MNEF / DETOURNEMENT - Vidéo Ina.fr

MNEF / DETOURNEMENT

 

MNEF / DETOURNEMENT

13 heures le journal

video 14 sept. 1998 535 vues 02min 29s

A la suite de rumeurs de malversations, une investigation a été entreprise par la justice dans le système de financement de la MNEF (mutuelle nationale des étudiants de France). Une employée brutalement licenciée en 1997 remet un rapport en juin 1997 à BERNARD KOUCHNER, le ministre de la Santé, puis à l'IGAS (inspection générale des affaires sanitaires et sociales) ainsi qu'à la CNAM (caisse nationale d'assurance maladie). Ce document est à l'origine de l'enquête de la Cour des Comptes et donc des enquêtes judiciaires sur la gestion de la MNEF qui viennent d'être ouvertes par le parquet de Paris. Cette ancienne chargée de mission des appels d'offres a accepté de parler à condition de respecter son anonymat. - VG immeuble de la MNEF / ZAV enseigne "MNEF". - DP immeuble abritant la MNEF. - ITW du témoin (visage non reconnaissable car du noir dessus à l'antenne ; voix non modifiée). Elle explique les systèmes de détournement d'argent mis en place par la direction de la MNEF : "Le responsable de la branche, FREDERIC (son couvrant le nom de famille de ce responsable, ndld) nous a dit que la direction générale refusait de commander à des prix intéressants. Elle préférait la société Spim puisque c'était une filiale de la MNEF et qu'on préférait la soutenir comme cela que de lui verser de l'argent par un autre biais. Ses tarifs étaient 30% plus chers que les autres concurrents en général". - Immeuble "Le Périscope" / ZAV sur les plaques des entreprises logées dans l'immeuble / GP la plaque de "Policité". - GP facture de Spim pour la fabrication de 1 000 enveloppes pour 188 F. - GP factures d'autres sociétés pour la même prestation mais proposée beaucoup moins chère. - OLIVIER SPITHAKIS, directeur général de la MNEF (qui a déjà annoncé sa décision de démissionner à la fin du mois de septembre 1998) travaillant à son bureau de Gentilly (il a préféré ne pas s'exprimer). GP SPITHAKIS. - Suite ITW témoin : "Le jeu consiste à créer une société avec quelque part un capital très faible et qui n'a aucun client. La MNEF devient client, apporte toute sa puissance de frappe, le chiffre d'affaires commence à monter, la MNEF se débarrasse de ses parts et doit les racheter deux ans plus tard au prix fort". Le journaliste (off) : "Elle ne les vend pas cher". Le témoin continue : "Et elle les rachète très, très cher". - Policiers de la brigade financière devant l'immeuble de la MNEF faisant une enquête préliminaire. - EN RETOUR PLATEAU : CAROLE GAESSLER annonce que le secrétaire national du PS à l'emploi, JEAN GLAVANY, vient de déclarer dans un point presse que le PS n'avait rien à craindre dans ce dossier (cf. liens du PS avec Policité et la MNEF).

Émission

13 heures le journal

Production

producteur ou co-producteur

France 2

Générique

journaliste

Olivier Carow
Thierry Curtet

AdBlock activé!