Elisabeth Badinter - Vidéo Ina.fr

Elisabeth Badinter

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
1,99 €
 
telecharger
Téléchargez le programme sur votre ordinateur
graver
Créez votre DVD à la carte (5€ de frais de gravure par DVD gravé)

Elisabeth Badinter

L'heure de vérité

video 14 mars 1993 1586 vues 52min 38s

Invitée de l'Heure de Vérité, Elisabeth BADINTER. Elle est interviewée par Alain DUHAMEL, Liliane SICHLER et Alain COLOMBANI. - Alain DUHAMEL aborde les thèmes suivants, les femmes et la vie politique, le travail, leur rôle dans la société. - Elle estime que le femmes n'ont pas joué un rôle plus important dans cette campagne élèctorale... "La représentation que nous avons de la politique, c-à-d les séances parlementaires du mercredi diffusées à la télévision, donnent un tel sentiment de stéréotype, de clichés, de petites gue-guerres entre la Gauche et la Droite. Je dirai très franchement a quelque chose d'infantile. Que pour beaucoup de personnes, et notement des femmes, ce n'est pas un encouragement à relever... J'ai toujours eu le sentiment que la politique ; telle qu'elle se montre, qui n'est pas un travail de commission que les gens ne connaissent pas. Eh bien, c'est comme un reliquat du vieux patriarcat traditionnel... Mais je vois bien que la représentation est légèrement machiste et stéréotypée. Donc, ça peut faire plaisir à certains jeunes hommes de rentrer dans ce monde de guerre, c'est un substitut de guerre, et je comprends très bien que les femmes n'aient pas autant envie d'y rentrer. Alors que vous constatez, elles militent dans les organisations associatives et qui s'occupent de problèmes de société" (rediffusion MIDI 2 l'intégralité de ce paragraphe). - Puis elle évoque l'évolution de l'image de la femme dans les milieux politiques qui devait être maternelle il y a 10 ans et aujourd'hui les signes de féminité peuvent s'afficher. Elle est contre la politique des quotas en matière de présence des femmes sur les listes élèctorales car le choix doit être fait non pas par rapport à un état (féminité ou couleur de peau) mais pour les compétences d'un individu. Pour elle, le passage de Edith CRESSON à MATIGNON est "un précèdent heureux". Elle admire chez les femmes présentent au gouvernement leur capacité à montrer leur grande connaissance des dossiers. Le 1er président de la République a avoir promu les femmes en politique est Valéry GISCARD D'ESTAING et MITTERRAND qui a continué et accentué le mouvement. Elle pense que la place des femmes dans la société va augmenter, elles sont déjà majoritaires dans l'éducation et la magistrature. Mais "aujourd'hui, elles n'ont [plan américain] la place qu'elles meritent". - Liliane SICHLER, EDJ, aborde les thèmes suivants : le divorce, les enfants, l'évolution du comportement sexuel. - Les femmes sont génétiquement plus resistantes que les hommes. Les pères et la garde des enfants dans le divorce : le rôle des pères et difficile mais peu de pères ont rempli leur fonction. La justice est toujours en retard par rapport à l'évolution des moeurs, en raison des clichés encore vivaces dans notre société il n'est pas facile pour une mère de dire je laisse mon enfant. La plus grande cause de divorce est l'ennui donc une certaine forme de solitude. Maintenant le désir d'enfant chez les jeunes femmes vient plus tard car il y a un grand changement par rapport à la place de la maternité dans la vie d'une femme : les enfants sont une partie de la vie des femmes avec le travail, la culture, le sport, etc. La montée des intégrismes religieux est "une régression archa. que et dangereuse" surtout dans les sociètés en crise et qui n'ont pas eu accès à la démocratie. L'attitude du Pape par rapport au SIDA est pour elle assimilable à une situation de non assistance à personne en danger et celle par rapport au femmes musulmanes enceintes après un viol en Bosnie, une méconnaissance du coeur humain. - Jean Marie COLOMBANI aborde le thème de l'éducation. - Elle recuse les accusations portées contre l'école et l'enseignement qui fabriquerait des chômeurs, l'objectif de l'école étant de former des citoyens libres. Dans l'avenir il faudra certainement former les jeunes à 3 ou 4 mètiers différents donc il faut augmenter leur capacité d'analyse. L'association éducation-entreprise est une très mauvaise idée. Elle souligne que les entreprises Française n'ont pas fait le quart des efforts des entreprises allemandes en matière de formation. L'augmentation du pourcentage de réusssite au BAC est un progrès mais parfois au détriment de la qualité de l'enseignement. Elle est favorable à une certaine décentralisation des universités. Mais en ce qui concerne les lycées elle "tient de toutes ses forces à l'éducation nationale" chargée de donner un minimum commun à toute la France "c'est la force de la République". L'école est le meilleur moyen pour l'intégration, elle a travaille pendant 5 ans dans un lycée de jeunes filles et se souvient de jeunes maghrebines lui demandant de l'aide car leur père voulait les marier de force. Elle estime que les professeur sont mal traités à la fois par l'administration (les salaires) et par les parents d'élèves. - A propos des écoutes téléphoniques de certains intellectuels : "Toute action qui va contre la loi est un mauvais coup contre la démocratie". - Signature sur le Livre d'Or : En 1793, CONDORCET écrivait qu' "Une société qui n'est pas éclairée par les philosophes est trompée par les charlatans." Qui le démentirait aujourd'hui ?

Émission

L'heure de vérité

Production

producteur ou co-producteur

France 2

Générique

réalisateur

Jean Luc Leridon

journaliste

Alain Duhamel
Jean Marie Colombani
Viviane Sichler

participant

Elisabeth Badinter

présentateur

François Henri de Virieu

AdBlock activé!