Les lieux de Marguerite Duras : 1ère partie - Vidéo Ina.fr

Les lieux de Marguerite Duras : 1ère partie

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
2,99 €
 
telecharger
Téléchargez le programme sur votre ordinateur
graver
Créez votre DVD à la carte (5€ de frais de gravure par DVD gravé)

Les lieux de Marguerite Duras : 1ère partie

Les lieux de Marguerite Duras

video 03 mai 1976 15287 vues 44min 27s

Marguerite DURAS, dans sa maison de Neauphle-le-Château : elle évoque avec passion ces lieux, maisons, pays où elle a vécu, écrit, tourné des films comme "Nathalie Granger", où ont habité toutes les femme de ses livres. Cette maison est "le lieu du monde où elle a le plus habité". Elle insiste sur la place de ses femmes dans cette maison où elles commencent par se taire, comme les sorcières au Moyen-Age. Les parcs et les forêts, aussi, sont présents dans ses livres, dans ses films. Une maison n'est pas seulement un lieu de "rassurement", de douceur, on y trouve aussi le besoin de fuite, les humeurs suicidaires, l'horreur de la famille, c'est un objet mystérieux. Elle montre comment cette maison a pu influencer son oeuvre, en prenant l'exemple de "Nathalie Granger". "La maison elle-même a une forme de femme, il y a une adéquation entre cette femme et cette maison". Une femme a un autre regard sur la maison qu'un homme. "La maison appartient à la femme comme le travail au prolétaire". "La femme est la demeure de l'enfant". Marguerite DURAS voit l'accouchement comme une culpabilité, "un assassinat", elle s'en explique. Autre lieu essentiel : la forêt où habitent la violence, le danger. C'est la forêt de son enfance, mais depuis la puberté elle en a peur. La forêt est la voie de la liberté, c'est normal qu'elle fasse peur. Pour elle, la forêt et la musique sont liées. La musique lui fait peur aussi, comme le futur. Elle compare Bach à Goya. Elle explique pourquoi un certain plan dans "Nathalie Granger" la bouleverse autant. Elle voit une équivalence de labeur entre Bach et un prolétaire. Elle décrit la pièce de sa maison qu'elle préfère. Pour le film "Nathalie Granger", elle est partie de la maison, le sujet ne venant qu'après. Elle raconte l'anecdote de la mort de La Mouche. Pour "L'après-midi de monsieur Andesmas", elle est aussi partie d'une maison près de St Tropez. Marguerite DURAS joue, au piano, la musique du film "Nathalie Granger" qui rythmait le pas des comédiens puis celle d'"India song". Différents plans de la maison (intérieur et extérieur), du jardin, du parc, de Marguerite DURAS dans sa maison, au piano. Extraits des films "Nathalie Granger", "Détruire-dit-elle" et "India song bis" (titre provisoire).

Production

producteur ou co-producteur

Institut national de l'audiovisuel, Institut national de l'audiovisuel

Générique

réalisateur

Michelle Porte

participant

Marguerite Duras

dvd
cd
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Masquer ce message
En savoir plus et paramétrer les cookies
AdBlock activé!