Jean Marie Le Pen - Vidéo Ina.fr

Jean Marie Le Pen

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
2,99 €
 
telecharger
Téléchargez le programme sur votre ordinateur
graver
Créez votre DVD à la carte (5€ de frais de gravure par DVD gravé)

Jean Marie Le Pen

L'heure de vérité

video 09 mai 1990 12119 vues 01h 08min 53s

Jean Marie Le PEN est, ce mercredi 9 mai, l'invité de l'"Heure de Vérité". Après avoir donné sa vision de certains évènements de l'histoire récente, il commentera le non vote par les communistes de la motion de censure déposée par la droite et abordera les thèmes qui lui sont chers, l'immigration et la politique sociale repensée sur la base de la préférence nationale. - MOTION DE CENSURE : Apprenant au cours de l'émission que les députés communistes n'ont finalement pas voté la motion de censure déposée par la droite, Jean Marie Le Pen ironise sur la "comédie parlementaire, cela était négocié en coulisses" il déclare par la suite "Après avoir fait le beau devant les communistes, le Premier ministre a été récompensé". - LE BEBETE SHOW : Le leader du FN a reconnu ne pas supporter cette émission "très corrosive pour le principe d'autorité" et donne un exemple : "il serait très difficile pour un soldat d'aller se faire tuer si c'est une vieille grenouille qui lui en donne l'ordre". - DE GAULLE : Jean Marie le PEN reconnaît au général de Gaulle d'avoir fait en sorte que la France figure parmi les cinq vainqueurs de la 2ème guerre mondiale mais lui reproche d'"avoir raté le grand dessein de réconciliation des Français entre eux" à la Libération. "Il y a des gens très courageux, plus réservés qui pensaient que PÉTAIN cherchait à préserver la France et que de GAULLE était l'épée." Quant au maréchal PÉTAIN, Jean Marie Le PEN pense qu'on a été très sévère avec lui et qu'il avait des circonstances atténuantes/ Pour conclure sur De GAULLE, Le PEN déclare "Le Général appartient à l'Histoire de France et nous ne rejetons rien de ce qui appartient à l'Histoire de France". - L'ATTITUDE DE L'OAS PENDANT LA GUERRE D'ALGÉRIE : Le PEN a expliqué qu'il comprenait la réaction des officiers et des hommes qui les avaient suivis pendant la rébellion contre le général de GAULLE..."c'est la trahison de la parole donnée (aux généraux) au nom de la raison d'Etat qui a motivé la réaction des généraux."/ Interrogé par DUHAMEL sur la légitimité de la violence physique, Jean Marie le PEN conteste avec véhémence les accusations d'incitation à la haine portées contre lui. - SES RAPPORTS AVEC LES LEADERS DE LA DROITE : Interrogé sur un éventuel accord électoral avec le RPR, Jean Marie Le PEN demande "lequel, celui de CHIRAC ou de PASQUA ?" puis se livre à une attaque en règle contre Jacques CHIRAC "qui dit n'importe quoi et pratique l'outrage et l'insulte". En contrepartie, il loue la politesse et la courtoisie de GISCARD d'ESTAING. Enfin, il affirme qu'à Villepinte, l'opposition a repris les deux tiers du programme du FN. - LA POLITIQUE SOCIALE DU FN : Après avoir donné une définition du mouvement poujadiste (une réaction de la France contre un état étatisé et bureaucratique), Jean Marie Le PEN critique la politique de l'actuel gouvernement socialiste (3 millions de chômeurs en 10 ans) et se fait fort de régler ce problème en cinq ans et du même coup le problème de l'immigration/ Il attaque l'impôt sur les grandes fortunes "qui coûte plus cher qu'il ne rapporte" et prône la suppression de l'impôt sur le revenu/ Quant au RMI (Revenu Minimum d'Insertion), le leader du FN envisage bien naturellement de le réserver aux seuls Français "Je le conserverai et j'appliquerai la préférence nationale"/ Enfin il propose l'instauration d'un revenu maternel dès le premier enfant et cela pour une durée de trois ans. - L'IMMIGRATION : Pour Jean Marie Le PEN, il devient urgent d'interdire toute immigration nouvelle sauf pour quelques rares réfugiés politiques. - LA SECURITE SOCIALE : Jean Marie Le PEN évoque juste la nécessité de faire des réductions drastiques et se prononce contre le remboursement de l'IVG. - SONDAGE SOFRES DES CADRES DU FRONT NATIONAL. Jean Marie Le PEN se montre conciliant vis à vis de ses propres cadres qui souhaitent un type de régime plus musclé que la République et qui affichent leur antisémitisme. A la question "Pensez vous que les Juifs ont trop de pouvoir?", Le PEN répond "Ça dépend dans quel domaine. Dans la presse, oui, comme les Bretons dans la marine ou les Corses dans les douanes." - LE REVISIONNISME. Jean Marie le Pen se déclare pour la liberté d'esprit même si ces opinions sont déplaisantes et rappelle aux téléspectateurs la vérité sur e charnier de Katyn attribué à tort aux nazis jusqu'à la reconnaissance par les Soviétiques de leur responsabilité pour conclure que l'Histoire est bien sujette à révision. - CONCLUSION, Après avoir reconnu que la libération de Nelson MANDELA ne l'"avait ni ému ni ravi" et déclaré que l'unité allemande était inéluctable et que la France devait en faire un atout, il a déclaré "paix aux hommes de bonne volonté" et prôné un "changement de politique dans une Europe pour se défendre contre la menace de l'islamisme grandissant". A la fin de l'émission, il a évoqué la raison pour laquelle il avait amené sur le plateau d'Antenne 2 une grande jumelle puisqu'on lui avait demandé d'amener un objet de son choix.

Émission

L'heure de vérité

Production

producteur ou co-producteur

Antenne 2

Générique

réalisateur

Jean Luc Leridon

journaliste

Geneviève Moll
Alain Duhamel
Albert Du Roy
Jean Marie Colombani

participant

Jean Marie Le Pen

présentateur

François Henri de Virieu

AdBlock activé!