C'est à dire : émission du 3 mars 1976 - Vidéo Ina.fr

C'est à dire : émission du 3 mars 1976

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
2,99 €
 
telecharger
Téléchargez le programme sur votre ordinateur
graver
Créez votre DVD à la carte (5€ de frais de gravure par DVD gravé)

C'est à dire : émission du 3 mars 1976

C'est à dire

video 03 mars 1976 909 vues 01h 49min 33s

Cette émission, présentée en plateau par Jean-Marie CAVADA a pour grand témoin la ministre de la santé Simone VEIL, invitée à réagir et à échanger avec les invités venus s'exprimer sur différentes thématiques d'actualité.-Jean Marie CAVADA présente le sommaire de l'émission.-Simone VEIL doit deviner et donner son avis sur les réponses d'un sondage effectué auprès d'un échantillon de français. Les premières questions ont trait à ses loisirs et la seconde série traite des lois sur la contraception et l'avortement, des raisons de la baisse de la natalité, des médecins salariés de l'Etat et des soins gratuits en Angleterre et de la possibilité que Simone VEIL devienne premier ministre.-Jean Marie CAVADA interroge Simone VEIL sur le coût de la santé et sur le déficit de la sécurité sociale. Rosy MAUREL l'interroge sur le problème du coût et des conditions d'hospitalisation, le manque de personnel infirmier et leur faible rémunération. Jean Marie CAVADA l'interroge sur les critiques qui lui sont adressées sur le financement de la recherche. Elle évoque les subventions allouées à l'Institut Pasteur, les projets du 7e plan, la surconsommation des médicaments par les français. Simone VEIL affirme être féministe mais ne pense pas pour autant être en avance dans son temps. Elle rappelle que son mari n'a pas souhaité qu'elle devienne avocate. -Jean Marie CAVADA interroge Simone VEIL sur sa garde du corps. Des images de son arrivée sont diffusées. Présente dans le public, la garde du corps prend brièvement la parole.-Jean Marie CAVADA introduit la séquence intitulée "Le coup de pied de Pékin" en rappelant que des rumeurs circulent sur la démission du vice premier ministre chinois.-Extrait du film documentaire sur la Chine de Joris IVENS et de Marceline LORIDAN intitulé "Comment Yukong déplaça les montagnes". L'extrait rend compte des méthodes de discipline appliquées à l'école avec l'exemple d'un jeune garçon n'ayant pas respecté les règles. -Simone VEIL commente l'extrait du documentaire et fustige l'embrigadement mis en oeuvre par la Chine communiste. Marceline LORIDAN explique qu'elle adhère à ce modèle chinois de dialogue entre élèves et professeurs. -Joris IVENS parle de son film "Comment Yukong déplaça les montagnes", qui sortira prochainement en salle. Il évoque la notion de "révisionnisme" présente dans la société chinoise, explique comment il a formé un cameraman chinois pour tourner son film. Jean Marie CAVADA interroge Marceline LORIDAN sur le processus de mobilisation de masses chinois. Il lui demande si elle ne manque pas d'objectivité sur ce sujet. Joris IVENS raconte la scène de contestation ouvrière dans une usine de Shangai dont il a été témoin. Marceline LORIDAN explique ce qu'est un dazibao. Simone VEIL reconnait que la Chine a résolu le problème de la fin contrairement à l'Inde et à d'autres pays. Jean Marie CAVADA rappelle brièvement que Marceline LORIDAN fut la camarade de déportation de Simone VEIL durant la Seconde Guerre mondiale.-Pour introduire la séquence intitulée "L'OTAN peut-elle rougir" Jean Marie CAVADA rappelle que Washington, ainsi qu'Alexander Haig junior, à la tête des forces alliées, ont réaffirmé leur volonté de ne pas intégrer des pays dirigés par des forces communistes à l'OTAN. Des problèmes techniques empêchent la diffusion d'une interview donnée le jour même par Joseph Luns, secrétaire général de l'OTAN. Charles HERNU, délégué général du parti socialiste en charge des questions de défense et Lucien NEUWIRTH secrétaire général adjoint de l'UDR, s'accordent pour dénoncer cette forme d'ingérence de la part des Etats-Unis. Ils débattent sur la possibilité qu'un pays dont le gouvernement est composé de ministres communistes puisse rester membre de l'OTAN, notamment en référence à l'alliance du parti socialiste avec le PCF. Ils évoquent la sortie de la France de l'OTAN voulue par le général de Gaulle. Charles HERNU rappelle les récents signes de rapprochements comme l'adhésion de la France à l'Eurogroupe, qui dépend de l'OTAN. -Simone VEIL confirme qu'elle est contre la politique partisane, évoque la carrière politique de son mari. -Le dessinateur GUS présente à Simone VEIL la caricature qu'il a dessinée d'elle.

Émission

C'est à dire

Production

producteur exécutif

Antenne 2

Générique

réalisateur

Jean Luc Leridon

participant

Simone Veil
Marceline Loridan Ivens
Joris Ivens
Lucien Neuwirth
Charles Hernu
Gus-dessinateur

présentateur

Jean Marie Cavada

AdBlock activé!