Georges Pompidou - Vidéo Ina.fr

Georges Pompidou

 
video 19 mai 1969 799 vues 22min 43s

ITW de GEORGES POMPIDOU, candidat UDR à la présidence de la République, par CHRISTIAN BERNADAC. - C. BERNADAC : "M. POMPIDOU on dit que cette campagne électorale est égale et que chaque candidat a le même temps..." - G. POMPIDOU : "J'ai six candidats qui m'attaquent mais passons. M. POHER depuis 10 ans n'a jamais critiqué cette politique économique et sociale." - C. BERNADAC : "On juge un candidat sur son mime mais avant tout sur son programme." - G. POMPIDOU : "Bilan économique : en 1962 les autoroutes ? Le téléphone de 1952 à 1958. Les hôpitaux en 1952 à 58. Le budget de l'Education nationale passe de 9 à 10%. L'OCDE de 62 à 68 pour la croissance du produit national, en volume, la France arrive au 2ème rang après le Japon, mais devant l'Allemagne. Croyez-vous que ce ce soit si mal. Bilan social. Le pouvoir d'achat des ménagères." - C. BERNADAC : "Votre programme." - G. POMPIDOU : "Ce mot n'est pas Gaulliste, car on l'atteint on ne l'atteint pas." - C. BERNADAC : "Objectifs alors." - G. POMPIDOU : "Objectifs l'industrie. Le monde moderne est un monde industriel. L'Etat doit favoriser l'investisseur. Le plan doit permettre de donner les grandes lignes de la vie industrielle. Le commerce : il évolue lui aussi, il faut ménager ce qui existe, le petit commece et l'artisan, ils sont nécessaires à l'équilibre social. Alléger contrôle taitillon, accompagner l'évolution sans l'écraser. Agriculture : petit fils de paysan. 2 idées principales : il faut sauvegarder l'agriculture familiale car c'est une nécessité sociale et humaine nous devons être énergiques avec nos partenaires du marché commun : je suis fils d'instituteur j'ai été étudiant, j'ai suivi DE GAULLE, j'ai renoncé à la fortune. Aujourd'hui il y a bien autre chose : il y a les catégories défavorisées, mais je pense surtout aux personnes âgées voilà un effort prioritaire. Je pense aux handicapés la classe ouvrière. Le grand public, le niveau de vie, les conditions de vie, il y a l'environnement, l'organisation du trav ail dans l'usine. Il y a surtout les rapports sociaux. Il faut des conventions syndicat patronat. Il faut transformer la condition ouvrière." - C. BERNADAC : "Le problème du franc." - G. POMPIDOU : "Nous avons actuellement 3 ou 4 milliards de dollars. Je ne crois pas du tout que la monnaie soit perdue, il faut la défendre."

Émission

Campagne électorale officielle : élection présidentielle 1er tour

Production

producteur ou co-producteur

Office national de radiodiffusion télévision française

Générique

journaliste

Christian Bernadac

participant

Georges Pompidou

AdBlock activé!