Dominique Voynet - Vidéo Ina.fr

Dominique Voynet

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
1,99 €
 
telecharger
Téléchargez le programme sur votre ordinateur
graver
Créez votre DVD à la carte (5€ de frais de gravure par DVD gravé)

Dominique Voynet

L'heure de vérité

video 03 janv. 1993 404 vues 54min 53s

Dominique VOYNET, porte-parole des Verts, est l'invitée de cette première "Heure de vérité" de l'année 1993. Après une présentation de l'émission, et les voeux traditionnels de FH de VIRIEU, elle est interrogée successivement par Albert DU ROY sur son itinéraire et la situation internationale, par Francis LAFFON sur la situation économique, et par Alain DUHAMEL sur les questions de politique intérieure. Parmi les personnes invitées, [différents plans] Noël MAMERE, porte-parole Génération Ecologie, JP RAFFIN, député, René DUMONT. - L'intinéraire, de la médecine à la politique : "Je n'exerce plus la médecine. Je me suis engagée comme je l'avais promis aux Verts, à temps plein depuis les élections européennes au service de mes idées. Je crois que nous devons profiter du temps qui nous est offert pour convaincre un maximum de personnes de nous rejoindre... Mon ambition ce serait que davantage de personnes soient concernées par la vie de la Cité, aient envie de changer les choses par le dialogue, par la participation des citoyens... Il ne faut pas faire de politique si on n'est pas prêt à écouter les gens... En faisant de la politique, j'ai l'impression de prolonger mon engagement de médecin au service des hommes et des femmes de ce pays. On ne changera pas le monde à la place ds gens. Je préfère aujourd'hui convaincre une majorité de Français de la nécessité de changer par exemple 10% de leur comportement que penser à leur place un modèle prêt à utiliser". - L'ambition, et l'engagement ecologiste : "Je suis ambitieuse. Quand on voit l'immensité des problèmes, je crois que si on n'est pas ambitieux, si on n'est pas passionné, on ne va pas loin... A la base de mon engagement écologiste, il y a surtout une envie de rénover la citoyenneté, de rénover la démocratie, de participer. Ce passage de l'engagement associatif à l'engagement politique est fondé sur fait qu'il se heurtait chaque jour aux limites d'une démocratie de délégation. C'est vrai que je n'ai pas trouvé dans les autres partis de possibilité d'être pleinement active, engagée, responsable, autonome. - Le pacifisme et le debat sur une intervention militaire en Bosnie : "Je ne confonds pas pacifisme et passivité. On doit se servir de son expérience qui privilégie d'autres formes de construction de la paix que l'équilibre fondé sur la terreur. (En Bosnie) les erreurs commises au cours des dernières années, nous ne les réparerons pas aujourd'hui : la reconnaissance précipitée des Etats de l'ex-Yougoslavie sur la base de frontières taillées à la hache, le peu de courage qu'a manifesté la CEE... Je crois qu'il fallait proposer aux pays de l'ex-Europe de l'Est un partenariat économique, politique. Aujourd'hui, on est dans une situation où on doit envisager une intervention militaire sous contrôle de l'ONU pour libérer les camps et les villes dans lesquelles une cohabitation est encore possible. C'est une intervention de soutien à un pays agressé, la Bosnie. L'urgence est de faire cesser les crimes de guerre, les viols, les tortures, les camps de concentration". - L'opération humanitaire en Somalie, sous protection militaire : "Les écologistes ont accepté cette idée de protéger militairement une opération humanitaire. La présence de forces internationales en Somalie ne doit pas nous faire oublier l'urgence de penser à une autre politique Africaine pour la France et aussi de penser à un développement équitable du sud de la planète. - Le desarmement : "Je crois que la force nucléaire française ne sert plus a rien. Après quatre accords de désarmement entre les Etats-Uniset l'URSS, il est temps que la France et la Grande-Bretagne osent un pas vers le désarmement nucléaire". - L'Europe : "Je suis assez fiere d'avoir voté non au référendum. L'Union Monétaire et Economique est critiquée de toutes parts sous la forme sous laquelle elle a été préparée par Maastricht. Je crois que tout le monde se rend compte qu'en Italie, Grèce, Espagne les politiques de rigueur nécessitées par la convergence économique préalable à l'union économique et monétaire sont tellemenent dures que la situation est dramatique sur le plan social.". - L'economie, l'emploi, les solutions au chomage : (En matière de chômage) "Les Verts ne lavent pas plus blanc. La seule chose sérieuse aujourd'hui c'est de continuer à limiter notre temps de travail avec prise en compte par l'ensemble des personnes de ce pays de l'effort que cela suppose. Quelqu'un qui gagne le SMIC ne perdra pas son salaire, quelqu'un qui gagne quatre fois le SMIC perdra une partie de son salaire. Je crois qu'il faut une loi cadre pour les 35 heures". - Les acquis sociaux, la retraite : "Il me semble que les acquis sociaux ont été battus en brèche au cours des dernières années. Il faut penser à une retraite progressive, souple, modulée. Plus personne au cours des prochaines années ne fera le même métier pendant 37 ans 1/2 ". LA CROISSANCE, LA RELANCE, LES GRANDS TRAVAUX : "Pour créer des emplois par la croissance il faudrait une croissance de 5-7%. Je me méfie des plans européens de transport qui ne sont pas globaux. Par contre, je suis favorable au TGV. Je défends le TGV Rhin-Rhône en tant qu'élue de Franche Comté et parce qu'il ne passerait pas par Paris". - Les fondements et le programme ecologistes : "Je suis une utopiste réaliste. Je suis utopiste sur le long terme, et je sais que je suis confrontée à un choix tous les jours..Je crois que le monde n'attend pas que les écologistes soient prêts pour faire des choses. Le mondebouge à toute allure... Au bout de 30 ans de construction européenne, on n'est pas allé très loin et les égo. smes nationaux resurgissent à chaque instant..Dans une situation de crise économique majeure, la première tentation c'st la peur et le repli sur soi. Je crois que sur le long terme, il n'y a pas d'autre solution qu'un avenir solidaire avec les autres. Nous devons oser aujourd'hui le droit de vote des résidents étrangers aux élections locales". - Les elections legislatives : "J'ai envie de construire un pôle écologiste fort. (SUITE dans le champ SEQ).

Émission

L'heure de vérité

Production

producteur ou co-producteur

France 2

Générique

participant

Dominique Voynet

présentateur

François Henri de Virieu

AdBlock activé!