Nicole Notat Marc Blondel et Louis Viannet - Vidéo Ina.fr

Nicole Notat Marc Blondel et Louis Viannet

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
1,99 €
 
telecharger
Télécharger le programme sur votre ordinateur

Nicole Notat Marc Blondel et Louis Viannet

Invité spécial

video 05 oct. 1995 1266 vues 31min 12s

Avant la grève du service public prévue le 10 octobre, les dirigeants des principaux syndicats, CFDT, CGT et FO sont invités à s'exprimer sur le plateau. NICOLE NOTAT pour la CFDT est en dupleix de Bruxelles tantdis que MARC BLONDEL et LOUIS VIANNET sont en direct. - Un teletrottoir des victimes de la grève : "Ce sont toujours les mêmes qui sont embêtés. Il y a des tas de gens au chomage qui aimeraient pouvoir se lever tous les jours" et un sondage mitigé des pour et contre la grève (47% et 48 %) permet aux invités de réagir. - Réaction de MARC BLONDEL (FO) : "C'est pas mal sur l'ensemble de la population" puis il explique le pourquoi de la grève : "C'est justement parce qu'on a essayé de faire une différence et de diviser les fonctionnaires et les autres catégories". - Alain Duhamel interroge Nicole Notat : Comment éviter les déficits publics sans les plafonnements ?" NICOLE NOTAT répond que le gouvernement trouve de l'argent pour augmenter les médecins pourquoi pas les autres."Quant au teletrottoir les gens répondent seulement sur les transports. Le gouvernement a fait une provocation. Il y a des gens qui sont trés peu payés. Les transports cela peut être un autre débat." - Jean Luc Mano demande si le 10 octobre sera un sursaut national. LOUIS VIANNET : "Cela fait deux fois depuis 1993 qu'il n'y a pas de relèvement du traitement de base. On leur a fait sauter l'augmentation l'année dernière. Le blocage des salaires est mauvais pour la consommation et donc pour l'emploi. En plus c'est un mauvais exemple pour les patrons." - Alain Duhamel demande comment il peut y avoir baisse des déficits et augmentation des fonctionnaires. MARC BLONDEL : "C'est peut être que la réduction du nombre de fonctionnaires est demandée dans des délais trop rapides, au début c'était fixé à 2002 maintenant c'est 1997." / NICOLE NOTAT : "On peut baisser le nombre de fonctionnaires mais il faut les redéployer. Les fonctionnaires ce sont aussi kes gens des hopitaux. On y embauche des CES pour palier au manque de personnel. Il travaillent aussi dans l'Education et la police. Ce n'est pas une facon de réduire la fracture sociale." / LOUIS VIANNET : "Depuis 15 ans la masse salariale n'a pas bougé. Il n'y a pas que les salaires des fonctionnaires qui permettent de réduire les déficits, le budget de l'armée par exemple." / MARC BLONDEL : "Le ministre dit que les impots rentrent mal. Il y a des années que l'on donne aux entreprises qui font des réserves et n'embauchent pas. Elles n'ont pas le sens civique. - Jean Lu Mano dit que les salaires du privés augmentent moins que ceux du public. Réaction de LOUIS VIANNET : "Le pouvoir d'achat des fonctionnaires et en baisse. Ce qui est pointé derrière ces critiques c'est la sécurité de l'emploi. Qu'est ce qui est normal, vivre avec une épée de Damocles ? - SONDAGES sur cotisation des fonctionnaires que l'on dit inférieure aux autres catégories. Réaction de BLONDEL : "Alain Madelin a dit que l'on cotise moins pour la retraite mais c'est une pension, c'est à dire qu'après 60 ans l'Etat peut vous rappeler pour travailler de nouveau."La duree de cotisation du privé est de 40 ans, dans la fonction publique de 37 ans. Blondel demande : "Pourquoi s'aligner sur le pire./ NICOLE NOTAT : "Oui si j'étais dans le privé je serais contre l'injustice. Mais les conditions de calcul de la retraite du fonctionnaire sonts différentes de celui du secteur privé. Les augmentations de salaires à coup de primes ne sont pas prises en compte dans le calcul des retraites. Ne prenons pas les fonctionnaires pour des bouc émissaires." - EXTRAIT SONORE DE CHIRAC : "Puisque les cotisations salariales freinent l'embauche il faut les remplacer par du fiscal." - Réaction de MARC BLONDEL : "C'est hors propos, ce ci concerne le privé et la sécurité sociale" / VIANNET : "Si on change la durée de cotisation des fonctionnaires pour la retraite cela ne rapportera rien de plus." - Duhamel revient alors sur le déficit de la sécurité sociale. VIANNET : "Chirac donne l'impression que la sécurité sociale va mal dans un pays qui va bien mais elle ne peut pas aller bien puisque le pays a une crise du chomage. Si il faut taxer des revenus parlons en alors. Il y a des revenus qui devraient être taxés." / NICOLE NOTAT : "Bien sur qu'il faut y toucher. Que l'on passe les cotisations sur tous les revenus même ceux du capital, pas que sur les salaires." - Duhamel demande ce qu'il faut faire pour le déficit de l'assurance maladie. BLONDEL : C'est un faux problème dans ce pays. Coute 9% du PIB dans ce pays, aux Etats Unis (où il n'y a pas de protection sociale) coute 14%. Si on veut faire un budget annexé de l'Etat on est bien partit. On est tributaire des contingences européennes. Je suis pour que l'on taxe y compris le capital mais il y a beaucoup d'evasion d'argent. On peut essayer de maitriser les dépenses. On peut faire un effort pour raisonner les gens mais on ne peut pas imposer des chiffres sinon des gens ne seront pas soignés." / VIANNET : "La prévention ferait faire des économies... Il y a des choses à faire du coté des laboratoires mais il ne faut pas limiter les soins" / BLONDEL : "Ce sont toujours les consommateurs qui doivent payer c'est pourquoi il faut un pays en bonne santé" / NOTAT : "Il ne faut pas réduire les dépenses de santé il faut augmenter le budget, mais il ne s'agit pas de payer plus cher ce qui peut l'être moins". - Intervention inattendue du ministre du travail au téléphone qui affirme qu'il regardait l'émission et à voulu parler. JACQUES BARROT n'apporte rien au débat il dit juste "qu'il ne faut pas opposer les français entre eux et qu'il faut approfondir le débat." - Duhamel pose la question de l'allègement des charges du patronnat. NOTAT : "Les gouvernements successifs ont pensé que cela aurait un effet sur l'emploi. C'est faire moins contribuer l'entreprise à la solidarité. Je suis d'accord sur l'allègement des charges sur les bas salaires uniquement. Suite champ SEQ.

Émission

Invité spécial

Production

producteur ou co-producteur

France 2

Générique

participant

Nicole Notat
Marc Blondel
Louis Viannet

présentateur

Alain Duhamel
Jean Luc Mano

AdBlock activé!