Le boire et le manger - Vidéo Ina.fr

Le boire et le manger

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
2,99 €
 
telecharger
Téléchargez le programme sur votre ordinateur
graver
Créez votre DVD à la carte (5€ de frais de gravure par DVD gravé)

Le boire et le manger

Apostrophes

video 24 févr. 1978 2543 vues 02h 29min 14s

Ce 134ème numéro d'Apostrophes est consacré au "Boire et au manger", la littérature autour de ces sujets étant particulièrement riche et variée. Les invités de Bernard PIVOT sont : - James de COQUET, journaliste et chroniqueur, publie "Lettre aux gourmets, aux gourmands, aux gastronomes et aux goinfres sur leur comportement à table et dans l'intimité". Des quatre espèces décrites dans son livre, il a une préférence pour le gourmet, perfectionniste qui déguste avec ses cinq sens. Le gourmand est pour lui un homme possessif, qui assouvit une faim imaginaire. Il n'apprécie pas le côté professeur du gastronome. Quant au goinfre, il a peur, comme l'homme préhistorique, de manquer de nourriture. James de COQUET ponctuera l'émission de nombreuses réflexions et anecdotes piquantes. - Louis BRECHARD, 74 ans, vigneron, publie ses mémoires "Papa Bréchard vigneron du Beaujolais" (livre écrit par Jean-Pierre RICHARDOT). Il se souvient comment il est devenu à 15 ans chef de l'exploitation familiale, les erreurs de plantation qu'il a faites, les maladies qui décimaient les vignes, la vie dure des vignerons d'autrefois. Il explique l'évolution bénéfique qu'a connu le beaujolais, vin qu'il défend avec passion contre les attaques de Jean-Baptiste CHAUDET. - Jean-Baptiste CHAUDET, propriétaire d'un commerce de vins très célèbre à Paris, a écrit ses souvenirs dans "Marchand de vin". D'origine très modeste, il a toujours voulu défendre les intérêts de ses clients, leur proposant les meilleurs vins au meilleur prix. A contre-courant des modes, il refuse de vendre certains vins surclassés comme le Cahors. Des artistes ont aidé à la réputation de l'établissement : BLONDIN, NOURRICIER, CAMUS, CESAR, etc. - Pierre TROISGROS est venu présenter le livre écrit avec son frère "Les recettes originales de Jean et Pierre TROISGROS cuisiniers à Roanne". Leur père est à l'origine de leur réussite. Après une formation classique dans les meilleurs restaurants, les deux frères sont revenus dans l'établissement familial et ont pu progresser grâce à la rigueur, l'expérience et aux encouragements du père. Au terme "cuisine nouvelle", il préfère "cuisine contemporaine", dont le saumon à l'oseille est un exemple typique. Il explique l'astuce qui leur a permis de lier leur "mosaïque de légumes". - Odette KAHN propose un livre de recettes de cuisine "La petite et la grande cuisine" afin de répondre aux demandes du grand public : quelles sont les techniques de base (pâtes, sauces, cuissons...) ; comment composer des menus savoureux et équilibrés. Elle vante les mérites des nouveaux équipements ménagers qui facilitent la préparation des repas. James de COQUET regrette la disparition de la cuisine familiale du fait du travail des femmes. - Shizuo TSUJI, directeur d'une école hôtelière au Japon, est l'auteur d'une "Etude historique de la cuisine Française", ouvrage monumental, bilingue et pesant 10 kilos. Il considère la cuisine française comme un miracle et a voulu en comprendre les origines et l'évolution. - Noëlle CHATELET publie "Le corps à corps culinaire", essai dans lequel elle s'interroge sur ce qu'est un corps qui mange. Elle s'est arrêtée sur les différents lieux de passage de la nourriture : la bouche à "la ressemblance suspecte avec l'anus". James de COQUET raconte une anecdote sur un Indien qui pouvait commander à ses sphincters, Noëlle CHATELET évoque les nombreuses histoires de culs mangeurs.Une fois la nourriture avalée, on n'en parle plus, constate-t-elle. L'acceptation de la défécation n'est pas évidente pour un grand nombre d'êtres humains, la constipation étant parfois un signe de résistance (Groddeck), d'avarice, de peur de perdre son intégrité. Aux reproches qui lui sont faits, Noëlle CHATELET réplique qu'elle n'a pas écrit ce texte pour dégoûter mais pour faire prendre conscience de la chose merveilleuse qu'est un corps humain, lieu de création perpétuelle. Répondant à James de COQUET, elle dit que dans les moments de plaisir sexuel elle pense aussi à ce qui se passe au niveau physiologique : elle pense à tout. Elle compare "La Table" à "un lit en pointillé" et évoque "la virtualité d'amour dans l'acte de manger". Gros Plan de François CHATELET dans le public.

Émission

Apostrophes

Production

producteur ou co-producteur

Antenne 2

Générique

réalisateur

François Chatel

producteur

Bernard Pivot

participant

François Chatelet
James de Coquet
Noëlle Chatelet
Pierre Troisgros
Baptiste Chaudet Jean
Louis Brechard
Shizuo Tsuji
Odette Kahn

présentateur

Jean Christophe Averty
Bernard Pivot

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Masquer ce message
En savoir plus et paramétrer les cookies
AdBlock activé!