Les français d'outre-mer : Saint Louis du Sénégal - Vidéo Ina.fr

Les français d'outre-mer : Saint Louis du Sénégal

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
2,99 €
 
telecharger
Téléchargez le programme sur votre ordinateur
graver
Créez votre DVD à la carte (5€ de frais de gravure par DVD gravé)

Les français d'outre-mer : Saint Louis du Sénégal

L'album de famille des français

video 25 avril 1975 3751 vues 54min 16s

Dans le Sénégal indépendant d'aujourd'hui, à Saint Louis et à Dakar, des descendants de négociants bordelais, Madame GRANDRY âgée de 90 ans, son fils et Mademoiselle de MONCAIRE qui a 87 ans évoquent leurs souvenirs de l'époque coloniale. Leurs familles se sont alliées aux vieilles familles africaines de Saint-Louis. C'est de cette façon que sont nés les mulâtres ou "signares". Il ne reste aujourd'hui que trois ou quatre familles à Saint Louis. Robert de la VIGNETTE à Paris parle de sa carrière d'administrateur et de gouverneur. Un ancien boy donne son opinion sur ses patrons français. Photos, tableaux émaillent ce documentaire qui donne la paroles aux européens et aux africains et notamment à Sally DONGO qui fut boy durant plusieurs années à Saint-Louis et en France.- Ces familles ont conservé des habitudes de la "vieille France". Dakar est devenue la grande ville et Saint-Louis s'est endormie. Madame Grandry se souvient de son premier bal. - Robert de la VIGNETTE se souvient de l'époque où il administrait ce territoire. Ce pays s'appelait le territoire du Niger, chef lieu de l'époque. Les femmes africaines jouaient un rôle important. Elles étaient parfois les véritables chefs des européens. Les relations tenaient à la loyauté des interprètes et dans ce cas il n'y avait pas de trahison. C'était une vie carcérale. - Monsieur GRAZIANI et maître BONIFAY se souviennent de la caricature de l'européen dans un hamac qui faisait travailler les indigènes. Selon eux, cette image reste une caricature et ne correspond pas à la réalité. Des européens ont pu faire fortune. Mais il fallait travailler beaucoup. M. GRIMAUD, pharmacien à Dakar, retrace le portrait de son père arrivé en 1900 à Saint-Louis. Son père travaillait dans le commerce des arachides. Il a encore un cuisinier noir qui travaille pour lui depuis 20 ans; il fait partie de la famille. Ce dernier a réussi à faire vivre sa famille grâce à ce travail. Quelques hommes qui furent boys témoignent des relations avec les européens. Sally DONGO anime aujourd'hui le syndicat des travailleurs sénégalais; Il a été boy cuisinier et se souvient de son patron qui après avoir travaillé pendant deux ans, a acheté son propre camion. Pendant 9 ans, il a travaillé avec ce patron qui a ouvert une usine de café et a fait fortune. Son patron a acheté une maison à Nice ce qui a permis à Sally DONGO de venir en France en 1956. Il a été cloitré pendant ces années et n'est pas sorti de la maison- Quant au père SOUILLAC il a trouvé ses joies les plus profondes dans un village Sereer. Des habitants le remercient de son action. Selon le père tout est rite, tout est organisé et on n'a jamais vu qui que ce soit abandonné. Marcel PRUVOT est né en Afrique. Il est aujourd'hui propriétaire d'un hôtel et parle le wolof. Il a appris beaucoup avec les sénégalais. L'invitation est spontanée. Les gens ici partagent tout ce qu'il ont.

Émission

L'album de famille des français

Production

producteur ou co-producteur

France Régions 3

Générique

réalisateur

Claude Jean Philippe

producteur

Raoul Girardet

AdBlock activé!