Comment réduire les inégalités sociales ? - Vidéo Ina.fr

Comment réduire les inégalités sociales ?

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
2,99 €
 
telecharger
Téléchargez le programme sur votre ordinateur
graver
Créez votre DVD à la carte (5€ de frais de gravure par DVD gravé)

Comment réduire les inégalités sociales ?

Les trois vérités

video 27 juin 1973 1470 vues 01h 50min 39s

Le thème de ce soir : "comment rendre plus juste la sociéte française" - avec Georges MARCHAIS et GISCARD D'ESTAING - dossier (Alain WEILLER et André CAMPANA):. - Marché gens achetant / Interview (comédien) répondant à différentes questions sur les Français moyens / Rapporteur / M. MERAULT général du CERC parle de l'échelle des salaires, portrait en images de l'ouvrier : Comédien jouant le rôle d'un ouvrier 3 jours avant la paye / Du petit commerçant mettant affichette "Avendre" sur son magasin / Profession libérale : dentiste / Le paysan, avec vaches dans pré / PDG : Les vieux : interview d'un vieux commerçant : Je suis très malheureux de vivre en étant obliger de travailler comme cela à mon âge / M. LAPORTE : inspecteur général des impôts, parle de la fraude fiscale / Un médecin non conventionné en contre jour avoue frauder le fisc. L'intérêt est de se faire payer en liquide / M. VIOT : secrétaire général du conseil des impôts, interview / Chemin des usines mineurs / Course de tiercé, parieurs, bijoux sur mannequins / Mr URI : économiste. La fiscalité Française est profondément injuste à tous les niveaux. Le système suisse semble le meilleur / Gens courant pour se rendre à leur travail / Train / Caisse d'allocations vieillesse / M. FOULON : chargé de recherche au CREDOC / GISCARD D'ESTAING : A propos du film "Ceux qui ont parlé font partie d'organisme que nous avons créé pour justement informer le public - Un debat : les moins de 1000 francs par mois / Quuestions posées : réduire l'évantail des salaires / La TVA est-elle juste ? Moins de prestations sociales pour les riches, a qui profite l'expansion, que faire ? - M. MARCHAIS : ce thème est très révélateur. S'il faut rendre la société plus juste c'est qu'elle est injuste. Alors pourquoi cela. Parce que les producteurs n'en bénéficient pas directement / La grande question c'est qu'il faut changer de politique donc changer de régime - GISCARD D'ESTAING : Pour moi la justice c'est trois choses : l'égalité dans la répartition des ressources ; le respect de la personne ; l'égalité des changes / L'idée de la justice à l'heure actuelle est évolutive - L'impot sur le revenu : G. MARCHAIS : le pouvoir d'achat ne progresse que d'une manière extrèmement faible / A cela il y a plusieurs raisons dont l'accroissement des impôts / M. MARCHAIS donne quelques chiffres pour étayer cette argumentation. le Nombre des personnes asujetties à l'impôt a doublé - M. GISCARD D'ESTAING : ce que nous avons fait en matière de fiscalité. NOus avons créé le conseil général, nous allons publier la feuille d'impôt /L'impôt unique pour tous est moins lourd que dans les pays comparables / Une action de contrôle est nécessaire pour justifier l'impôt et elle existe. - Altercation à propos de l'augmentation de l'impôt sur la consommation. - Question du public : "Peut-on faire payer un maximum les plus riches pour aider les catégories défavorisées ?" - "Est-il vrai que l'impôt sur la consommation défavorise les plus modestes, les plus basses catégories ? Est-elle vraiment plus injuste ?" - réponse de M. GISCARD D'ESTAING à ces 2 questions - une question du public sur la TVA. - M. GISCARD D'ESTAING : "L'idée de fiscalité de corporation est médiévale - le problème de la retenue à la source". - M. MARCHAIS : "Je suis contre parce que c'est une astuce que vous utilisez pour qu'il soit moins douloureux aux salariés - le problème des impôts sur les grandes sociétés". - M. MARCHAIS : "C'est donc les sociétés capitalistes qui paient le moins - c'est donc une fiscalité de classe...". - M. GISCARD D'ESTAING : "Ce que vous avez dit ne peut pas être exact - ce ne peut être une fiscalité de classe... - nous avons moralisé l'impôt sur les sociétés pour le résultat est que l'impôt des sociétés (?) - nous avons obtenu une fiscalité productive...". - M. MARCHAIS : "Les profits réalisés par les énormes sociétés ne se font que parce que l'impôt est réduit au maximum...". - Question du public à GISCARD D'ESTAING sur l'impôt injuste imposé aux retraités - débat abordant le problème des impôts locaux. - La sécurite sociale : le déficit de la sécurité sociale - M. GISCARD D'ESTAING annonce qu'il n'y a pas de déficit de la sécurité sociale pour 1973. - Le dernier point : les écarts des reunions : - M. MARCHAIS : "Ce n'est pas un transfert qu'il faut pratiquer mais un changement total". - M. GISCARD D'ESTAING : "les éventails de revenus en FRANCE sont en train de resserrer en FRANCE". - Les conclusions : - M. MARCHAIS : "Nous sommes pour la croissance, pour satisfaire les besoins des travailleurs et non pour favoriser les sociétés capitalistes - vous êtes incapable de satisfaire le peuple, l'intérêt du français - il faut changer de politique et de régime". - M. GISCARD D'ESTAING : "Nous n'avons parlé que d'un petit aspect de la justice - je souhaite que lorsque l'opinion publique nous jugera, elle retienne notre action, que la justice a progressé en FRANCE...".

Émission

Les trois vérités

Production

producteur ou co-producteur

Office national de radiodiffusion télévision française

Générique

participant

Georges Marchais
Valéry Giscard d'Estaing

présentateur

Alain Duhamel

AdBlock activé!