Terreur en Haiti - Vidéo Ina.fr

Terreur en Haiti

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
1,99 €
 
telecharger
Téléchargez le programme sur votre ordinateur
graver
Créez votre DVD à la carte (5€ de frais de gravure par DVD gravé)

Terreur en Haiti

Résistances

video 01 févr. 1992 8136 vues 34min 52s

Retour en images d'archive sur le déroulé des évènements politiques depuis l'élection du père ARISTIDE le16/12/1990- 16/12/90 : Vote du père ARISTIDE devant le peuple en liesse (Notice INA n° CAA90048519)- 13/08/1991 : Palais présidentiel. Le président ARISTIDE prête serment, ceint de l'écharpe présidentielle, soutenu par le parti Lavalas- Photos datant de 1986 et montrant le supplice du "Père LEBRUN" du parti Lavalas (supplice du pneu enflammé dont on entoure le cou des victimes)- Le 27/09/91, le président ARISTIDE tente d'intimider l'adversaire en criant devant la foule "les macoutes dehors" et en faisant l'apologie du supplice du pneu (En arrière-plan, derrière ARISTIDE, on distingue le général putschiste Raoul CEDRAS). - 30/09/91 : militaires dans les rues de Port-au-Prince en feu, après le coup d'Etat. Ces images d'archives alternent avec l'interview de Béatrice, militante pour le programme pour une alternative de justice, qui raconte le massacre de la population durant plusieurs jours et le début du règne de la terreur que marque cette date.- 13/11/91 : Un défilé militaire marquant la fête de l'indépendance permet de célébrer le nouveau pouvoir en place : bourgeoisie, nomination à la présidence du Juge NERETTE, intervention télévisée du Général Raoul CEDRAS.Très vite, le pouvoir bloque les organes de communciation et place les siens à sa place comme la radio néo-duvaliériste, VSN57 qui émet et donne les adresses de toutes associations ou autres qui semblent être pro-ARISTIDE, afin de "nettoyer" Port au Prince.La nuit du 16/12/1991,veille du 1ère anniversaire de l'élection du Père ARISTIDE, des bruits de tirs ont lieu toute la nuit dans Port au Prince et des militaires vadrouillent dans les rues.Dans les bidonvilles de Port au Prince , acquis à ARISTIDE et des Gonaives au Nord de l'île, où sont implantées les cellules de base de la Théologie de la libération, un des plus grands ennemis des militaires, les habitants témoignent des violences qu'ils ont subies et de l'acharnement dont ils ont été victimes.Malgré le danger, des fidèles célèbrent l'anniversaire de l'élection d'ARISTIDE en écoutant le prêche du prêtre contre la répression armée et en chantant en chœur, dans une Eglise d'un bidonville de Port au Prince. Certains fidèles, à la tribune, réaffirment leur soutien au Président ARISTIDE et de leur détermination à lutter contre la dictature et leur espoir en la démocratie pour leur pays. Les bulletins de vote du 16/12/1990 sont exhibés comme des reliques.A la résidence de l'ambassadeur de France, qui a recueilli plusieurs membres du gouvernement ARISTIDE et leurs familles, René PREVAL et Marie-Michèle REY, premier Ministre et Ministre des finances du gouvernement ARISTIDE, décrivent la corruption qui régnait à leur arrivée au pouvoir et leurs tentatives de régulariser la situation.Dans les rues passe une manifestation d'opposants au père ARISTIDE, dénoncé en tant qu'assassin et communiste. A l'Evêché des Gonaives, le Père DANIEL, lui-même menacé, recense toutes les atteintes aux droits de l'homme de la région, pour le compte de l'Association Justice et paix. Il rend visite à un sous-préfet du précédent régime, terré dans un abri. Son rôle durant ses 7 mois d'activités fut de tenter de remettre de l'ordre dans les tribunaux et d'éradiquer la corruption. Selon lui, après 34 ans de telles pratiques, il était presque impossible de trouver des " personnes aptes à exercer une meilleure justice ".Pendant une cérémonie vaudou des danseurs, joueurs de tam-tam entrent en transe. Si le vaudou fut le point de départ de certains mouvements anti-esclavagistes, le prêtre vaudou officiant durant la cérémonie se défend de faire de la politique.Dans les campagnes, sur des images d'ouvriers agraires travaillant dans les champs, EMILIE, propriétaire terrien de 65 hectares, employant 300 personnes, est opposé à la réforme agraire et estime qu'un un paysan ne doit pas se mêler de politique. Son voisin, ORESTE, petit propriétaire, regrette le président ARISTIDE et craint pour son pays, sous le joug militaire.

Émission

Résistances

Production

producteur ou co-producteur

Antenne 2

Générique

journaliste

Jérôme Bony
Jean François Hoffmann

participant

René Preval
Marie Michele Rey

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Masquer ce message
En savoir plus et paramétrer les cookies
AdBlock activé!