Des cobayes pour guérir - Vidéo Ina.fr

Des cobayes pour guérir

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
1,99 €
 
telecharger
Télécharger le programme sur votre ordinateur

Des cobayes pour guérir

Savoir plus santé

video 03 juin 2000 2462 vues 52min 06s

- "Cobaye" le mot fait peur. En médecine il y a toujours une première fois...Savoir Plus Santé fait le point sur les essais cliniques qu'il s'agisse d'interventions chirurgicales, de nouvelles techniques ou de nouveaux médicaments. Reportages, témoignages et réflexions se succèdent comme à l'accoutumé, sous la houlette de Martine ALLAIN REGNAULT et François DE CLOSETS. - Témoignage (filmé) de Denis CHATELIER, le premier homme au monde à s'être fait greffer les deux mains. Il raconte sa rencontre avec le Professeur DUBERNARD qui va l'opérer, et l'australien déjà greffé d'une main. Conscient des risques qu'il encourrait, il a choisi cette solution pour servir la médecine, sans pour autant se sentir "cobaye". Il l'a fait pour sa famille, pour retravailler, caresser ses enfants et leur donner la main... - Le Professeur Pierre-Louis FAGNIEZ, Chirurgie viscérale à l'Hôpital Henri Mondor, se dit ému par l'envie de caresser ses enfants...l'accord est éclairé mais il ne suffit pas, la décision finale est prise par le Ministre relié par des comités. Il précise que lui refuserait de faire certains actes médicaux même avec accord du patient, comme la greffe du pénis sur les transsexuels très à la mode en Italie. - Reportage à l'Hôpital Necker pour une première mondiale en thérapie génique : dans le service du professeur FISCHER, VILCO un enfant atteint d'une grave maladie immunitaire l'obligeant à vivre en bulle stérile, a pu, grâce à une thérapie génique, en sortir. Le Prof Alain FISCHER parle de ces six années de travail dont une partie à tester chez la souris. L'enfant choisi avait peu de chance de guérir avec une greffe. Il évoque les contacts riches avec les parents et les débats permanents. C'était le 1er essai concernant cette maladie, et il rappelle qu'on ne peut pas transposer ce succès à d'autres maladies. - En France on prend son temps et des précautions. Nous n'en sommes pas encore au stade du start-up. Rappelons qu'aux Etats Unis les autorités sanitaires ont dû interrompre un essaie de thérapie génique après le décès accidentel de plusieurs patients. - Reportage : montage de BT et autres illustrations mettant en lumière l'histoire de l'expérimentation médicale. C'est la République de Weimar en 1931 qui demande pour la 1ère fois le consentement du malade. Mais les nazis vont suivre...Que dire des malades de la syphilis qui vont mourir d'avoir pris les placebos à la place des sulfamides. Les femmes portoricaines vont tester des pilules contraceptives fortement dosées. Le professeur Henri LABORIT expérimente des cocktails de médicaments sur des soldats etc...c'est la loi HURIET en 1988 qui régularise les essais thérapeutiques, mais face à l'urgence du traitement du Sida les règles peuvent être bouleversées. - Le professeur François RAFFI du Service Infectiologie du CHU de Nantes explique la méthode du double aveugle (placebo) mais parle de l'AZT qui a subi seulement 5 mois de tests avant d'être donné à tout le monde devant l'urgence de la maladie. - Reportage aux Etats Unis : une congrégation religieuse du Kentucky est sous contrat avec l'Université pour étudier le phénomène du vieillissement sur le cerveau humain. Les nonnes font don de leurs cerveaux après leur mort. Pour l'instant on constate que la stimulation intellectuelle jusqu'au bout de la vie, éloigne la maladie. - SÉBASTIEN, 26 ans (en plateau) étudiant, est volontaire pour tester des médicaments : il le fait ponctuellement et choisit en fonction de la rémunération (qui ne peut pas dépasser 25 000Frs/an). Pour l'instant il n'a jamais senti d'effets secondaires. - François RAFFI rappelle la législation française et dit que parfois l'argent responsabilise les testeurs face à leur traitement. SÉBASTIEN teste la phase initiale d'un médicament, ensuite le test est fait sur des malades. - Reportage : Alain BOYE est généraliste et expliquent comment les labos le sollicitent et lui proposent de participer à des protocoles d'essai. Il dit "on ne sort pas de notre rôle, le malade est soigné". Deux patients témoignent du bienfait des nouveaux médicaments qu'ils ont testés. Un autre généraliste rappelle que le patient peut à tout moment retirer son consentement. - Sur le plateau DANIELLE 56 ans qui fut atteinte il y a 8 ans d'un cancer du sein et du foie en même temps. Elle a dit OK pour tester un nouveau médicament américain. Malgré tous les effets secondaires, elle a tenu le coup et va encourager les autres à l'hôpital. - Reportage : JEAN CLAUDE souffre d'une hépatite C déclarée. Il a accepté d'entrer dans un protocole expérimental pour essayer de nouveaux médicaments. Il a perdu 26kg en un an et ne supporte plus qu'un repas par jour. Sa maladie est stoppée mais il supporte mal le traitement: angoisses, tensions, problèmes digestifs... - Les progès sont spectaculaires et pourtant des critiques apparaissent dans la presse, quelque chose ne tourne pas rond... - Interview (filmé) de Nicolas WINCKLER (médecin et écrivain) sur les médicaments : pour lui il y a trop de copies et de médicaments inefficaces. Les essais rapportent de l'argent à l'hôpital et aux médecins. Le problème majeur est l'opacité, il faudrait que les organismes payeurs mettent leur nez dedans...

Émission

Savoir plus santé

Production

producteur ou co-producteur

France 2, 17 Juin Production

Générique

réalisateur

Jean Jacques Amsellem

participant

Pierre Louis Fagniez
Alain Fischer
François Raffi
Alain Boye
Martin Winckler
Denis Chatelier

présentateur

Martine Allain Regnault
François de Closets

AdBlock activé!