Le prix d'un nobel - Vidéo Ina.fr

Le prix d'un nobel

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
1,99 €
 
telecharger
Téléchargez le programme sur votre ordinateur
graver
Créez votre DVD à la carte (5€ de frais de gravure par DVD gravé)

Le prix d'un nobel

Envoyé spécial

video 02 déc. 1993 1911 vues 28min 40s

Prix Nobel de physique 1992, Georges CHARPAK a vu son existence professionnelle et familiale bouleversées depuis un an. Sollicité de toutes parts, il souhaite à présent reprendre ses activités et clame "j'en ai marre de mener la vie de MADONNA. A présent, laissez-moi travailler". Le reportage de Dominique ROCHOT nous entraîne dans son sillage pendant quelques semaines. - Remise de son prix à Stockholm par le Roi de Suède. - A Cargèse, dont il est citoyen d'honneur, Georges CHARPAK se montre sous un jour plus intime : nous le suivons chez lui, auprès de sa famille ou en rapport avec des personnalités du village. - A Toulouse, il inaugure un salon des techniques avancées en présence des officiels locaux. - Accueilli dans un salon du livre où il dédicace son livre "la vie à fil tendu", Georges CHARPAK répond aux étudiants et explique ce qui lui a valu le Nobel. - Au Collège de la Paix à Issy-les-Moulineaux, il fait un exposé aux élèves attentifs. - Au CERN, à Genève (son univers de travail), nous assistons à quelques séance de travail du Prix Nobel avec son équipe. - En Colombie, à Bogota, il aide sa fille à promouvoir la méthode "Kangourou" qui consiste à placer les prématurés, bien au chaud, sur le corps de la mère plutôt qu'en couveuse. ( "ça a dégorgé les couveuses. La méthode" Kangourou "est un espoir d'améliorer les relations mère-enfant et c'est meilleur pour l'enfant"). - Dans un restaurant au milieu des musiciens et chanteurs colombiens, il danse ( "la fête pendant une année ! Je ne pouvais pas refuser le contact avec les gens que j'aimais bien. J'ai maintenant la gueule de bois. J'ai la vie d'un homme d'action. J'ai envie de ne rien faire"). - Commentaire sur le plateau avec Bernard BENYAMIN du journaliste Philippe ROCHOT : "il doit constamment faire des choix. Lui dit que la recherche est financée par la société et qu'il se doit à la société. Il reste le symbole du Prix Nobel et il sera toujours sollicité".

Émission

Envoyé spécial

Production

producteur ou co-producteur

France 2

Générique

journaliste

Philippe Rochot
Bernard Benyamin

monteur

Lise Ferre

opérateur de prise de son

Andre Navaro

opérateur de prise de vue

Didier Dahan

participant

Philippe Rochot

dvd
cd
AdBlock activé!