frédéric MAGNE et retrace avec eux son histoire personnelle de 1914, date de sa naissance, à nos jours. Issu de la bourgeoisie intellectuelle mexicaine, il étudie dans une école française, et, à l'Université, se familiarise avec les auteurs allemands. Il commence très tôt son activité littéraire, en participant aux revues "Barandal", aux "Cahiers du Val de Mexico", e.T.C... Cependant, il est très vite irrésistiblement attiré par la poésie. Il lit et aime : Saint-John Perse, André BRETON, Guillaume APOLLINAIRE, ALBERTI, GUILLEM, Cernuda, JIMENEZ, MACHADO, REYES, Jorge Luis BORGES. Pendant la guerre civile espagnole, Octavio PAZ se trouve en Espagne, et rencontre des poètes espagnols. Homme de gauche, ses premiers doutes sur le stalinisme naissent durant cette période. De retour au Mexique, il s'engage dans la politique et se lie avec des exilés espagnols. Aux Etats-Unis, il fait divers métiers et découvre la poésie anglaise. Il se rend ensuite à Paris où il rencontre des surréalistes qui lui ouvrent "un autre univers spirituel de pensée", et avec qui il s'associe. Il rencontre également Jean-Paul SARTRE, Albert CAMUS, André-Pierre de MANDIARGUES et Henri MICHAUX. En 1962, Octavio PAZ est nommé ambassadeur en Inde : il voulait connaître le monde. Mais il quitte le gouvernement mexicain; dégouté par la répression sanglante des manifestations étudiantes à Mexico. La situation politique en Amérique latine le perturbe profondément, mais il n'imagine pas de changement tant qu'une réforme dans la pensée n'aura eu lieu. Il termine cet entretien avec l'affirmation qu' "il ne peut y avoir de société sans poètes" et qu' "il n'y a pas de grande poésie sans l'idée de la mort". - -L'émission est entrecoupée par la lecture en espagnol (soustitré) par Octavio PAZ de cinq de ses poèmes. Nombreuses photos et diffusion d'un document de Visnews sur les manifestations estudiantines à Mexico.

Production

producteur ou co-producteur

France Régions 3

Générique

réalisateur

Alain Jaubert

journaliste

Frédéric Magné

participant

Octavio Paz

AdBlock activé!