L'aventure des films - Vidéo Ina.fr

L'aventure des films

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
2,99 €
 
telecharger
Téléchargez le programme sur votre ordinateur
graver
Créez votre DVD à la carte (5€ de frais de gravure par DVD gravé)

L'aventure des films

L'hexagone

video 09 mai 1972 2982 vues 01h 59min 30s

Pour débattre autour du thème "le cinéma n'est pas seulement un art mais une industrie et un commerce", Henri MARQUE, en direct du hall du Palais des Festival de Cannes, est entouré de plusieurs invités : Stéphane AUDRAN comédienne, André ASTOUX directeur du centre national du cinéma, Gilbert DE GOLDSCHMIDT producteur et président Unifrance Film, Guy VERQUIA vice président de UGC, Jean REBOTIER président de Gaumont Pathé, Henri LASSA directeur de Planfilm, Louis MALLE réalisateur, Jean Pierre RASSAM producteur, Jean Yann acteur et Jacques DONIOL VALCROZE réalisateur. Emission alternant reportages et débat. Débat suite à la diffusion du reportage "Faire un film" d¿Enrique MARTINEZ et Jean-Pierre GUERIN :André ASTOUX fait le point sur la situation actuelle du cinéma.137 films en 1971 dont la moitié strictement français. Les recettes ont baissées sur 10 ans. Elles ont atteint un niveau stable depuis un an, mais plus bas qu'en 1955 1960. Un film français coûte 1 million 40, 4 millions une coproductionJean REBOTIER : 40 % de la recette taxable sera investie dans les salles.Jean YANNE : personne n'a osé dire combien coûte un film tout se chiffre il y a toujours cette vieille trouille des impôts.Jacques DONIOL VALCROZE : les statistiques sont justes le déficit aussi ce qu'il faut chercher ce sont les causesHenri MARQUE demande si ce cinéma n'est pas victime d'un certain perfectionnisme. Louis MALLE : pas d'accord le talent ne vient pas du nombre de prises mais quand on est sur un plateau on oublie qu'on est un industriel. Stéphane AUDRAN est d'accord avec lui. André ASTOUX : il y a chez tous les producteurs un effort pour réduire le coût des films.Henri MARQUE : un acteur peut il suffire au succès d'un film, ne peut il exister un droit d'acteur semblable au droit d'auteur ? Gilbert DE GOLDSCHMIDT, Jacques DONIOL VALCROZE et JEAN YANNE donnent leur avis.Henri MARQUE : quelle est l'aide de l'état qui la paye ? André ASTOUX : l'argent de l'état est toujours payé par les contribuables c'est une taxe fiscale redistribuée entre tous les gens du cinéma. Jean-Pierre RASSAM donne des solutions sur la façon dont l'aide de l'état pourrait être utilisée. André ASTOUX : l'état n'est en rien responsable de la façon dont l'argent qu'il donne est utiliséLouis MALLE : "cette émission ressemble de plus en plus à un lavage de linge sale qui n'intéresse pas les spectateurs. Je pourrais raconter mille histoires croustillantes sur mes films. Il ne faut pas condamner l'avance sur recette, car aussi imparfaite soit elle a permis à des cinéastes de faire leur premier film."Débat reprend suite au deuxième film "Montrer le film" de Daniel WRONECKI et Martine CHAUSSINLe débat commence par une question sur ce que devient un film s'il n'est pas pris par les trois quatre programmateurs qui font les choixAndré ASTOUX fait l'analyse de la situation dans laquelle se trouvent les grands circuits. Henri LASSA donne l'exemple du cinéma d'auteur anglais. Stéphane AUDRAN rappelle la fragilité de la pellicule en tant que telle. Intervention dans le public de Monsieur EDLINE? président d'UGC intervient sur le droit au choix pour les films, car le cinéma n'est pas "inféodé à un système d'état". Jean Pierre RASSAM réinsiste sur la liberté du cinéma par rapport à la télévision. Jacques DONIOL VALCROZE : le cinéma est un langage qui évolue face aux films non commerciaux. Louis MALLE prône la construction de salle de cinéma d'art et d'essai. FRANCIS VARIN explique les conséquences désastreuses d'un film bloqué pour son auteur. André ASTOUX : l'état depuis que le cinéma existe n'a cessé de lui apporter son aide. [Observations] : ce document fait partie d'un ensemble de documents recensés dans l'inventaire du 13/02/1974 et dans celui du 19/09/1980 comme étant en enfer : dans une lettre Jean Pierre GUERIN (qui fut journaliste puis coproducteur de l'émission) explique qu'un extrait de l'émission, le débat en direct du festival de Cannes, a donné lieu à des controverses violentes. C'est cette partie qui est concernée par l'interdiction.Dans l'inventaire du 19/09/1980 ce document fait partie d'une liste accompagnés de la note " pour protection, hors d'usage ou incomplet".Les observations données sur l'interdiction concernant l'émission proviennent du conducteur

Émission

L'hexagone

Production

producteur ou co-producteur

Office national de radiodiffusion télévision française

Générique

réalisateur

Enrique Martinez

producteur

Pierre Charpy
Henri Marque

participant

Louis Malle
André Halimi
Michel Mitrani
Jean Yanne
Pierre Neurisse
André Astoux
Stéphane Audran
Jacques Doniol Valcroze
Jean Pierre Guérin
Jean Pierre Rassam
Henri Lassa
Boris Gourevitch
Charles Edeline

présentateur

Henri Marque

AdBlock activé!