Le plus grand mystère policier du demi-siècle - Vidéo Ina.fr

Le plus grand mystère policier du demi-siècle

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
2,99 €
 
telecharger
Télécharger le programme sur votre ordinateur

Le plus grand mystère policier du demi-siècle

Les dossiers de l'écran

video 09 sept. 1980 13415 vues 01h 29min 49s

En l'absence de représentants de la justice et de la police, le débat consacre a "l'affaire dominici" et illustre par le film du même nom de Claude BERNARD-Aubert rassemble : l'ex-femme de Gustave DOMINICI, deux défenseurs de la famille (maître charrier et maître bottai) et deux journalistes (Jacques CHAPUS et Jean LABORDE) qui ont suivi avec passion toute l'enquête et le procès. L'affaire commence en août 1952 (nuit du 4 au 5) lorsqu'un savant anglais, sir Jack DRUMMOND, est assassine avec sa femme (Annet sa fille de 10 ans (Élisabeth), en haute-Provence, a 150 m de la "grand'terre", la ferme de Gaston DOMINICI (patriarche de 75 ans) qui vit avec sa femme marie (dite "la sardine"), son fils Gustave et sa belle-fille Yvette (sur le plateau et a l'époque âgée de 20 ans). Face aux questions des enquêteurs, les incohérences, les silences et les contradictions des dominici font qu'ils sont rapidement suspectés et le père finit par être dénonce par ses 2 fils, Gustave et CLOVIS. Gaston DOMINICI finit par avouer. Au terme d'un procès houleux, il est reconnu coupable et condamné a mort en novembre 1954, sa peine est commuée en prison a vie en 1957 puis il est libère en 1960 par une grâce (et non une réhabilitation) du genral de gaulle. Il mourra en 1965. Yvette DOMINICI, au cours de l'émission, ne cesse d'affirmer l'innocence de sa famille en accusant la police de lui avoir extorque des aveux. Les défenseurs de la famille soulignent les lacunes de l'enquête du commissaire SEBEILLE tandis que les 2 journalistes (partisans de la culpabilité du patriarche) soulignent quant à eux - non sans bon-sens - l'incohérence suspecte des déclarations des dominici et leurs accusations réciproques que l'on pourrait expliquer par une culpabilité collective. R. bottai, l'un des avocats, préfère lui évoquer plusieurs des hypothèses avancées a l'époque (mais réfutées par la suite car trop rocambolesques) notamment l'idée d'un règlement de compte entre "espions" (la victime ayant très brièvement travaille pour le gouvernement Britannique durant la seconde guerre mondiale). Chacun campe sur ses positions.

Émission

Les dossiers de l'écran

Production

producteur ou co-producteur

Antenne 2

Générique

réalisateur

André Veyret

participant

Jacques Chapus
Yvette Dominici
Jean Laborde
Pierre Charrier
Raoul Bottai

présentateur

Joseph Pasteur

AdBlock activé!