Immigration et intégration : l'état des savoirs - Vidéo Ina.fr

Immigration et intégration : l'état des savoirs

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
2,99 €
 
telecharger
Télécharger le programme sur votre ordinateur

Immigration et intégration : l'état des savoirs

Le cercle

video 05 mai 1999 2252 vues 01h 32min 38s

Philippe LEFAIT consacre cette émission à l'immigration autour de l'ouvrage collectif de Philippe DEWITTE, "Immigration et intégration : l'état des savoirs". Il a invité pour en parler, quelques rédacteurs de cet ouvrage et des acteurs de l'immigration. Le débat est entrecoupé de quelques séquences d'archives. La partie musicale est assurée par le groupe "Camion " en fin d'émission. Tour à tour, les spécialistes sont invités à s'exprimer sur l'histoire de l'immigration en France avec une étude sur la situation actuelle, à définir quelques termes en revenant sur certaines idées reçues et à débattre sur les notions d'intégration, d'assimilation et de citoyenneté. - Philippe DEWITTE est le directeur scientifique de cet ouvrage collectif sur l'immigration qui fait le point sur 25 ans de recherche en la matière. Il explique que tous les auteurs ont fait un effort pour rendre cet ouvrage plus accessible. Plus tard, il fait un bref rappel historique de l'immigration polonaise et s'exprime sur les notions d'intégration et d'assimilation qui selon lui ne décrivent pas la même chose. Par contre, l'expression " Français de souche " lui pose un problème de définition. Il en est de même pour les autres invités. A propos de certaines idées reçues sur les immigrés, il dénonce quelques contre-vérités. Il s'exprime notamment sur l'aide aux pays en développement et sur l'image de l'islam en France. Il aborde longuement le problème des immigrés au travail par rapport à la précarisation et au chômage actuel et s'intéresse au cas des femmes africaines et aux maghrébines de la seconde génération. Dans sa conclusion, il rappelle que la société française est faite de diversité et qu'il faut l'accepter ainsi. - Daniele LOCHAK présente les activités de son association, le GISTI (Groupe d'information et de soutien aux immigrés). Elle parle de ses origines étrangères et des effets néfastes de la fermeture des frontières aux étrangers. Elle disserte longuement sur les emplois interdits ou difficiles d'accès aux immigrés comme la fonction publique, les entreprises nationalisées, le secteur médical et les professions libérales. Elle dénonce la préférence nationale dans certains de ces secteurs et rappelle que cette discrimination existe aussi dans le privé. Elle pense que grâce à la Commission MARCHAND, les choses vont pouvoir bouger. En conclusion, elle déclare qu'il est temps d'oublier la fonction d'utilité en parlant des immigrés. En ce qui concerne l'intégration, elle pense que cela doit passer par le culturel. - Catherine QUIMINAL a collaboré à l'ouvrage collectif pré-cité en tant que spécialiste de l'immigration africaine. Elle s'exprime plus particulièrement sur cette immigration plutôt récente en France et s'intéresse elle aussi aux définitions des termes comme "assimilation" et "Français de souche". Elle aborde à plusieurs reprise la question de la distance culturelle, mise en avant dans le cas de l'immigration africaine et maghrébine et s'intéresse à la nature des métiers des nouveaux immigrants, plus qualifiés que les premiers. Elle termine en parlant du dynamisme des femmes africaines, "novatrices et créatrices d'emplois". elle préconise l'ouverture aux autres cultures pour construire la mondialisation. - Patrick SIMON a contribué à l'ouvrage collectif en s'intéressant à l'histoire des sciences sociales et de l'immigration. Il déclare que la recherche dans le domaine de l'immigration est très difficile car cette matière touche de près les questions politiques. Les autres spécialistes sont d'accord avec lui. Concernant le vocabulaire, il ne veut pas alimenter le débat car il estime que les mots ne sont pas importants. Il s'exprime ensuite sur les secteurs professionnels difficiles d'accès aux immigrés en pensant qu'il y a une part de méconnaissance de leurs droits chez ces populations. Il parle de l'image des "beurettes" avec Catherine QUIMINAL et Philippe DEWITTE et conclut en déclarant qu'on peut être français et s'intéresser à ses origines étrangères. - Edmond et Alain SZELONG, respectivement père et fils, viennent d'écrire un livre sur l'immigration de leur grand-père polonais, intitulé "Ozarow, les racines polonaises". Tous deux se sentent complètement français et revendiquent même l'assimilation totale. - Ababacar DIOP est en totale opposition avec l'attitude de la famille SZELONG. Il s'emporte et ne veut pas entendre parler d'intégration et d'assimilation. Il déclare rester africain toute sa vie et retourner dans son pays quand il l'aura décidé. - Francois CAVANNA se pose plus en observateur dans ce débat. Il rappelle ses origines italiennes et s'exprime sur l'immigration avant les années soixante.

Émission

Le cercle

Production

producteur ou co-producteur

France 2

Générique

réalisateur

Gilles Daude

interprète

Camion-Groupe

participant

Ababacar Diop
François Cavanna
Danièle Lochak
Philippe Dewitte
Patrick Simon
Nancy Green
Catherine Quiminal
Edmond Szelong
Alain Szelong

présentateur

Philippe Lefait

AdBlock activé!