Nicolas Sarkozy - Vidéo Ina.fr

Nicolas Sarkozy

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
1,99 €
 
telecharger
Téléchargez le programme sur votre ordinateur
graver
Créez votre DVD à la carte (5€ de frais de gravure par DVD gravé)

Nicolas Sarkozy

L'heure de vérité

video 06 juin 1993 3140 vues 52min 13s

Invité sur le plateau de "l'Heure de Vérité" ce dimanche 6 juin, Nicolas SARKOZY. François Henri de VIRIEU, Alain DUHAMEL, Albert DU ROY et Christine MITAL (du Nouvel Observateur) s'entretiennent avec le Ministre du Budget, porte parole du gouvernement sur les questions des réformes touchant l'immigration, l'armée française, l'économie par les deux plans successifs annoncés par les Premier Ministre Edouard BALLADUR. L'émission se termine sur la politique étrangère du nouveau gouvernement. - Interview Nicolas SARKOZY : "Si l'on ne réforme pas ce pays, on ne résoudra pas les problèmes. Les français sont capables de le comprendre. Personne ne peut s'étonner que le gouvernement ait décidé de mener une politique de l'immigration à la fois ferme et humaine. Le laxisme fait monter le racisme. Il faut tendre vers une immigration zéro. La politique d'immigration du gouvernement, c'est un ensemble de mesures. La France ne peut pas être le réceptacle de toutes les misères du monde. Qui peut être choqué du droit de demander aux étrangers leurs papiers d'identité ?". - "François LEOTARD, Ministre de la Défense, n'a pas outrepassé ses droits. Je n'ai pas été d'accord avec la position de Bernard PONS. De tous les pays occidentaux, la France est celui dont l'armée est la plus importante. Nous allons doubler les fonds de restructuration des sites militaires. La question est de savoir si chaque centime dépensé par l'Etat est un centime bien utilisé ? " - "C'est vrai que nous disons aux français que nous avons trouvé une situation catastrophique. Avec la gestion socialiste, l'Etat français dépensait chaque jour un milliard de francs de plus qu'il ne recevait. Maintenant, c'est le moment de l'action. Nous avons été désignés pour résoudre les problèmes des français. Si nous ne faisions pas d'emprunt, nous n'aurions pas pu mettre en place des mesures pour lutter contre le chômage. On a décidé de mettre le paquet. Si nous ne réussissons pas, nous échouerons. Pour lutter contre le chômage, il y a les mesures nationales et la lutte internationale, c'est à dire l'Europe, le Gatt. Il faut que les chefs d'entreprises fassent confiance dans le plan du gouvernement. Il faut de nouveau investir. Il faut éviter la mort des entreprises.". - "Je suis très favorable sur le principe des délocalisations, comme le Premier Ministre. Sur l'ENA, un comité inter ministériel prendra sa décision. Nous avons décidé de lancer une grande politique de l'aménagement du territoire. Quant au problème de l'agriculture, nous ne sommes pas décidés à sacrifier les intérêts des agriculteurs français aux intérêts des fermiers américains. Dans l'affaire du Gatt, il y a aussi l'intérêt de toute l'économie française. Quand on a trouvé le dossier, la France était isolée et les agriculteurs des boucs émissaires. Nous avons été élus car nous avons été unis. Le devoir de la majorité est d'être solidaire. Ce qui était vrai pour une campagne commune entre l'UDF et le RPR en 1989, je ne vois pas pourquoi ça ne serait pas vrai en 1994. Le seul qui peut rassembler la majorité et diriger cette liste d'union aux élections européennes, c'est le Premier Ministre. ". - A la question d'Albert DU ROY : "Si Edouard BALLADUR fait un bon score, il sera présidentiable?" , Nicolas SARKOZY répond : "Et si on mettait Paris en bouteille ? ".

Émission

L'heure de vérité

Production

producteur ou co-producteur

France 2

Générique

journaliste

Alain Duhamel
Albert Du Roy

participant

Nicolas Sarkozy

présentateur

Alain Duhamel
François Henri de Virieu
Albert Du Roy
Christine Mital

AdBlock activé!