DUPLEX LUXEMBOURG LIONEL JOSPIN - Vidéo Ina.fr

DUPLEX LUXEMBOURG LIONEL JOSPIN

Publicité

DUPLEX LUXEMBOURG LIONEL JOSPIN

20H F2

video 21 nov. 1997 382 vues 25min 40s

Le premier ministre Lionel JOSPIN est l'invité du journal en direct du Luxembourg où se déroule actuellement le premier Conseil européen pour l'emploi qui réunit les quinze chefs d'Etat et de gouvernement européen. - Lionel JOSPIN est interrogé par Arlette CHABOT et Gilles LECLERC. - LE SOMMET EUROPEEN SUR L'EMPLOI : Lionel JOSPIN : "Les sommets européens existent depuis plus de 20 ans...Il n'y avait jamais eu de sommet consacré à l'emploi et après ma nomination au poste de premier ministre, j'ai proposé que l'europe réoriente son action vers l'emploi et la lutte contre le chômage...Ce sommet a fixé des grandes orientations et c'est le début d'une démarche qui va se poursuivre (Lionel Jospin commet un lapsus et confond sommet et congrès). - CONCERNANT LES OBJECTIFS DU SOMMET : Lionel JOSPIN :"La commission avait proposé des objectifs chiffrés, c'est vrai qu'on en est loin mais c'est une réorientation de la politique européenne sur le problème du chômage. Il a été admis que les états pouvaient se fixer des objectifs chiffrés. On est à la fin du processus qui va conduire à la monnaie unique et on est au début du processus de luttte pour l'emploi. C'est un tournant important...Il y a une cohérence entre la volonté de mobiliser vers l'emploi en France et la sensibilisation de nos partenaires européens sur l'emploi. - AU SUJET DE LA FLEXIBILITE DU TEMPS DE TRAVAIL : Lionel JOSPIN :"Je ne suis pas hostile à une certaine souplesse si il y a une augmentation des revenus, des salaires et de la compétitivité. Si c'est la remise en cause des acquis, je rejette cette souplesse". - L'EXEMPLE DE LA GRANDE-BRETAGNE ET DE SA POLITIQUE ECONOMIQUE : Lionel JOSPIN :"Si la Grande-Bretagne était un paradis, John MAJOR aurait été réélu triomphalement, ce n'est pas le cas. Je suis content cependant que de jeunes français aillent à l'étranger. Dans le texte adopté par le conseil européen sur l'emploi, il est précisé que les états membres vont lutter contre la concurrence déloyale en matière fiscale et sociale...En france, nous voulons lutter contre les formalités administratives freinant la création d'entreprises et nous voulons examiner les cotisations patronales de façon à ce qu'elles ne pénalisent pas l'emploi. Nous voulons un allègement des charges mais pas au prix des acquis sociaux des salariés. - CONCERNANT LA DUREE DU TRAVAIL : Lionel JOSPIN :"Chaque pays détermine sa méthode. Nous voulons être volontariste et nous privilégions la négociation et la prise en compte des réalités économiques....J'aurais préféré que les chefs d'entreprise nous fassent des propositions. Je suis heureux de savoir que peut-être les nouveaux responsables du patronnat envisageraient de revenir discuter à ce sujet....Je demande aux chefs d'entreprise d'entrer dans le processus des 35 heures." - AU SUJET DE L'ACTION GOUVERNEMENTALE : Lionel JOSPIN :"Nous avons maîtrisé le collectif budgétaire sans casser la croissance ...Il y a une prise de risque de notre part et j'espère avoir des résultats vers la fin de 1998. Un dès élément de cette réussite c'est la confiance. Je m'efforce d'animer ce gouvernement qui comporte de fortes personnalités...C'est peut-être cette volonté de travail qui est aujourd'hui reconnue, qui affirme une volonté et qui donne une impultion politique en réhabilitant la démocratie. Je veux continuer à mener ma tache. C'est reconfortant de savoir que les français croient à nouveau à l'action publique. - LE CONGRES DU PS QUI S'OUVRE A BREST : Lionel JOSPIN :"Les socialistes sont libres et peuvent s'exprimer librement...Je ne suis pas à Brest...Je ne souhaite pas m'exprimer ce soir comme un socialiste que je suis...C'est une nouvelle phase qui s'ouvre pour l'Europe...L'enjeu du congrès c'est nouvelle équipe qui va diriger le PS". - CA EXISTE LE JOSPINISME ? Lionel JOSPIN :"Naturellement pas...Je n'ai fait parti d'aucune cour, à aucun pouvoir...Cette histoire de sacre est étranger à ma culture...Je n'avais aucune cour...Ce sera le sacre de François HOLLANDE, mais c'est un homme simple...Il est temps de désacraliser le pouvoir et d'abandonner les volutes de l'encens."

Émission

20H F2

Production

producteur ou co-producteur

France 2

Générique

journaliste

Béatrice Schönberg

participant

Lionel Jospin
Gérard Leclerc
Arlette Chabot

AdBlock activé!