Conférence de presse de Monsieur Joxe - Vidéo Ina.fr

Conférence de presse de Monsieur Joxe

 

Conférence de presse de Monsieur Joxe

JT 20H

video 20 mai 1961 461 vues 17min 18s

Conférence de presse du ministre des Affaires algériennes, Monsieur Louis JOXE, à l'issue de la première journée de négociation, avec les représentants du FLN, sur la paix en Algérie il est aux côtés de Philippe THIBAUD, porte parole de la délégation française). - "... Je voudrais en quelques mots faire le bilan de ce qui s'est passé ce matin....Nous avons défini l'esprit dans lequel nous venions à ces réunions et nos interlocuteurs ont fait de même..Pour ma part, j'ai donc eu à dire dans quel esprit nous venions pour rétablir la paix et pour fonder une Algérie nouvelle... Chacun sait que notre position repose sur l'autodétermination des populations algériennes...Et dès le 16 septembre le pdt de la République avait défini ce que pourraient être les solutions d'une autodétermination pour les douze départements algériens. D'une part, la secession pure et simple, d'autre part la francisation et enfin une Algérie faite par les Algériens mais appuyée sur une entente étroite avec la France. J'ai confimé tout cela ce matin en ajoutant que nous envisagions une Algérie souveraine au dedans et au dehors... Mais je dois rappeler que cette situation de souveraineté à l'intérieur comme à l'extérieur ne peut résulter que du vote des populations algériennes et que c'est la loi de toute démocratie. La France envisage toutes les solutions. Mais si c'est une solution de souveraineté ext et int, une solution de souveraineté sans association avec elle, et bien elle peut admettre qu'il n'y ait pas de rapport particulier entre elle et la France. Mais aussi pas de situation particulière pour les Algériens en France. Et aussi un certain nombre de précautions à prendre en ce qui concerne les hommes dont elle a la charge et qui sont Français. Si - et la France n'exige rien - si par contre, un jour, les populations de l'Algérie demandent une sorte d'association avec la France sur le plan économique, le plan financier, le plan technique, le plan culturel, le plan de la défense, la France est prête à envisager une pareille associaiton. Mais elle le fait dans la perspective suivante : que cette association soit claire et que le statut des communautés en Algérie soient organiquement clairs. Mais en tout état de cause, la méthode de la consultation et la méthode de l'évolution étant déjà définie, il convient que deux aspects soient nettement précisés. Le premier est que nous ne pourrions traiter de la paix ou de la négocier sans que l'on sache rapidement mettre fin au combat. Et de ce point de vue, j'ai fait une déclaration, que vient de faire le gvt français, et relative à l'interruption des opérations offensives sur le territoire algérien à partir du 20 mai 18h.... J'ajoute que le gvt français a pris un certain nb de mesures libérales d'apaisement, libérant un certain nombre de prisonniers ou un certain nombre d'internés. Et enfin de la mise en résidence surveillée d'un certain nombre de personnalités... A ce geste devrait sans doute répondre un désir d'entente pour arriver à des résultats communs et à des perspectives de cessez le feu. Il est évident que rien ne peut se concevoir sans la condamnation du terrorisme et sans qu'il soit entendu que le terrorisme n'est plus un moyen de guerre, d'action politique mais doit dériver vers ce qu'on appelle le droit commun. Voilà la première mise en condition qu'on doit avoir présente à l'esprit. La deuxième c'est qu'il soit cairement entendu - quelque soient l' orientation que prennent les populations de l'Algérie. Et pour que cette consultation ait lieu, la France estime que les garanties de l'autodétermination doivent être prêtes en toutes circonstances. Les garanties sont : le retour à toutes les libertés, l'organisation par tous les intéressés de la consultation populaire et le contrôle par tous les interessés de la consultation populaire... De son côté la délégation du FLN a rappelé les différents principes qui l'animait, il a indiqué qu'il fallait entrer dans une voie qui abandonne les vieux principes de la colonnisation. Il a indiqué que pour lui, l'autodétermination permettrait au peuple algérien de réaliser cette opération. Et il rappelé que le 28 sept, il avait marqué son accord en dépit de restrictions apportées à l'exercie de ce droit. L'autodétermination lui parait une procédure valable, mais il estime qu'elle ne doit pas être assortie de causes irréalistes et il a insisté sur l'intégrité du peuple algérien sans entrer dans les détails. Il a indiqué aussi que l'indépendance ne doit pas entraîner de ressentiment, qu'elle doit se faire dans le respect légitime des uns et des autres pour que dans un espirt constructif les hommes de bonne volonté sans distinction de race aient leur place en Algérie [problème de micro]... Voilà ce que nous avons fait ce matin. Nous avons décidé de nous laisser un temps de réfledxion et nous reprendrons mardi prochain... Je crois qu'il n'y a pas de question qui puisse se poser à priori, néammoins si certains veulent en poser..." ----------------------------- Question journaliste :"Le Sahara a-til été évoqué?" Réponse JOXE : "On a parlé de généralités mais pas de pb particulier" ------------------------------ Question journaliste : "Les membres du FLN ont-ils été surpris par les mesures libérales annoncées?" Réponse JOXE : "Ils m'ont écouté" Question : "Ils n'ont fait aucun commentaire. N'étaient-ils pas prévenus avant? Réponse : "Non... J'ai l'impression que c'est une chose qui rasait le sol, c'est tout ce que je puis dire."

Émission

JT 20H

Production

producteur ou co-producteur

RADIODIFFUSION TELEVISION FRANCAISE

Générique

participant

Louis Joxe

AdBlock activé!