Le cercle de minuit : spécial Bosnie - Vidéo Ina.fr

Le cercle de minuit : spécial Bosnie

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
2,99 €
 
telecharger
Téléchargez le programme sur votre ordinateur
graver
Créez votre DVD à la carte (5€ de frais de gravure par DVD gravé)

Le cercle de minuit : spécial Bosnie

Le cercle de minuit

video 28 févr. 1996 2814 vues 01h 24min 14s

Laure ADLER consacre son émission à la Bosnie. Elle a réuni sur son plateau des intellectuels et historiens afin de débattre de ce sujet. - Après la diffusion d'un sujet d'actualité sur la situation en Bosnie, le débat s'amorce sur l'épuration ethnique pratiquée par les serbes. Hanifa KAPIDZIC, professeur de littérature française à Sarajevo, fait le point sur la situation à Sarajevo. Elle précise que la population autochtone voudrait rester mais que Karadzic ne le permet pas. Paul GARDE, historien, auteur de "Vie et mort de la Yougoslavie", insiste sur l'épuration ethnique et ce qu'il nomme "l'auto-épuration ethnique" perpétrées par les serbes. Jacques JUILLIARD, auteur de "Pour la Bosnie", estime qu'il est impardonnable, de la part de Milosevic, d'avoir décidé de trancher par la guerre un problème ethnique. - Après des images d'archives (12/12/95) des accords de paix en Bosnie signés à Paris, le débat se poursuit sur ces accords de paix. Selon Paul GARDE, la Bosnie est perdante car elle voit son sol partagé par une frontière. Jacques JULLIARD reconnait qu'il y a quand même eu une victoire : le fait d'avoir enfin reconnu qu'une "politique de fermeté permettait de donner un coup d'arrêt à l'agression". Pour Bernard-Henri LEVY, "cette paix telle qu'elle a été signée est une paix immorale et scandaleuse". Comme il l'explique, "pour les gens de Sarajevo, c'est peut-être un moment de soulagement, mais pour l'Europe, c'est un désastre". Hanifa KAPIDZIC formule le sentiment de colère et de tristesse de la population de Sarajevo au moment de ces accords. Elle réaffirme que leur seule chance est de garder le multiculturalisme. Catherine CLEMENT, auteur de "La putain du diable", s'interroge : qu'est-ce qu'une guerre normale et une paix juste ? Elle s'insurge contre la normalité de la guerre. BHL soutient qu'une guerre comme celle en Bosnie n'est pas une "guerre normale". - Après un extrait de "L'heure de vérité" (dec. 95) dans lequel François Mitterrand annonce que la France n'interviendra pas dans le conflit bosniaque, Bernard-Henri LEVY avoue avoir été profondément déçu par la position de l'ancien président. Il constate que Mitterrand avait choisi le parti serbe et qu'il avait en horreur l'idée d'une Bosnie cosmopolite. Il avoue son admiration pour Izetbegovic. Hanifa KAPIDZIC explique comment la population de Sarajevo avait fondé des espoirs en François Mitterrand et combien elle a été déçue. Selon Paul GARDE, si l'ancien président avait quitté l'Elysée plus tôt, 100 ou 200.000 bosniaques seraient encore vivants. Il estime qu'Iztbegovic est un homme extrèmement respectable. Jacques JULLIARD reproche à Mitterrand d'avoir "embourbé l'Occident dans l'humanitaire". Catherine CLEMENT n'accepte pas du tout les accusations portées contre François Mitterrand.

Émission

Le cercle de minuit

Production

producteur ou co-producteur

France 2

Générique

réalisateur

Pierre Desfons

interprète

Pierre Charial
Claire Guillamaud

participant

Jacques Julliard
Bernard Henri Lévy
Catherine Clément
Paul Garde
Hanifa Kapidzic

présentateur

Laure Adler

dvd
cd
AdBlock activé!