Faut-il raser les grands ensembles ? - Vidéo Ina.fr

Faut-il raser les grands ensembles ?

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
2,99 €
 
telecharger
Téléchargez le programme sur votre ordinateur
graver
Créez votre DVD à la carte (5€ de frais de gravure par DVD gravé)

Faut-il raser les grands ensembles ?

Droit de réponse

video 23 janv. 1982 8180 vues 01h 31min 54s

A l'occasion de la journée organisée par Amnesty International en faveur des disparus, l'émission débute par une chanson du groupe argentin "Cuarteto Cedron".Avant que soit abordé le thème de l'émission, une affaire de licenciement collectif au journal du PCF "L'Humanité" est évoquée. D'après les journalistes licenciés dont certains sont présents sur le plateau, il s'agit d'un licenciement politique pour "refus d'unanimisme" des idées. Le débat dépasse la question "Faut-il raser les grands ensembles" pour aborder nombre de problèmes de construction et d'habitabilité en matière de logement et d'architecture civile. Jean-Claude RIBAUD (?), architecte , auteur d'un rapport sur le logement destiné à Robert Lion, adjoint du Premier ministre, donne quelques conclusions de son groupe d'études sur la nécessité de raser 1,5 million de logements, dont des grands ensembles, qui ne répondent pas aux normes, ce qui serait moins coûteux que leur rénovation.Interview de deux habitants de la cité des 4000 de La Courneuve: "C'est inhabitable ... C'est politique, on y a d'abord logé les pieds-noirs puis les émigrés ... On y met tous les cas sociaux et après on s'étonne ... Les promoteurs et les architectes ne savent même pas de quoi ils parlent".Intervention de l'architecte Ricardo BOFILL, d'un étudiant en architecture, d'Alain RICHARD, député-maire PS de Saint-Ouen l'Aumône, de l'architecte Fernand POUILLON, de l'architecte Raymond NICOLAS, animateur du groupe "Libération architecture", de Claude PUX, président du syndicat des constructeurs de maisons individuelles, de Didier BERGES, de l'Union Fédérale des Consommateurs UFC, de Philippe MADELIN, journaliste de TF1, de Jean-Michel VANDENBERG (?) défenseur de propriétaires en procès de "Chalandonnettes", de Rémy PESCH (?) artisan maçon dans le Midi, de Pierre NODET de l'Union régionale Vie et Nature qui pose le problème de la maîtrise du Plan d'Occupation des Sols (POS).Maquette du "Théâtre" de Ricardo BOFILL pour la ville nouvelle de Marne la Vallée. Photographies d'autres réalisations de R. Bofill à Barcelone, Alicante, Marne la Vallée, Saint-Quentin en Yvelines. Photographie d'un immeuble de Paul Chemetov.Interview de Jean-Jacques GOURET (?) qui débat avec R. BOFILL du projet, abandonné, de celui-ci pour les Halles. Intervention de deux habitants de Saint-Quentin en Yvelines, très satisfaits des immeubles qu'y a construit R. Bofill.A travers une saynète pédagogique des étudiants en architecture de l'UP8 expriment leur souhait que le logement devienne l'objet de l'architecture. Intervention d'étudiants d'une autre Unité Pédagogique.Après une controverse sur R. Bofill, l'émission se termine en musique avec la dégustation d'un grand ensemble en génoise.

Émission

Droit de réponse

Production

producteur ou co-producteur

Télévision Française 1

Générique

réalisateur

Maurice Dugowson

interprète

Cuarteto Cedron

participant

Alain Richard
Ricardo Bofill
Fernand Pouillon
Raymond Nicolas
Didier Berges

présentateur

Michel Polac

dvd
cd
AdBlock activé!