Les Français et l'impôt : M Valéry Giscard d'Estaing - Vidéo Ina.fr

Les Français et l'impôt : M Valéry Giscard d'Estaing

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
2,99 €
 
telecharger
Téléchargez le programme sur votre ordinateur
graver
Créez votre DVD à la carte (5€ de frais de gravure par DVD gravé)

Les Français et l'impôt : M Valéry Giscard d'Estaing

L'actualité en question

video 10 févr. 1972 5296 vues 01h 19min 26s

Alors que la presse dénonce l'inégalité des contribuables français face à l'impôt en publiant la situation fiscale du premier ministre Jacques CHABAN-DELMAS, Valery GISCARD D'ESTAING, ministre de l'Economie et des Finances, défend la politique fiscale du gouvernement en répondant aux questions des journalistes. - E.MOUGEOTTE expose le thème du débat en le resituant dans le contexte de l'actualité. Puis il présente les quatre journalistes : Jean FERNIOT (éditorialiste à RTL), Pierre MEUTEYL (rédacteur en chef à Europe1), Georges FILLIOUD (éditorialiste à "L'Unité"), Raymond BOURGINES (Directeur de "Valeurs actuelles"). - En réponse à une question préalable d'E. MOUGEOTTE sur la remise en cause de la gestion du gouvernement dans la presse, M. GISCARD D'ESTAING déclare :" Je suis venu spontanément à cette émission. Lorsque j'ai vu que l'ensemble de l'opinion française se préoccupait des problèmes fiscaux, j'ai pensé qu'il fallait lui répondre. J'ai donc téléphoné à M.Pierre DESGRAUPES et je lui ai demandé de m'entretenir devant le public de ce problème. Aujourd'hui, je suis responsable de la fiscalité française. Je souhaiterais que tout le monde comprenne notre système fiscal et dans une certaine mesure l'approuve." Puis, il répond à J.FERNIOT que son chef de cabinet peut lui communiquer, s'il le souhaite, le montant des impôts qu'il a acquitté pour l'année 1971, à condition que ce chiffre ne soit pas publié. - QUESTIONS DE J. FERNIOT, PUIS DE G. FILLIOUD, ET DE R. BOURGINE SUR L'AVOIR FISCAL. - M. GISCARD D'ESTAING se lève et se dirige vers un TABLEAU (PAPERBOARD) en déclarant : "Je m'excuse à l'avance parce que je fais partie des élèves qui n'ont jamais été bons au tableau.". Puis il explique à l'aide de croquis ce qu'est l'avoir fiscal : une retenue à la source sur les dividendes distribués par les entreprises françaises. Il parle ensuite du droit fiscal international en comparaison de l'avoir fiscal. - En médaillon, P.MEUTEYL, posant une question - M. GISCARD D'ESTAING compare, à la demande de G.FILLIOUD, les systèmes fiscaux français et allemand. Il existe en Allemagne un impôt sur le capital qui n'existe pas en France mais "...c'est un vieil impôt avec des droits de succession très faibles...Nous avons presque le même sytème, avec la patente et les impôts fonciers...". - J. FERNIOT demande d'arrêter ce débat technique qu'un grand nombre de télespectateurs risque de ne pas pouvoir suivre et revient sur les inégalités des contribuables face à l'impôt : "Il existe des catégories de contribuables ayant des revenus modestes exonérés d'impôts, d'autres n'ayant pas de revenus.... Etes vous du côté de la légalité ou de la moralité ?" - M. GISCARD D'ESTAING : "Je suis du coté de la moralité...". Puis il parle de la lettre qu'il a envoyé en 1961, alors qu'il était Secrétaire d'Etat aux finances, à M. CHABAN DELMAS (lettre publiée dans la presse la veille de ce débat). Il ouvre le dossier et cite le cas d'une société qui avait fraudé pour un montant de 19 millions.La société condamnée à payer une amende de 400 millions et n'étant pas solvable a demandé une transaction. Il lit les propositions faites par ses services. Le montant de l'amende porté après transaction à 75 millions a finalement été réglé en 1967. Puis M. GISCARD D'ESTAING après avoir évoqué la lutte qu'il a mené contre les abus, revient sur son attachement au principe du secret de la correspondance. - J. FERNIOT : "Il faut qu'on souffre de l'impôt car si l'on nous intoxique sans votre consentement, celà devient grave..." / les français sont ils égaux devant l'impôt ? "Notre système fiscal est loin d'être parfait, pas plus que je ne le suis et que vous ne l'êtes d'ailleurs... mais nous avons progressé dans le sens de la justice". - Débat sur "LA RENTE VIAGERE" / E. MOUGEOTTE communique des lettres des télespectateurs à ce sujet / question de R. BOURGINE, à propos du marché commun / M. GISCARD D'ESTAING montrant le document de Bruxelles à propos de l'introduction du système de l'avoir fiscal, dans le marché commun. - G. FILLIOUD rappelle au ministre les différences entre les catégories de revenus et l'inégalité des contribuables français face à l'impôt. - Pour répondre à G.FILLIOUD, M. GISCARD D'ESTAING explique au TABLEAU (PAPERBOARD) à l'aide d'un schéma la répartition de l'impôt sur le revenu en pourcentage et conclut sur la TVA. - En conclusion et en réponse à E.MOUGEOTTE, M.GISCARD D'ESTAING estime que "...la santé économique de la France est entre moyenne et bonne. Si nous ne sommes pas en période de forte croissance, nous disposons d'outils qui nous permettent de maintenir la conjoncture française."

Émission

L'actualité en question

Production

producteur ou co-producteur

Office national de radiodiffusion télévision française

Générique

réalisateur

Jean Cazenave

participant

Georges Fillioud
Jean Ferniot
Raymond Bourgine
Pierre Meuthey
Valéry Giscard d'Estaing

présentateur

Etienne Mougeotte

AdBlock activé!