Invité plateau : François Bayrou - Vidéo Ina.fr

Invité plateau : François Bayrou

Publicité

Invité plateau : François Bayrou

F2 Le Journal 20H

video 17 déc. 1993 577 vues 06min 10s

Journée nationale de grève dans les établissements scolaires publics et manifestations après le vote par le Sénat d'un texte révisant la loi FALLOUX et réformant le financement des locaux de l'enseignement privé par les collectivités territoriales. - Itw en plateau du ministre de l'éducation nationale François BAYROU : "Je suis ministre du gouvernement. Un ministre du gouvernement ne polémique pas avec le président de la République. Entre le moment où ce texte très court (..) a été déposé à l'Assemblée nationale, commencé d'être examiné, et le moment où il a été adopté il s'est écoulé cinq mois et demi. On a déposé sur ces cinq lignes utiles 6200 amendements. Quand on dit qu'il n'a pas été examiné ça fait sourire. Sur ce texte on a débattu à l'Assemblée nationale et au Sénat 49 heures et 10 minutes. Cette réforme on a pris tout le temps de l'examiner jusqu'à l'accélération finale, il est vrai qu'il y a eu une accélération parce que nous avions jusqu'à lundi soir pour adopter ce texte".. - "(..) J'ai entendu les hommes politiques. En pensant à eux il y a un mot qui me vient c'est hypocrites. Michel ROCARD a défilé aujourd'hui (..) pour empêcher les autres maires de faire ce qu'il a fait lui; c'est de l'hypocrisie. Michel CHARASSE a participé à la manifestation. Il était ministre du budget quand Jack LANG a signé avec le père CLOUPET les accords LANG-CLOUPET qui ont donné beaucoup plus à l'école privée que ce qu'a donné cette adaptation du texte. J'ai entendu les gens sincères (..) ceux là ne défilaient pas contre le privé, ils défilaient pour défendre une idée de l'école publique qu'il sentaient mal aimée, et ceux là m'intéressent. Depuis des années, dix ans, quinze ans, ils ont le sentiment d'un décalage de plus en plus grand entre l'école publique, eux qui en sont les maîtres, et l'opinion et les politiques. S'il faut un vrai plan de relance pour l'école publique, pour qu'ils sentent qu'ils ne sont plus mal aimés, moi je suis prêt à ce plan de relance".. - "(..) Il est question de permettre aux maires de faire des travaux de réparation à l'école privée dont les professeurs sont déjà diplômés d'Etat, suivent les programmes d'Etat, sont payés et inspectés par l'Etat. S'il y a un sujet de guerre en France aujourd'hui à ce que des réparations puissent être faites dans des écolesprivées, après tout les enfants qui sont dans les écoles privées sont des enfants comme les autres, leurs parents sont des citoyens comme les autres et des contribuables comme les autres, ils paient des impôts comme les autres, et il n'y a pas de raison de les priver de la sécurité indispensable et il n'y a sûrement pas de sujet de guerre à ce propos".

Émission

F2 Le Journal 20H

Production

producteur ou co-producteur

France 2

Générique

journaliste

Paul Amar

participant

François Bayrou

AdBlock activé!