Georges Marchais - Vidéo Ina.fr

Georges Marchais

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
2,99 €
 
telecharger
Téléchargez le programme sur votre ordinateur
graver
Créez votre DVD à la carte (5€ de frais de gravure par DVD gravé)

Georges Marchais

Actuel 2

video 29 janv. 1973 6153 vues 01h 12min 37s

Un mois avant les Elections Législativesdes 4 et 11 Mars 1973, Georges MARCHAIS, secrétaire général du parti communiste francais est interviewé sur son programme commun de gouvernement de la gauche par Jean BOISSONNAT, rédacteur en chef de "L'Expansion" et vice-président du groupe du même nom; Pierre SAINDERICHIN, rédacteur en chef du quotidien "Sud-Ouest"; Jean-Raymond TOURNOUX, Directeur politique de "Paris-Match"; Jean-Claude VAJOU, de "Combat", et Michel PONIATOWSKI, secrétaire général de la Confédération des Indépendants et député Républicain Indépendant. - TOURNOUX : "vous n'avez pas l'air d'un cobra, si la gauche passait est-ce que vous constitueriez un gouvernement sans les communistes ?" - G. MARCHAIS : "il aurait des représentants des trois tendances, le ministre sera selon la constitution désignée par le président de la République". - "Comment pourrait être composé le gouvernement de gauche, quel serait le dosage de participation au sein du gouvernement, si vous avez la victoire vous n'accepteriez pas que M. MESSMER reste au pouvoir ?" - G. MARCHAIS : "Cela dépend combien de temps pour gagner. Il faut qu l'ensemble des formations progresse. Il y a une loi électorale qui défavorise le PC français" - TOURNOUX: "N'avez vous pas fait un marché de dupes avec les socialistes ?" - BOISSONAT: "est-ce que le PC présentera un Président aux élections présidentielles ?" - TOURNOUX parle de la fraction d'électeurs socialistes qui ne voudra pas voter communiste au 2ème tour. - SAINDERICHIN: "Vous souhaitez la victoire de l'Union de la Gauche, donc vous avez intérêt à laisser passer des socialistes au 1er tour". - MARCHAIS: "Alors nous n'avons pas de besoin de présenter de candidats communistes! Il faut raisonner d'une manière politique et non par les voies des sondages. Le candidat de la gauche placé en tête par le suffrage universel sera élu". - BOISSONAT demande des précisions sur le programme commun ni socialiste ni communiste. - G. MARCHAIS: "Nous sommes des gens réalistes nous passerons au socialisme quand la majorité des travailleurs l'aura décidé". - Question de Michel PONIATOWSKI: " Etes-vous communiste? Programme commun est un programme démographique, vous abandonnez l'idée de la dictature du prolétariat, vous acceptez l'alternance au pouvoir. Abandonnez vous le communisme et la dictature du prolétariat ou bien est ce que le programme commmun n'est qu'un tremplin vers le pouvoir ?" - G. MARCHAIS: "Dans votre argumentation vous utilisez des contres vérités". - M. PONIATOWSKI coupe constamment la prole à M. MARCHAIS. - PONIATOWSKI: "Vous avez parlé du pouvoir néfaste actuel. Cet exceptionnel progrès économique reconnu par les Instituts même soviétiques vous le détruisez ?" - G. MARCHAIS: "Les travailleurs ne tirent pas profit de la croissance économique". - Questions de BOISSONAT sur expansion de l'économie française dans le cadre du programme commun. - GEORGES MARCHAIS: "Il y a des millions de familles qui vivent dans la misère il est exact que la croissance économique n'a pas profité aux travailleurs". Il parle des moyens économiques et financiers qu'i l faudra utililser pour passer de 6 à 8 % en ce qui concerne la croisance économique". - BOISSONAT: "Vous avez parlé de gaspillage, mais il y a des gaspillages partout. M. ROSENKO au Soviet Suprême disait que l'industrie soviétique souffrait de gaspillage" - G. MARCHAIS: "La critique existe donc en URSS ! Nous voulons organiser une gestion économique dans les entreprises pour passer d'un taux de 6 à 8 %". - TOURNOUX parle du mouvement "boule de neige" dans les entreprises pour demander la nationalisation et de la fuite des capitaux qui mettrait un frein à la croissance. - Georges MARCHAIS: "La fuite des capitaux n'est pas un danger pour demain, c'est un danger actuel". - VAJOU: "Est-ce que le président de la République apportera son "contreseing" aux décisions du programme commun en cas de victoire de la gauche ?". - G. MARCHAIS: "Ce c'est donc pas la peine de faire des élections législatives !". (Discussion sur la constitution). - TOURNOUX: "M. MARCHAIS vous faites semblant de ne pas voir le problème ... . Il y a des options nationales décidées par le suffrage universel pour 7 ans, elles doivent être respectées malgré le programme commun. - SAINDERICHIN: "Vous vous proposez d'interdire les interventions de police armée aux manifestations. Si vous aviez été au pouvoir qu'auriez vous fait pour la dernière manifestation pour le ietnam ?". - BOISSONNAT pose la question sur les problèmes des délégations de souveraineté dans le Marché Commun. - PONIATOWSKI: "Le programme commun coûte 14.000 milliards d'AF et vous accusez autrui de démagogie". - MARCHAIS: "On m'a demandé dans ce débat de ne pas faire intervenir de chiffres et M. PONIATOWSKI pose des chiffres au dernier moment. Je regrette que M. PONIATOWSKI ait refusé d'enregistrer ce matin même un débat à radio Luxembourg. Vos chiffres sont absolument fantaisistes. Je crois en la victoire de la gauche parce qu'il y a un grand mécontentement".

Émission

Actuel 2

Production

producteur ou co-producteur

Office national de radiodiffusion télévision française

Générique

réalisateur

Jean Claude Delannoy

journaliste

Jean Pierre Elkabbach

participant

Jean Raymond Tournoux
Jean Boissonnat
Pierre Sainderichin
Jean Claude Vajou

AdBlock activé!