Les désarrois de l'armée Rouge - Vidéo Ina.fr

Les désarrois de l'armée Rouge

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
1,99 €
 
telecharger
Télécharger le programme sur votre ordinateur

Les désarrois de l'armée Rouge

Carnets de route

video 08 juil. 1991 1945 vues 54min 09s

Pendant 50 ans, elle a fait trembler l'Occident. Aujourd'hui, à l'image de l'Empire dont elle a forgé la fierté et la puissance, l'Armée soviétique vacille. Christine Ockrent mène l'enquête sur et à travers cette institution. Elle a tout d'abord rencontré le Comité des mères contre la violence qui demandent des comptes à la hiérarchie militaire et à la justice sur les sévices ou la mort de leurs enfants dans les rangs de l'armée, car il y a de 10 à 18000 morts par an au sein de l'armée. Beaucoup d'appelés désertent, on enferme les déserteurs dans des hôpitaux psychiatriques, seuls leurs parents sont autorisés à leur rendre visite. BORIS et ses parents témoignent : Boris a été battu à mort avant de s'enfuir et la mort l'attend s'il retourne à son unité. Le Comité des mères s'est organisé en réseau pour protéger les déserteurs. SACHA est déserteur depuis 4 mois il raconte son histoire, dans l'appartement où il se cache. Le problème essentiel qui se pose au sein de l'armée est celui des différentes nationalités, hostiles les unes envers les autres. L'armée est une marmite où bouillonnent les conflits raciaux. Depuis qu'elle a proclamé son indépendance, la Georgie veut constituer sa propre armée : tous les jeunes s'enrôlent dans la garde nationale, mais cette armée ne dispose que de très faibles moyens pour s'équiper. Témoignage d'un capitaine qui a quitté l'armée soviétique après 12 ans, pour venir encadrer la garde nationale georgienne. - Dans une base des forces soviétiques en Transcaucasie, ANDRE, officier russe considère comme inéluctable la séparation armée/Parti et déplore le rôle répressif que l'on fait jouer à l'armée dans les conflits interethniques et l'antimilitarisme primaire qui se développe au sein de la population. - A Moscou, le général BORIS GROMOV entend lutter pour le maintien d'une seule armée soviétique. - A Léningrad, le reportage montre les conditions de vie précaires, voire misérables des officiers qui sont là en formation pour commander des bases nucléaires (3 personnes entassées dans 9m2). L'économie est largement militarisée et la reconversion s'avère difficile, comme l'explique VLADIMIR GOPANOVITCH, les ouvriers du complexe militaro industriel de Léningrad craignent le chômage. - Si l'armée inquiète les libéraux qui redoutent un coup d'état militaire, VICTOR ALBSNISS, chef de file des conservateurs pense que l'armée peut jouer un rôle politique important, le pouvoir du Parti n'existant plus et n'étant pas remplacé par le pouvoir d'Etat, il faut selon lui décreter l'Etat d'urgence pour garantir la stabilité en URSS. L'organisation clandestine du "bouclier" qui se veut à la fois parti et syndicat compte 25 000 personnes; son chef VITALI OURATCHEV pense qu'il faut tout faire, en cas de coup d'état pour que les soldats ne prennent pas les armes contre le peuple et que la situation ne dégénère pas en guerre civile, mais finalement estime ce risque peu probable depuis l'arrivée de Boris Eltsine au pouvoir. Si l'univers de l'union PC armée s'est écroulé, l'armée rouge reste encore la première au monde par la possession d'ogives nucléaires.

Émission

Carnets de route

Production

producteur ou co-producteur

Antenne 2

Générique

réalisateur

Guy Saguez

producteur

Christine Ockrent
Alain Wieder

journaliste

Guylhaine Locquet
Maurice Najman
Pascal Manoukian
Stéphane Meunier

AdBlock activé!