L'humiliation - Vidéo Ina.fr

L'humiliation

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
2,99 €
 
telecharger
Téléchargez le programme sur votre ordinateur
graver
Créez votre DVD à la carte (5€ de frais de gravure par DVD gravé)

L'humiliation

Apostrophes

video 07 avril 1989 3220 vues 01h 22min 18s

Bernard Pivot accueille ses invités qui viennent présenter leurs oeuvres dont le thème commun est l'humiliation. - Jean Marie Rouart explique d'abord la personnalité des personnages de son roman "La Femme de proie", qui traite des rapports d'un homme dominé par une femme. - Kim Lefevre, eurasienne de mère vietnamienne et d'un père français qui les a abandonnées, a écrit "Metisse blanche", récit de son enfance malheureuse, rejetée par sa propre famille à cause de ce metissage alors qu'elle même se sentait totalement vietnamienne, elle évoque de nombreux souvenirs et conclut en se réjouissant de vivre en France où elle n'éprouve plus ce sentiment d'humiliation. - Niu Niu, jeune femme chinoise, raconte dans "Pas de larmes pour Mao" son enfance pendant la révolution culturelle, très émue, elle relate les faits qui l'ont choqué, la mort de son grand père, de son institutrice et sa déception lors de son entrée à l'université, si peu fidèle à ses rêves. Elle pleure lors du visionnage d'un extrait du film tiré de son aventure (Pas de larmes pour Mao, réa Frédéric Laffont, dif 11/01/88, prod A2) et avoue que contrairement à Kim Lefèvre, son pays c'est la Chine même si elle vit en France mariée elle aussi à un français. - Charles Juliet a écrit son enfance dans un Lycée militaire, enfant adopté il cherche à devenir un enfant de troupe modèle. Passant rapidement de la première à la troisième personne en parlant de son récit, il relate quelles furent ses années entre l'enfance et l'adolescence (référence à François Truffaut) où il subit les sévices de ses camarades, pris en affection par l'un des chefs, il tombe amoureux de sa femme et fait avec elle sa première expérience sexuelle. - Enfin, Dominique Fernandez cite l'origine du "Rapt de Ganymède", titre de son livre emprunté à la mythologie. Il reproche à la litterature, l'éducation et les arts en général de cacher les oeuvres évoquant des amours homosexuelles et note que l'évolution des mentalités fait que l'homosexualité n'est plus tabou et qu'un homosexuel ne se ne sent plus un paria, mais regrette ce terme qui fait trop référence au sexe et préfère celui de gay. Il explique que l'homosexualité est naturelle et qu'elle n'a pas besoin d'être justifiée, reprochant l'attitude des psychanalystes à son égard, et souligne que la culture fait pression sur les gens en faveur de l'hétérosexualité. Il s'interroge sur les oeuvres actuelles des homosexuels, leur qualité. Pour conclure, Bernard Pivot présente un choix de livres dont ceux des invités.

Émission

Apostrophes

Production

producteur ou co-producteur

Antenne 2

Générique

réalisateur

Jean Luc Leridon

producteur

Bernard Pivot

participant

Dominique Fernandez
Charles Juliet
Jean Marie Rouart
Kim Lefevre
Niu Niu

présentateur

Claude Jean Philippe
Bernard Pivot

AdBlock activé!