SESSION EXTRAORDINAIRE ASSEMBLEE NATIONALE - Vidéo Ina.fr

SESSION EXTRAORDINAIRE ASSEMBLEE NATIONALE

Publicité

SESSION EXTRAORDINAIRE ASSEMBLEE NATIONALE

Edition spéciale : guerre du Golfe

video 16 janv. 1991 1566 vues 01min 19s

Lecture par LAURENT FABIUS, président de l'Assemblée Nationale, du message du Président de la République au parlement réuni en session extraordinaire concernant la politique de la France dans la crise du Golfe, et discours de politique générale de la France pronconcé par le Premier Ministre MICHEL ROCARD, quelques heures après l'expiration de l'ultimatum de l'ONU pour le retrait des troupes irakiennes du Kowe.t. - LAURENT FABIUS lit le décret de convocation du parlement en session extraordinaire (art 1er : le parlement est convoqué en session extraordinaire le 16 janvier 1991... art 2 : l'ordre du jour... lecture au parlement de la politique générale du gouvernement de la république... art 3 : le Premier Ministre est chargé de l'application du décret). - VE hémicycle comble. - "Je déclare ouverte la session extraordinaire." J'ai reçu de Monsieur le Président de la République la lettre suivante : - VE députés debout pour écouter le texte. - "La France a adopté, depuis le 2 août 1990, l'ensemble des résolutions du Conseil de sécurité condamnant l'invasion et l'annexion du Kowe.t par l'Irak. Elle s'est associée aux démarches entreprises pour que ce dernier se retire du territoire qu'il occupe en violation de la Charte des Nations Unies. Elle a pris part à l'embargo et envoyé près de 12 000 hommes en Arabie séoudite et dans la région. Mais, au terme du délai fixé, il nous faut constater ce matin 16 janvier, qu'aucune réponse conforme à l'attente des peuples attachés à la défense de la paix, dans le respect du droit, n'a été donnée par les dirigeants irakiens. L'heure est donc venue pour nous... d'appliquer les principes dont nous nous réclamons. Je le dis avec regret mais détermination : le recours à la force armée pour contraindre l'Irak à évacuer le Kowe.t est désormais légitime. C'est pourquoi j'ordonnerai l'emploi des moyens militaires que commande la participation de notre pays à la mise en oeuvre des résolutions des nations Unies. Après avoir entendu le gouvernement, vous aurez à vous prononcer sur ce point... - Au cours de ces derniers mois, je me suis adressé plusieurs fois aux Français pour les tenir au courant de l'évolution de la situation au Moyen-Orient... - La France n'a rien négligé, et ceci jusqu'au bout, pour parvenir au règlement pacifique de la crise... Elle ne poursuit pas d'autres objectifs que ceux définis, avec précision, par le Conseil de Sécurité, et d'abord la libération du Kowe.t. Ce faisant, elle assume le rang, le rôle et les devoirs qui sont les siens et se déclare solidaire du camp du droit contre la politique de l'agression et du fait accompli. - Au moment où, pour la première fois dans l'histoire des nations, s'offre la possibilité de construire un ordre mondial fondé sur la loi commune et du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, il paraîtrait inconcevable qu'elle s'abstînt d'apporter son aide et son concours. - Le peuple Français, qui en connaît le prix, hait la guerre. mais il n'y a en lui aucune faiblesse pour ceux que Jean Jaurès appelait les "fauteurs de conflits". LA FRANCE N'EST PAS L'ENNEMIE DE L'IRAK. Malheureusement, pas un mot, pas un signe de Bagdad n'ont permis d'espérer que l'on s'y soumettrait aux exigences du droit. Certes, la communauté internationale n'a pas toujours su ou voulu respecter ses propres principes, en particulier dans cette région du monde. Je suis de ceux qui le déplorent tout en refusant d'y trouver un alibi à l'inaction... - Je ne doute pas que le Parlement de la République saura exprimer l'unité profonde de la nation dans cette épreuve. - A nos soldats, ainsi qu'à leur famille qui vont en supporter l'essentiel de la charge, j'adresse au nom de la France le témoignage de notre confiance et de notre affection. - Vive la République ! Vive la France !" - Discours de politique général de Michel ROCARD soumis au débat parlementaire et au vote des députés. A la suite du message du Président de la République lu par Laurent FABIUS, Michel ROCARD, Premier Ministre, prononce devant l'Assemblée Nationale la déclaration de politique générale du gouvernement. - "Aussi loin qu'on regarde en arrière, l'histoire de l'humanité est habitée par la violence des hommes et des femmes qui travaillent à substituer le droit à la violence. Dans les circonstances d'aujourd'hui, le monde semble en mesure de faire respecter le droit. Une nouvelle page de l'aventure humaine s'ouvrira si la communauté internationale parvient à donner au droit la sanction sans laquelle il demeure théorique... - Le plus grave défi de l'humanité : arriver à une société universelle et civile fondée sur le droit... Le combat de la France est donc un combat pour le droit, seul garant de la paix... (j'ai) la certitude de la légitimité (de l'action entreprise). Elle ne fait aucun doute. L'Irak a purement et simplement envahi et prétendu annexer un état souverain... (la France) a constamment inscrit son action dans le cadre de la Charte (des Nations Unies) et si nous avons pu multiplier les initiatives qui laissent ses chances à la paix, nous n'avons jamais favoriser les ambigu.tés qui engendrent le trouble... Le droit d'un côté, et l'agression de l'autre... - L'évacuation du Kowe.t est le seul (objectif) poursuivi et il se suffit à lui-même. Il ne s'agit ni d'écraser l'Irak, ni non plus d'établir un lien direct avec d'autres problèmes. - La France n'a pas attendu l'invasion du Kowe.t pour recommander, dès 1983, une conférence internationale pour la paix au Proche Orient... La France a été constante dans l'affirmation du droit... Comment ne pas penser aux Pays Baltes... C'est justement l'application du droit dans la crise Irak-Kowe.t qui est le plus grand motif d'espoir. Imposer son respect à l'Irak qui a ouvert les hostilités le 2 août dernier constituera un précédent. Il obligera tous ceux qui auront contribuer... à poursuivre, et nul ne pourra se prévaloir de violations impunies pour tolérer d'autres violations impunies. - Reste enfin, comme gage de la détermination, (suite dans le champ SEQ).

Émission

Edition spéciale : guerre du Golfe

Production

producteur ou co-producteur

Antenne 2

AdBlock activé!