Plateau invités - Vidéo Ina.fr

Plateau invités

Publicité

Plateau invités

TAXI

video 19 sept. 1986 2455 vues 29min 59s

Invité du plateau, le commissaire Lucien COKELAER, directeur de la police de l'air et des frontières, répond aux questions de Philippe ALFONSI après la diffusion de l'enquête de Jean Charles DENIAU sur le trafic d'armes de la France vers l'Iran et l'Irak. - P. ALFONSI : "Comment une situation aussi scandaleuse existe-t-elle alors que des bombes explosent à Paris? " - L. COKELAER : "Ce qui est en cause dans le reportage que nous venons de voir, c'est la douane. Si vous avez voulu démontrer que la frontière est perméable, vous avez réussi. Nous sommes conscients du problème. Nous sommes en train de discuter avec le port autonome de MARSEILLE pour instituer des gardes aux portes du port afin d'éviter ce genre de trafic de camions. Nous sommes au courant de ce trafic. Il y a des systèmes de surveillance. Je vous garantie que les transporteurs des Pays de l'Est sont sous la surveillance de la police. Dans le cadre du dispositif mis en place pour lutter contre le terrorisme, la douane s'est engagée à multiplier les contrôles et l'armée va envoyer des appelés. - Philippe ALFONSI joint par téléphone Jacques BEL afin de savoir si le port de MARSEILLE bénéficie d'une surveillance accrue depuis la décision de mettre en place un dispositif spécial. Réponse de Jacques BEL : "Les camions bulgares continuent d'entrer sans contrôle dans le port". - Réponse de COKELAER : "Je constate que le dispositif militaire n'est pas encore en place. C'est un retard". - P. ALFONSI : "Les français, après deux semaines de violence, ont envie d'être rassurés et efficacement protégé. Franchement, quand on regarde ces images, on n'a pas l'impression que nous sommes en état d'alerte". - L. COKELAER : "La situation est sérieuse et s'il y a eu décision gouvernementale d'envoyer l'armée c'est qu'il y avait une insuffisance. Actuellement, nous vivons la mise en place de ce dispositif. Cela pose un problème d'intendance. - En plateau, interview de Jean Charles DENIAU qui commente le témoignage du chauffeur bulgare : "Nous l'avons rencontré en Turquie, il a accepté de témoigner parce que nous lui avons donné de l'argent et qu'il fait partie d'une minorité brimée par les autorités bulgares. Nous avons filmé dans une cave, très tard la nuit ". -Interview en plateau de Pascal KROP (L'événement du jeudi) qui a lui aussi enquêté sur les trafics d'armes : "Il y a trois formes de trafics. Les trafics clandestins : des industriels de BOURGES continuent de vendre des armes à l'Iran via MARSEILLE. Le trafic où on laisse faire (Il cite un rapport des services de renseignements français de 1983) : Paris est devenu une plaque tournante des ventes d'armes à l'Iran et l'Etat français ne fait rien. Et enfin, les trafics d'armes officiels, qui passent en France par les organismes légaux (affaire de la société LUCHAIRE). La France se livre à un jeu dangereux dans la guerre Iran-Irak. Elle livre des armes en grand nombre aux deux protagonistes. Depuis 1980, la France a livré pour plus de 50 milliards de francs d'armes à l'Irak. Comment voulez vous après cela que l'Iran ne se fache pas ? C'est une piste possible pour expliquer le terrorisme ".

Émission

TAXI

Production

producteur ou co-producteur

France Régions 3

Générique

journaliste

Philippe Alfonsi
Catherine Belkodja

participant

Jean Charles Deniau
Pascal Krop
Lucien Cokelaer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Masquer ce message
En savoir plus et paramétrer les cookies
AdBlock activé!