Dossier Le Soir : le choix des mots : Invité : Claude HAGEGE, linguiste - Vidéo Ina.fr

Dossier Le Soir : le choix des mots : Invité : Claude HAGEGE, linguiste

Publicité

Dossier Le Soir : le choix des mots : Invité : Claude HAGEGE, linguiste

Le Soir

video 13 avril 1994 100442 vues 09min 12s

Le ministre de la culture, Jacques TOUBON a présenté hier au SENAT, un projet de loi relatif a la langue française; Pour commenter ce projet de loi controversé, Christine OKCRENT reçoit en plateau Claude HAGEGE, linguiste, professeur au Collège de France. - PREFERENCE POUR LE FRANCAIS ?. Claude HAGEGE : " ...le francais est une de mes langues maternelle, j'ai un lien particulier avec lui". - LA LANGUE, UNE AFFAIRE D'ETAT ? : "... vieille tradition... qd la monarchie s'est installée, elle a bien du adopter celui des dialectes alors en usage qui correspondait au prestige le plus grand...la langue du roi était chargée d'une dimension symbolique et politique...la langue est une affaire d'etat en France; Une enquete recente semble reveler que 70% des francais sont favorables a cette loi. - LE FRANCAIS ENVAHI PAR L'ANGLAIS ? "...non, le pourcentage de mots...d'origine anglo américaine, ne dépasse pas 10%, ce qui les rend particulièrement visibles c'est que les professions qui en font l'emploi sont des professions importantes, a activité récurente, les médias, les marchands...en sorte que la chose fait illusion . - LA LOI ? :"la loi ne prétend pas régler la langue, elle a pour effet d'introduire quelque balises par rapport a un emploi des mots anglais là où l'emploi des mots français est possible...Le français comme les autres langues vit d'emprunts, c'est une question de dosage". - LES EMPRUNTS SIGNE DE VITALITE ? : "oui...En ce qui concerne le francais, le processus d'hybridation n'est pas atteint...la loi ne poursuit... que l'excès et non pas semble t il, l'ouverture a la vie qu'elle emprunte. - L'UTILISATION DES TERMES ANGLAIS : "... seuls trufferons leur français d'anglicismes ceux qui ont une connaissance fautive ou meme nulle de l'anglais... les gens qui connaissent l'anglais, sont plutot favorables a l'emploi des mots francais". - LEGIFERER SUR LA LANGUE, SIGNE D'AFFAIBLISSEMENT ? : "On peut considerer que c'est un repli frileux... mais ETIEMBLE dans sa grande croisade contre le franglais correspond a l'époque d'apogée du pouvoir du général De Gaulle... la langue comme un des patrimoines culturels est l'objet d'une entreprise de défense; Le coté offensif c'est que ceux qui emploient des termes anglais, meme qd ils s'en absolvent en disant ce sont des termes de metier, sont inféodés a une sorte d'impérialisme économique des états unis, par conséquent défendre le français, c'est aussi une entreprise politique, car derrière l'anglais, se profilent, non pas un apport auxiliaire de mots, mais les frabriquants qui sont derriere, le gouvernement qui les soutient, il y a bien la des sous entendus politiques". - La loi sanctionne ceux qui manqueraient aux articles qu'elle édicte, et bien que je compte d'excellents amis parmi ceux qui font de fréquentes entorses, jusqu'ici je n'ai pas cru devoir perdre le sommeil pour ceux des médias ou des grands marchands qui devront a partir de maintenant mettre fin a la tentation -pour l'essentiel du profit, car c'est quand meme cela, vendre en anglais c'est vendre mieux- qui pour le profit mutilent le francais, sinon considèrent que le francais n'est pas une cause aussi importante que le profit, a cet égard, la loi, même nationaliste, meme frileuse, meme pretant a rire, est une loi, que tout francophone aimant la culture française, meme avec ironie, doit considerer avec serieux". - NB : pour des raisons de place, le passage concernant la définition linguistique du processus d'hybridation a été supprimé.

Émission

Le Soir

Production

producteur ou co-producteur

France 3

Générique

journaliste

Christine Ockrent

participant

Claude Hagege

AdBlock activé!