Charles Pasqua - Vidéo Ina.fr

Charles Pasqua

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
2,99 €
 
telecharger
Téléchargez le programme sur votre ordinateur
graver
Créez votre DVD à la carte (5€ de frais de gravure par DVD gravé)

Charles Pasqua

L'heure de vérité

video 09 mars 1988 4019 vues 01h 42min 40s

L'invité de l'émission est Charles PASQUA, ministre de l'Intérieur du gouvernement de Jacques CHIRAC. A 46 jours des élections présidentielles, il est interrogé par Alain DUHAMEL, Ivan LEVAI (directeur du "Provençal"), Albert DU ROY, et Jean-Louis LESCENE au standard d'SVP. L'émission est ponctuée par les résultats des sondages de la Sofres. - Question d'un télespectateur formulée par J.L. LESCENE sur la lutte contre le terrorisme en Corse au lendemain du meurtre d'un gendarme à Ajaccio : C. PASQUA revient sur sa déclaration le jour de l'assassinat du docteur Lafay lorqu'il parlait de "pantalonnade". Il déclare : "Il faut mettre hors la loi ceux qui n'ont rien à voir avec les traditions de la Corse et qui par leur action plongent la Corse dans le sang et handicapent l'avenir de la Corse et de sa jeunesse". - Interrogé par Alain DUHAMEL, C. PASQUA conseille au président MITTERRAND de ne pas se présenter aux élections présidentielles ("il sera battu"). Dans l'hypothèse d'une réélection de F. MITTERRAND et de non dissolution de l'Assemblée nationale, il répond "nous censurons" et affirme qu'il est "hors de question" de perpétuer le système actuel de cohabitation. Selon lui, les socialistes "n'ont rien appris" de l'exercice du pouvoir, "ils sont prisonniers d'une idéologie, d'un appareil, ils ne changeront pas". Il est interrogé sur les dépenses de campagne du RPR, les intentions de voix élevées de J.M LE PEN; estime que, grâce à la politique menée par le gouvernement, le chômage commence à régresser. Il déclare : "je ne crois pas que la politique soit de la comédie, je suis incapable de dire des choses auxquelles je ne crois pas". - Questions SVP-J.L. LESCENE : C. PASQUA évoque l'expulsion prochaine d'immigrés maghrébins emprisonnés, la présence de ministres du Front national dans un futur gouvernement, la situation au Proche Orient et dans les territoires occupés par Israël. - Interrogé par Ivan LEVAI, C. PASQUA évoque la mort de Christian DOVERO lors d'une bavure policière à Marseille, sa petite phrase "la démocratie s'arrête là où commence l'intérêt de l'Etat" (dans "Questions à domicile" du 26.02.1987), les résultats obtenus par son ministère dans la lutte contre l'insécurité (il montre des affiches d'avis de recherche de délinquants arrêtés, applaudissements dans le public), les écoutes téléphoniques depuis mars 1986 ("nous n'avons jamais décidé d'écoutes de journalistes", affirme avoir été écouté lorsqu'il était dans l'opposition), ses relations avec le Front national (s'engage à ne pas participer à un gouvernement à côté de ministres du Front national). Enfin, il donne son opinion sur François MITTERRAND. - Questions SVP-J.L. LESCENE, F.H de VIRIEU : C. PASQUA soutiendra R. BARRE en cas de victoire au premier tour des présidentielles, évoque les procédures de naturalisation des étrangers, le recrutement des cadres de l'administration (souhaite une plus grande mobilité entre secteurs public et privé). - Interrogé par Albert DU ROY, C. PASQUA dresse un bilan des résultats obtenus dans la lutte contre le terrorisme, le terrorisme en Corse, la délinquance et la criminalité (affirme que la courbe de la délinquance et de la criminalité a baissé depuis 1986), compare sa politique avec celle menée par les socialistes dans ces domaines. Il évoque les sondages des Renseignements généraux sur les élections présidentielles, la candidature de R. BARRE, les enjeux de ces élections pour la France, les relations entre la police et la gendarmerie ("aucun problème de fond"), sa politique de contrôle de l'immigration (qui, selon lui, a pour effet de lutter contre le racisme, "je veux éviter l'amalgame entre immigré et délinquant", dans la perpective du marché unique européen "il nous faut renforcer notre identité nationale"), les problèmes relatifs à la construction de mosquées en France. - Questions SVP-J.L. LESCENE, A. DU ROY : C. PASQUA se prononce contre la réduction du mandat présidentiel à cinq ans, évoque le rôle des polices municipales dans la prévention de la criminalité, son éthique de militant gaulliste, ses relations avec Gaston DEFFERRE et avec F. MITTERRAND. - Jérome JAFFRE, directeur des études politiques de la Sofres, analyse les résultats d'un sondage sur la prestation de Charles PASQUA. - Invités filmés dans le public : Alain CARIGNON, Robert PANDRAUD (et sa pipe), Michèle ALLIOT-MARIE, Henri VERNEUIL, Mireille MATHIEU, Philippe SEGUIN, Line RENAUD, Dick UKEIWE, Alain JUPPE, Nicole CATALA, Patrick BALKANY. - Charles PASQUA écrit sur le livre d'or de l'émission : "Aujourd'hui n'est pas le lendemain d'hier. Il est la veille de demain".

Émission

L'heure de vérité

Production

producteur ou co-producteur

Antenne 2

Générique

participant

Charles Pasqua
Ivan Levai
Alain Duhamel
Jean Louis Lescene
Albert Du Roy
Jérôme Jaffre

présentateur

François Henri de Virieu

AdBlock activé!